Un pneu de « philousophie »…

L’architecture, le design, les « z’humains », on cherche l’utopie, on ne trouve qu’un miroir…
Toutes les réflexions sur le pourquoi du comment, la création et la sauvegarde des créations, c’est un peu comme la masturbation : pour jouir dans, dedans, dehors, avec ou sans les mains, c’est pareil dans la tête, sauf qu’on complique à des seins, à des saints, à dessins, à dessein…
On cherche pour savoir si c’est mieux avec d’autres formes, d’autres méthodes, on y ajoute des accessoires, on modifie, on simplifie… et, à force, ça finit par coûter la peau des fesses, des fortunes, pour la vie c’est la mort, les divergences…
C’est simple dans le compliqué…

bd_02

Cette « philousophie » textuelle est comme une éjaculation intellectuelle suite à un viol de mes neurones par le biais sadomasochiste de l’angoissante interrogation d’un ami belge (ce qui explique les « belgitudes » de son « texticule », à ne pas confondre avec les belgicismes de la belgitude, bien moins pires), que je vous livre ci-après, pieds de pages et points liés…

– « Lors de mes études d’architecture (et tu es aussi architecte), nous avions un professeur d’histoire de l’Architecture, Roberto Trevisiol, un italien, qui nous a poussé à aller écouter un des grands urbanistes italiens du moment.
Cet urbaniste avait axé son discours sur l’énorme incongruité de Venise.
Il prenait cette ville en exemple pour montrer la stupidité de l’homme à vouloir garder des témoins du passé, expliquant qu’on en arrivait alors à cet exemple mondial de Venise, où rien n’est pratique, où tout se déglingue et où on n’arrête plus de mettre des emplâtres sur des jambes de bois.
Surgit alors effectivement cette question qui hante les passéistes : Où faut-il s’arrêter dans la sauvegarde des monuments anciens. L’art nouveau, l’art déco font encore l’unanimité, mais quand commencera-t-on à classer comme patrimoine historique les petites maisons ouvrières, les maisons de rentiers soi-disant typiques de Bruxelles ? Et pourquoi pas la tour du midi ? Quel organisme décidera demain de ce qu’il faut garder ou détruire ? Combien coûtera la sauvegarde de ces témoins du passé, à l’heure où l’Europe s’apprête à faire payer des amendes aux bâtiments qui consomment trop d’énergie ?
Beau paradoxe, beau luxe intellectuel et philosophique.
Qu’en penses-tu, l’ami ? »…

Voici la réponse que je lui ai « postée » quelques minutes pluche-tard…

quelquun_08

On peut copuler naturellement, comme manger avec les doigts, mais on invente la fourchette et les baguettes, c’est en bois, comme les premiers godemichets, mais on a inventé la fourchette en fer et le godemichet auto-vibrant en plastique, les fourchettes aussi…, si elles ne vibrent pas, la brosse à dent oui, on ne s’en sert d’ailleurs plus exclusivement pour les dents… et avec un doigté de design, le godemichet devient un objet d’art… et les sexes épilés-coiffés…
A force, l’art, ça « deviendou » l’art de la connerie perpétuelle, mais aussi l’art de l’embrouille…
C’est d’ailleurs tarifé, une pute de bas étage coûte tant… une de « la haute » coûte plus, c’est pareil qu’une branlette, mais sans les mains… et avec des billets en moins…
On peut y voir une similitude avec les billets doux…
On peut calculer qu’un « casage » (un mariage voire la version « moderne » : un plan-cul qui dégénère en plan PAC…, c’est moins coûteux… et plus hygiénique dans le sens de plus « normal », quoique la normalité est une vue de l’esprit…
Et du cul…, n’ayons pas peur de descendre plus bas et d’approfondir, chanter le « De Profondis : plus près de toi mon dieu, my god »… résume l’affaire, ca dure pluche, en finale pluche aussi le coût du coït…, le contrat doit être calculé pour éviter la ruine masculine et l’amortissement féminin…
C’est la vie…

Les « z’enfants » dont certains mourront pour la patrie, font, en attendant, le bonheur de bien des ménagères pour autant que la rente soit payée régulièrement…
Et pour parfaire cette réponse, j’ajoute que votre (ta) remarque, à laquelle je souscrire très for-intérieur, s’applique aussi aux « zotos »
Au plus chères, au plus cons elles sont…, plus il y a de complications (comme un coït BDSM) plus il y a de la douleur et de l’argent qui part en fumée alimenter les forges des démoniaques…
Je le constate ici et là, de ceux (celles aussi) qui s’extasient devant une « Porscherie », une « Ferraillerie » voire une « Paganimaniak »…, ils ne savent pas ce que c’est vraiment…
On en revient à la masturbation, on jouit tout autant devant un clip « pornochiqué » de Beyonce que sur elle, (dedans faut être multimilliardaire), sauf que c’est pas le même tarif, un rapport (sexuel et textuel) similaire entre faire le grand écart sur des patins à roulettes achetés 5 euros dans une brocante, que payer 30 millions d’euros pour dompter l’ex-de Bardinon (la Ferraillerie) !
Comme j’en ai marre de continuer à vous (t’) offrir gratuitement le fruit de mes expériences, j’en termine là, en vous (te) signalant que je n’en ai plus rien à f…, photo de Dingo (un photographe génial et « cultissime« ) à l’appui !

quelquun_07