Je suis « Artiste » consumériste… (l’Art de l’opportunisme)

La lecture de cette chronique dédiée à l’Art hyper-consumériste ridicule et absurde, qui n’est qu’une forme d’Art de l’opportunisme, c’est-à-dire l’Art de faire un max « de fric » sur le dos des crédules…, devrait vous mettre en haleine jusqu’à la discussion finale que j’ai eue avec une « spécimen » de cette activité…, chaque phrase-réplique de cette « Artiste », vous entrainant davantage vers le point culminant d’une sorte d’asphyxie extatique dans une mise en scène théâtrale et cérémoniale d’un des aspects de l’immonde…

Ce reportage quasi indécent dévoilant les dessous d’un des aspects du petit commerce…, tient, je l’avoue, du voyeurisme, du plaisir pervers d’épier les pratiques les plus viles…, avec un plaisir qui fait pendant à l’extase des grands sadiques… et au goût permanent des foules pour les plus cruels spectacles de mort : cirque, crucifixion, pendaison, supplice…

Il vous faut y voir un rappel de l’existence du puits sans fond de la bêtise humaine ou prolifèrent les crabes… et d’une des portes d’accès à la conscience des beaufs, où leur manipulation devient paroxystique !

Ils et elles se prétendent « Artistes », mais ne peignent que des célébrités « qui rapportent », une sorte d’hymne au système de références à la mondialisation néo-capitaliste qui, dans sa globalisation, contraint les gnous incultes à subir une dépendance culturelle soumise aux exigences d’un marché purement consumériste tout en prétendant qu’il est une facette de l’art contemporain…

C’est une nouvelle forme de manipulation des masses crédules où le prétexte de rendre hommage à des célébrités n’est en réalité qu’une déliquescence de l’art sous couvert du culte de l’ultralibéralisme et la médiocrité de sa pensée…, la dévalorisation des idées au nom du clinquant, l’abrutissement des masses au nom d’un productivisme quasi industriel utilisant l’image des célébrités qui « rapportent » des montagnes d’or dans un style extrapolé de photos-montages qui utilisent des scènes de films prétendument « kultissimes », une culture populiste à la Disneyland propageant des produits de consommation « décoratifs » désignés comme œuvres d’art !

Cette lobotomisation des masses unilatérale et totalement arbitraire, est conçue comme un idéal d’autoréférences, porté par des articles d’amis/amies issus du gigantesque panier de crabes ou prospèrent les Bobos… qui jouissent de leurs manipulations jusqu’à saturation de l’art de la propagande si chère au réalisme, non plus Soviétique, mais inféodé au Libéralisme-Réaliste des Sarko, Bush, Trump, Macron…

On pourrait d’ailleurs réadapter le discours du Réalisme-Socialiste-Soviétique sous Staline au début des années ’30 : « Réaliser et imposer une représentation faussement véridique et historiquement non-concrète de la réalité, dans le développement de l’ultralibéralisme, tout en contribuant à la transformation idéologique de l’éducation des consommateurs dans l’esprit de la globalisation ou de la mondialisation »…

C’est odieux et c’est pourtant ce que retiendra l’histoire de l’Art dans son analyse de notre histoire du marché contemporain régulateur de l’Art de ces deux dernières décennies : « Libéralisme Réaliste, Art et Propagande, Culture et Manipulation, Consumérisme et Business »…, un hommage à la marchandisation, le reflet ou le miroir d’une sorte de décadence.

Les enjeux purement mercantiles de cette sous culture, accentuent la décrépitude de toute pensée dans la dégénérescence d’un « Art de faire de l’argent » sur des images de célébrités choisies parce que populaires…, cette spéculation, ce culte du fric, du star system et du tourisme culturel de masse manipulé, avec ses effets néfastes, sont de surcroit funestes et parfois fatals ou meurtriers sur la création contemporaine.

Ces peintures concentrent une absence totale de substance, de chair, de corps, de matière, d’essence, de pertinence, de quintessence, cette moelle qui donne naissance à une véritable œuvre de l’esprit et d’art.…, ce qui est donné à voir se déroule sous la contrainte d’une culture intégrée qui se veut indifférenciée afin d’alléguer son appartenance à un ordre naturel de la pensée dite rationnelle et surtout consumériste, cette fameuse pensée unique où rien ne déborde et ne transgresse le système productiviste qui nous compacte dans cet assujettissement à la communication-information.

Qu’en est-il de ces peinturlurations de Bardot, McQueen et Johnny qui pullulent quasi en toutes saisons sur le port de Saint-Tropez et dans diverses échoppes Parisiennes…, alors que ces « choses » qui sont montrées dans ces espaces symboliques dédiés à « de l’art », ne reposent pas sur cette vectorisation artistique « en Energia » propre à la genèse d’une œuvre véritable…, car elles ne sont que des « choses » plus ou moins décoratives définies en cache comme aide-mémoire de variations interprétables, d’œuvres factitives qui ne sont en réalité qu’artifices et mensonges fusionnant et conglomérant la notion rétrograde de l’esthétique du beau avec une soi-disant esthétique certifiée d’art contemporain pour confiner dans l’inconscient des gnous consommateurs une structure à l’interprétation délimitée dans une matrice factorielle dont les facteurs communs sont arbitrairement formatés avec de fausses prospections de la mémoire.

C’est une imposture consumériste complaisante pour ceux qui privatisent et capitalisent les biens marchands et culturels de ce monde grâce à des fortunes amassées incommensurables et disproportionnées qui plongent les ¾ de la planète dans la misère et la pauvreté…., c’est « un art de cour » pour un parterre de « Bobotisé(e)s », un univers d’artistes lâches composés de suceurs de bites pour fortunés…, enfanté par des réseaux d’art équivoques, soutenu par des réseaux commerciaux suspects…, légitimés par des réseaux institutionnels torves et des réseaux d’influence véreux.

Le discours de ces peinturlureurs et peinturlureuses est simpliste et gentillet, répétant à qui croit à n’importe quoi que le but de l’art est de créer des stimulations physiques et mentales et de permettre de s’abandonner à un sentiment de confiance et de bonne santé…, ce sont les bonnes leçons du business : « S’abandonner à un sentiment de confiance et de bonne santé » une formule si chère à certains banquiers condamnables pour détrousser le petit peuple…, un discours sur mesure qui a volé des familles avec des crédits hypothécaires à taux d’intérêt variables en escomptant sur une hausse constante des valeurs immobilières, puis sa titrisation, comme ont été victimes des millions d’américains, ces fameuses « subprimes », qui ont jeté et jettent encore aujourd’hui des centaines de milliers de familles à la rue et qui ont enrichi des comptes domiciliés dans les paradis fiscaux.

Magnifier le capitalisme avec des œuvres qui sourient aux plus riches, aux très riches, des peinturlurations recouvertes d’un vernis indispensable pour riches décomplexés attachés à leurs propres valeurs : le culte de la marchandisation, du productivisme et de la rentabilité…, le culte du fric et du clinquant !

Je suis heureux de parodier ces soi-disant « artistes » dont certains/certaines survivent avec des petits moyens d’artistes RMistes qui n’intéressent pas le marché de l’art mais des collectionneurs financiers ou industriels qui paieront un jour ou l’autre pour les crises bancaires et économiques montées de toutes pièces dans lesquelles ils plongent les populations dans la pénurie.

Ces riches décomplexés qui viennent se montrer dans des galeries d’art (sic !) dédiées, privatisent l’argent public, volant aux plus démunis le minimum nécessaire que l’état devrait leur garantir afin de les protéger de ces riches prédateurs qui achètent des œuvres d’art sans art…, ces riches collectionneurs décomplexés sont les pires ennemis de la population, ils ont amassé des fortunes en privant leurs salariés d’augmentation pendant des années, en délocalisant et en licenciant malgré des profits juteux et aujourd’hui, ils font les beaux dans les salles de vente avec des surenchères colossales…, entourés de courtisans et courtisanes inféodé(e)s.

Ce ramassis d’opportunistes prétentieux et pompeux ou de parvenus présomptueux viennent frimer dans les vernissages de « choses » sous-culturelles, afin de manipuler les populations pour innocenter, blanchir et légitimer cette sous culture dogmatique et inquisitoire où seul l’argent est roi et les prédateurs rapaces : princes.

L’art actualise, au lieu de déranger, célébrant ce qui est socialement célébré…, en vérité, loin de nous donner la mesure de notre aliénation, ces œuvres nous y vouent, nous mettent encore un peu plus le nez dessus, comme si le harcèlement quotidien du marché et de la publicité ne suffisait pas… et, tout en contribuant à répandre ces « choses » dans diverses galeries, on magnifie, chante, amplifie, ce que le discours de la société marchande répète chaque jour : « Il faut faire adorer l’image de la marchandise et de la célébrité médiatique, plus encore dans sa reproduction »…

Dans ce contexte, éditer un magazine « Gonzo » tel que Chromes&Flammes, au style libre et déjanté, satiriquement et politiquement incorrect, ne peut se laisser manipuler en publiant des publi-reportages…, sauf que cela oblige à être totalement indépendant, non assujetti aux volontés d’agences de communication et de publicités qui craignent que les contenus et idées, qualifiées de subversives, ne déteignent sur l’image de leurs « chers » clients annonceurs…, en quel cas, malheur à l’éditeur si le nombre de lecteurs et lectrices est en dessous du niveau des coûts de réalisation.

Tout le monde, alors, en cette suite, sans aucune exception…, m’a suggèré de lisser le ton des articles afin de permettre de collecter des pub’s (des annonceurs)…, mettre les mains dans cet engrenage signifie en réalité que s’en est terminé de réaliser des textes « Gonzo » totalement « allumés » concernant des voitures totalement en marge… et de conter en détail les affres vécues à leurs bords…, un grand ami me disant : « On ne peut faire de la pub dans ton magazine qui publie des vérités assassines concernant les mêmes voitures que nous vendons »…, imparable déduction qui a amené un lecteur/internaute assidu à me suggérer d’approcher les galeries de peintures et divers artistes…, un choix relationnel téléguidé, pointant vers une certaine Démonia qui vit de ses peintures de célébrités capables d’engendrer des ventes de  tableaux décoratifs.

Il se fait que ce type de « marché » est florissant à Saint-Tropez ou fleurissent dès le printemps toute une faune de peintres qui proposent aux touristes hallucinés, du « Bardot » partooooouze…, à toutes les sauces, styles, et formats s’adaptant à l’importance des bourses…, la raison est que Bardot EST Saint-Tropez…, mais suivant les manifestations organisées, les « artistes » exposent aussi des Harley’s, des Porsche’s et des Voiliers…, c’est donc vers « ailleurs » que je me suis laissé téléguider, plus précisément à Paris ou œuvre Démonia qui fait dans le McQueen et le Johnny…

Le but était d’obtenir une page de publicité assortie d’une double page de publi-reportage, afin que la Dame profite du Magazine N°2 dédié à McQueen et que Chromes&Flammes soit payé de 3.500 euros, très utiles pour tenir le budget en équilibre, voire d’ajouter un double poster et/ou un cahier présentant de sublimes photos d’un match Porsche 917K contre Ferrari 512S… et c’est ainsi que je vais me rendre compte que « les autres » n’en ont strictement rien à f… de tout ce qui n’est pas leur petit commerce…, ma réaction étant qu’en contrepartie, je n’en ai plus rien à F… d’eux et elles non plus…

——————————————————————-

Démonia
Bonjour et bienvenu….
Un de vos lecteur, très assidu, m’a parlé de vous…

——————————————————————-

Patrice
Je vous avais placé gracieusement dans ma galerie d’art virtuel située dans www.GatsbyOnline.com, dédiée aux parodies « artistiques », mais vous ne m’avez jamais remercié, du coup j’ai examiné plus avant vos réalisations, m’apercevant que vous ne cultiviez pas « l’Art de la parodie » mais « l’Art d’utiliser les célébrités pour générer un max d’argent », du coup, j’ai enlevé le lien qui menait à votre galerie d’art McQueen… et enlevé votre « œuvre »…
Je relance mon vieux mag’Chromes&Flammes, modernisé, 1er sortie fin octobre 2018, etc… et ensuite  tous les deux mois… J’ai prévu ensuite dans le N° 2 un article sur McQueen… et à son sujet, cet ami commun m’a dit que vous seriez peut être intéressée que je « cause » de vous avec quelques photos de vos œuvres…

——————————————————————-

Démonia
Oui avec plaisir!!!!

——————————————————————-

Patrice
L’article principal du Numéro dédié à McQueen est celui ci : http://www.gatsbyonline.com/automobile/1957-jaguar-xkss-377340/ … Je reste dubitatif quant à réaliser un reportage sur vous, parce que « le fond » ne m’apparait pas artistique, mais « l’Art de profiter de l’image d’une célébrité »… A ce sujet, à Saint-Tropez, « Sacha » qui faisait le même business que vous, mais orienté « Bardot » a été attaqué en justice par Brigitte Bardot…, huissier et police ont tout saisi. Dans cette « veine » il m’a été dit que vous offriez quelques-unes de vos « œuvres » à Chad McQueen pour obtenir un acquiescement à l’usage de l’image de son père, car ce n’est pas de l’Art, mais du consumérisme, d’autant que vous utilisez des photos emblématiques extraites de ses films… Donc, si reportage, c’est cet aspect qui est utile d’expliquer… et pas de réaliser un « hommage » à vos peintures. Je reviens vers vous via Messenger ou par tél dans qqs jours… Faites moi une offre pour participer à mon effort. Un magazine coûte cher à produire.

——————————————————————-

Démonia
je vais regarder tout ca et vous me direz comment vous voulez faire… Je suis la fille d’un dessinateur de talent, j’ai hérité dès mon plus jeune âge d’un goût immodéré pour la peinture, la sculpture, le dessin, la photo, la musique, le cinéma et tout ce qui touche à l’art en général.

——————————————————————-

Patrice
Très bien… Comme vous prétendez aimer les autos, voici une rareté… Neil et Steve en Excalibur… Son ex-femme, je crois, vit à Paris… Vous devriez lui demander son avis pour en extrapoler un tableau de plus…


Plus de réponse durant 1 mois…


Je relance « l’Artiste »…

Patrice
Bonsoir, Il n’y a plus de place dans les pages du prochain Chromes&Flammes spécial McQueen pour des reportages gratuits… Je ne sais que vous proposer la dernière page de couverture à 3.500 euros… si vous êtes intéressée.

——————————————————————-

Démonia
Bonjour, je n’ai pas compris, notre ami commun m’a dit que vous aviez dit que je ne voulais pas d’article mais je vous avais dis oui ! Que c’est il passé ? Pas compris..

——————————————————————-

Patrice
Moi non plus… Mais… Vous m’avez dit « Oui » ?

——————————————————————-

Démonia
J’ai relu nos messages et je vous ai dis « Oui ».

——————————————————————-

Patrice
Un « Oui » sexuel ou textuel ? Un « Oui » pour un article assorti d’une page de publicité ?… On fait du business vous et moi… Mais c’est l’aspect de l’utilisation de l’image de célébrités qui serait le fond de l’article.

——————————————————————-

Démonia
Notre ami commun m’a dit que vous lui avez dit que je n’étais pas intéressée…, bien au contraire…, mais c’est pas grave, quoique je préfère éclaircir cette histoire avant de redire « Oui »… 😊👍
De plus, 3.500 € c’est très cher pour une page de pub, je ne paye jamais pour un article presse…, je ne paye jamais pour quoique ce soit, je suis une femme, on me donne tout, que vous ne soyez pas du même monde n’est pas grave, mais « Non »…, mon « Oui » devient « Non » !

——————————————————————-

Patrice
Nous sommes artistes ?… Mais non…, commerçants également, il faut que nous trouvions de quoi alimenter financièrement nos affaires…, je vends des magazines différents des autres, je ne m’insère dans rien… et vous vivez des peintures/photos de McQueen…, c’est pas de l’art…, c’est de l’opportunisme, vous êtes une artiste consumériste…, à ce titre, si c’est clairement dit et écrit, le public va s’en f…, mais si vous prétendez que c’est de l’Art, alors, il y a problème… Chromes&Flammes c’est quand même une légende dans l’édition, son grand retour fait le buzzz…, de plus comme le N°2 est dédié à McQueen, c’est une opportunité pour votre business…

——————————————————————-

Démonia
Oui je comprends mais c’est trop cher… Je pensais que c’était gratuit quand vous me l’avez proposé… mais vraiment c’est pas grave. Je paye jamais. On m’offre.

——————————————————————-

Patrice
Articles, pré-press, impression distribution, frais d’invendus, frais comptables… et, en finale la TVA avancée et d’autres frais…, faut que j’équilibre… vous n’offrez pas vos toiles gratis, sauf pour une sorte d’échange pour jouir du thème… On en est là… C’est quasiment vexant pour moi que vous me considériez comme réalisateur de « faire valoir »
Pourquoi voudriez-vous que je vous offre des pages d’articles ? Vous avez tout à y gagner…, mais moi ? Rien du tout…

——————————————————————-

Démonia
Moi je ne veux plus rien de vous, je n’ai officiellement rien demandé…, c’est vous qui m’en avez parlé… et j’ai l’habitude d’avoir des articles gratuit sur ma peinture et je n’ai jamais payé pour ça !

——————————————————————-

Patrice
Désolé de vous avoir dérangé et merci de vos encouragements pour le succès de mon magazine…

——————————————————————-

Démonia
Voila, c’est tout, pas la peine d’être agressif, je suis restée polie et sympa.

——————————————————————-

Patrice
Oui, moi aussi… Je me suis contenté de vous présenter une opportunité en fonction de ce que m’avait dit notre ami commun… Mais vous voulez que je fasse un article gratuit ? Pourquoi ? Ai-je l’obligation de vous donner quoique ce soit alors que ça va vous aider à vendre ? C’est me prendre pour un larbin… C’est vexant…

——————————————————————-

Démonia
Ben j’allais le faire, mais vu vos derniers messages ça donne pas envie de dire « Oui » !

——————————————————————-

Patrice
OK… Je vous salue et retourne me faire cuire un œuf… Faut-il que je cire vos cuissardes, fasse le ménage, nettoie les vitres et fasse vos courses ?

——————————————————————-

Démonia
Je n’ai jamais payé aucun article et j’en ai eu plein, c’est pour ça que je ne comprends pas votre proposition, je suis artiste pas sponsor, je ne suis pas une marque ou autre partenaire… A moi on me donne. Et non je n’offre pas mes toiles, mais c’est clair dès le départ, les gens savent que je les vends, vous, votre proposition ne l’était pas…

——————————————————————-

Patrice
N’exagérez pas le coté artiste…, vous vendez vos toiles, c’est consumériste… et le fait de peindre McQueen ce n’est pas spontané dans le genre histoire d’amour, c’est parce que McQueen fait vendre… D’ailleurs vous faites aussi du « Johnny »…

——————————————————————-

Démonia
D’ailleurs dans votre message vous mettez qu’il n’y a plus de place pour des articles gratuits, ca veux dire qu’il y en avait ?

——————————————————————-

Patrice
Avant le décès de « Monsieur Gratuit », il y en avait, mais la bêtise a des limites… Les artistes qui commercialisent, c’est loin de VanGogh… J’habite St-Tropez, il y a quantité de prétendus « artistes » qui vendent du « Bardot » et du « Sénéquier » pour les touristes…, quand Halliday est décédé, tous les « artistes » se sont mis à peinturlurer du « Johnny »…, lors de la manifestation « Paradis Porsche » j’ai même vu une « Œuvre » ou « Johnny » était assis chez « Sénéquier » avec « Bardot » et « McQueen »…avec une Porsche qui passait devant eux…, tout ça pour vendre à des « ceusses » qui collectionnent les machins automobiles, des casques et des capots peinturlurés, ces « machins » sont même plus chers aux couleurs de Gulf…, bleu layette et orange… Sans doute que ces couleurs coûtent plus chers que les autres teintes… Ca frise l’arnaque…

——————————————————————-

Démonia
Vous dites n’importe quoi, et vous ne connaissez pas mon histoire, sinon vous ne parleriez pas comme ca !!! Demandez à notre ami commun qui je suis et pourquoi je peins Steve MCQUEEN !

——————————————————————-

Patrice
Ca montre que vous devriez informer le public de votre démarche… Pourquoi peignez vous McQueen ?

——————————————————————-

Démonia
Mon père déjà peignait les stars d’Hollywood, voyez…, vous vous trompez et jugez sans savoir, oui MA PEINTURE ET MOI C’EST UNE VRAIE HISTOIRE D’AMOUR… Et mon public est très informé de tout ca !!!! Vous jugez sans savoir et je vous…

——————————————————————-

Patrice
Quand je pose ce type de question aux « Artistes » de St-Tropez, les réponses sont plus simples, ils et elles disent que c’est pour gagner de l’argent…, il y en a qui ajoutent aussi que ce sont des « Artistes », mais personne n’est dupe…

——————————————————————-

Démonia
Je vous trouve bien méchant. Oui, enfin Non, oui… et bien moi je ne suis pas à St-Tropez et je ne vous permets de me parler ainsi, et de ma peinture.

——————————————————————-

Patrice
Je suis pas méchant, je suis un éditeur qui écrit réaliser un magazine avec un thème pour le N°2, ce thème c’est McQueen…, et vous peignez du McQueen, donc je vous propose un deal logique ! Je vous signale, pour le surplus que j’ai eu une Galerie d’Art à Zeebrugge/Knocke le Zoute en Belgitude… Des artistes, j’en ai vu passer des tas… Je suis architecte et ai créé des meubles et des maisons, ainsi que publié des magazines d’architecture et décoration…, faut pas tenter de me faire avaler des couleuvres…

——————————————————————-

Démonia
Vous vous êtes complètement trompé sur mon compte !!!!!

——————————————————————-

Patrice
Possible… C’est notre ami commun qui m’a écrit de vous contacter…

——————————————————————-

Démonia
Moi je ne vous juge pas car je ne sais pas qui vous êtes, je vous ai juste dit que c’etait trop cher
Quoi c’est notre ami commun qui vous a dit tout ca sur moi ??????

——————————————————————-

Patrice
Je n’en puis rien si j’imprime réellement 35.000 exemplaires, ça coûte… Je ne suis pas « copine » avec des milliardaires comme Dassault et ne fréquente pas Alain Delon… Quand je commande mes magazines et le pré-press, je paye, je paye et je paye…, je ne dois compter que sur moi-même. Je vous propose un deal… Vous n’en voulez pas… OK… Alors je ne vous offre rien… Vous non plus…

——————————————————————-

Démonia
Non, notre ami commun sait très bien qui je suis, il n’a pas pu me décrire comme vous le faites!!!!

——————————————————————-

Patrice
Notre ami commun ne m’a rien dit de vous, sauf que vous peignez du McQueen… Donc, comme je suis un bonhomme assez simple, comme vous vendez vos toiles et que j’ai une opportunité de vous laisser profiter d’un magazine spécial McQueen, je vous propose une dernière page de couverture pour 3.500 euros, vous refusez, OK…. Je vous salue et m’en vais… Je ne suis pas votre larbin ni un journaleux qui pleure pour avoir de la matière pour ses « piges »…

——————————————————————-

Démonia
Avant de juger une personne, renseignez-vous , ca vous évitera de vous faire des ennemis !!! Vous avez tout faux sur moi, mais je crois que c’est plus vous qui êtes « intéressé », moi je suis artiste depuis ma naissance et je peins par passion les gens que j’admire…

——————————————————————-

Patrice
Vous êtes passionnée par McQueen… ? Artiste depuis votre naissance ? C’est du délire… Je ne suis pas un Bobo Parisien à qui on raconte des sornettes… Je n’ai strictement aucun intérêt à publier gratuitement pour vous aider à vendre vos « œuvres » consuméristes… Vous peignez du McQueen parce que ça se vend, sinon peignez des œuvres perso… Salvator Dali et Picasso ainsi que Matthieu sans oublier Combas ne peignaient pas McQueen… Faut arrêter de prendre les gens pour des cons… Et je vous ai demandé : Pourquoi voudriez-vous que je vous offre des pages pour vos toiles, alors que le mag’ Chromes & Flammes me coûte un pont et que je dois rentabiliser mon entreprise ?… Pourquoi ? Qu’est-ce que c’est que ce délire « Moi je suis une artiste »

——————————————————————-

Démonia
Par chance on me les achète et j’en vis…, un miracle dont je remercie mon père tous les jours…

——————————————————————-

Patrice
En fait de miracle, c’est de l’opportunisme consumériste… Combien de toiles devez vous offrir à Chad McQueen pour pouvoir utiliser l’image de McQueen dans un bazar commercial ?  Y a rien d’artistique là dedans, même si c’est « zoli »… Et en plus, vous raflez sans rien payer… Et c’est moi le salaud à vos yeux ?!?!?!?! Mon père n’était qu’un petit Maître Tailleur de Province qui peinait bien tard les soirs à coudre des f… costumes et pardessus à des soi-disant riches qui le payaient avec un élastique et du mépris… Je vous ai posé une question : Pourquoi devrais-je vous « offrir gratuitement sans être payé ni rien recevoir en contre partie » des pages d’articles qui vont vous aider à vendre vos toiles McQueen à des « ceusses » qui sont fanas de McQueen ? « Monsieur Gratuit » est mort et enterré… et « Madame Remise » à disparu…, quant à moi, je ne suis dupe de rien… Bien le bonsoir…


Plus de réponse…