1954 Sorrell-Manning Spécial SR-100…

sorrellmanning_01

En 1954, j’avais 5 ans…, trop jeune pour apprécier et rêver de la Sorrell-Manning, d’autant qu’il s’agissait d’une automobile inconnue et que la franchouille profonde ne pouvait qu’halluciner des jours meilleurs à la vue de la 4cv Renault…

10 ans plus tard, en 1964, non seulement la Sorrell-Manning restait inconnue du monde (presque) entier, mais à mes 15 ans, il y a 54 ans d’ici, j’imaginais les années 2000 avec jubilation : des voitures volantes, des maisons intelligentes, des robots affectés aux tâches ingrates pendant que je me prélasserais sur une plage paradisiaque quand je ne serais pas en voyage intergalactique…, voilà comment je voyais l’an 2000.

sorrellmanning_02

A quel moment a-t-on cessé de croire en l’avenir, au progrès ?
À quel moment c’est parti en sucette ?

Guerres, crises, terrorisme, extrémisme, Bush, Sarkozy, Michel Sardou et même une tecktonik, en guise de pas de danse…, pas grand-chose ne nous aura été épargné.

sorrellmanning_04

La Terre nous fait comprendre doucement qu’elle en a un peu raz-la-marée de nos conneries et que si ça continue comme ça, elle nous chassera comme une bande de Romanos ou de Tchétchènes.

Notre pouvoir d’achat a fondu comme neige au décapeur thermique par la faute d’une crise boursière, une crise fomentée par des capitalistes avides qui ont créé de nouveaux besoins superflus pour mieux nous vendre leur disparition.

sorrellmanning_05

On a remplacé « L’internationale », hymne des Lotophages, ce peuple Homérien, mangeurs de « lotos » (plante dont la consommation a la propriété de faire oublier à ceux qui en mangent, qui ils sont et d’où ils viennent)…, par le cantique de la Mondialisation (le tube des exploiteurs).

Le travail nuit désormais gravement à la santé, et même encore plus que le tabac qui, lui, ne conduit pas au suicide et rapporte de l’argent à l’Etat.

sorrellmanning_09

Le monde est devenu spectacle…, et pendant qu’on est au spectacle, on se fait cambrioler la maison.

L’information est devenue spectacle…, la politique est devenue spectacle…, le sport est devenu spectacle…, la guerre est devenue spectacle…, la mort est devenue spectacle…, l’art est devenu spectacle…, la culture, c’est la déconfiture qui s’étale !

sorrellmanning_07

Le politiquement correct s’est invité à la table de l’humour, de la créativité, des conversations et, surtout,des tribunaux… et c’est un invité encore plus fâcheux et encore moins désirable qu’un taliban à une Bar Mitzvah…

On ne distingue plus le réel du simulacre, l’image télévisée remplace l’événement…, dès lors, le monde réel devient fable (ce n’est pas de moi, mais de Nietzche, qui s’y connaissait en nihilisme). .., la vie privée est devenue une course à son ¼ d’heure de célébrité avec étalage indécent et grossier de nos cultes, en gros plan sur le Net… et ce, sans même le besoin de recourir à un quelconque « Patriot Act ».

sorrellmanning_10

L’homme est un loulou pour l’homme !

Les mots liberté, égalité, solidarité, fraternité, altruisme et espoir sont des valeurs archaïstes, des valeurs qui s’éteignent dans les affres de ce que l’homme peut faire de pire, comme à son habitude.
Désolé pour ces mauvaises nouvelles, mais il y en a une bonne ci-après :

sorrellmanning_06

Il ne faut retenir que ceci : quand on a touché le fond, il est plus facile de remonter à la surface et faire le vœux que les puces d’un millier de chiens galeux infestent le cul de celui qui nous gâchera une seule seconde du bonheur d’enfin connaître la Sorrell-Manning… et que les bras de cet abruti deviennent trop courts pour qu’il ne puisse jamais se le gratter !

La Sorrell-Manning de 1954 est sortie de l’oubli… et grâce à cette retrouvaille, c’est fini…, on peut tirer un trait sur les annus horribilis que sont les années écoulées…

sorrellmanning_12

Bob Sorrell est actuellement présenté comme ayant été un des plus talentueux concepteurs automobiles et constructeurs des années 1950 et 60…, il œuvrait à Felton Avenue à Inglewood, en Californie, aux USA…, en duo avec son père, dans leur boutique dénommée (vous ne le devinerez jamais, raison pour laquelle je n’en créerai aucun suspense): Sorrell Engineering.

Je vous laisse chercher sur Google ou autre moteur de recherche…

sorrellmanning_08

Tommy Ivo, seulement encore connu en 2015 par une poignée d’irréductibles vieillards amateurs de dragsters, a été tellement impressionné par les compétences de Sorrell Engineering, qu’il a commandé aux Sorrell’s père et fils de lui construire les carrosseries en aluminium de trois dragsters : le célèbre AA Fuel Dragster (sic !)…, le plus célèbre encore Croshier-Baltes-Lavato (re-sic !)… et le célébrissime et extraordinaire Barnstormer (re-re-sic !)…

La grande diversité des projets qui ont été réalisés, témoigne de leurs capacités…, malheureusement, la diversité de leurs activités a par trop diffusé l’héritage de leurs réalisations impressionnantes, l’aune de la grandeur récompense le plus souvent ceux qui ont une approche plus ciblée..

sorrellmanning_11

Ceux qui ont connu les Sorrell’s, les ont décrit comme des génies avant-gardistes en design et leur vaste ensemble de compétences en matière de carrosseries automobiles bizarres et hors-normes a attiré divers clients qui leur ont commandé des voitures de sport pour routes ouvertes et pour circuits…, des dragsters, des hot-rods, des Kustom-Cars et des voitures personnalisées.

La Sorrell SR-100 a commencé sa vie comme un One-Off à la carrosserie en aluminium montée sur un châssis de Kurtis-Kraft-500KK…, cette voiture a été créée spécialement pour le Motorama Petersen International 1953 et a attiré quantité de curieux, dont quelques acquéreurs fortunés.

sorrellmanning_13

Sorrell Engineering construisait des carrosseries avant-gardistes magnifiques en aluminium, mais était également réputé pour ses créations en fibre de verre.

Comme elle fut présentée « en vedette » en couverture de nombreux magazines, et que cela à décuplé les demandes dans tous les Etats-Unis, Sorrell Engineering a commencé à produire des versions en fibre de verre de la SR-100.

sorrellmanning_14

Cette voiture a été présentée sur la couverture du magazine américain Rod & Custom de mai 1955 parce qu’elle avait réalisé un ahurissant 174-mi/h sur le sel.

Diverses vedettes américaines inconnues en Europe (ici aussi je vous invite à tapoter leurs noms sur Google ou sur tout moteur de recherche), ont acheté une SR-100, comme Dick Laine (une bleue équipée d’un 6cyl en ligne GMC)… et Denny Larsen (une SR-100 tricolore rouge, blanc et bleu avec un hardtop gullwing, pour des essais de vitesse à Bonneville en 1954).

sorrellmanning_15

Tout compte fait, Sorrell Engineering, a construit sept SR-100 en fibre de verre, mais seulement six d’entre elles ont effectivement quitté son atelier, plusieurs personnes qui connaissaient les Sorrell’s ont essayé d’acheter cette voiture au fils : Bob…, mais il a toujours refusé, sans qu’on en sache la raison !

Le chronogramme Sorrell Engineering survival, indique qu’une SR-100 construite pour Laster & Pollard n’a jamais été livrée…, cette voiture avait été construite en 1954 sur un châssis de Chuck Manning (un constructeur de châssis de dragsters et hot-rods), mais n’avait jamais été peinte, et remisée dans un conteneur de stockage…, c’est pourquoi cette SR-100 est restée dans son conteneur jusqu’au décès de Chuck Manning, puis de Bob Sorrell, à l’été 2003…

sorrellmanning_16

Cette SR-100 survivante, oubliée…, également connue sous le nom de : « 1954 Sorrell-Manning spécial », a finalement été découverte dans son conteneur de stockage dans le sud de la Californie…, le conteneur et la voiture, achetés pour deux dollars six cents (une bouchée de pain) aux héritiers, sont passés entre les mains de plusieurs personnes et ont été finalement achetés par un fou-furieux milliardaire, qui a commandé une restauration frame-off.

La Sorrell-Manning était équipée d’un V8 Chrysler Hemi équipé de quatre carburateurs Zenith sur une tubulure d’admission Briggs Cunningham authentique !

sorrellmanning_17

Équipée de magnifiques compteurs Stewart-Warner d’époque dans un tableau de bord guilloché, cette voiture disposait d’origine de jantes Halibrand-knock-off hubs, et de pneus Dunlop pneus, qui plus est (cerise sur le gateau) la voiture disposait des documents officiels NHRA, classe Funny Car : valeur estimée : entre $ 175,000 et $ 225,000…

Cette Sorrell-Manning restaurée, a fait ses nouveaux débuts à l’Amelia Island, Concours d’élégance, en 2011 et y a remporté les plus grands honneurs de sa classe…, elle sera maintenant proposée à la vente aux enchères de Auctions America le samedi 18 juillet 2015 ! http://www.auctionsamerica.com

sorrellmanning_18