L’Excalibur Series I a été créée par Brook Stevens suite à une demande de la firme Studebacker, presque en faillite, qui cherchait à produire le modèle de la dernière chance…, c’est Raymond Loewy qui va ravir le marché avec l’Avanti…
Sinon…, au cas ou le projet de Brook Stevens aurait été accepté, c’est la « Mercebacker » qui aurait été commercialisée…, la première évocation d’une carrosserie à l’ancienne, une Mercedes SSK 1927, dont Brook Stevens avait un exemplaire dans sa collection personnelle…
Avec son projet refusé, Brook Stevens a décidé de l’exposer dans le salon de l’auto national… et là…, miracle, John Wayne, Steve McQueen et d’autres… ont passé commande…
Dans l’urgence, Brook Stevens a monté une « fabrique » à Mequon (Wisconsin) pour que ses deux fils aient « un avenir »…, il a acheté 300 châssis Studebacker au rabais (cette firme avait quand même fait faillite)… et à ce moment, second miracle, un garagiste de New-York, Jerry Aleeen, à vrai dire le plus gros dealer General-Motors de la région, va financer l’affaire, pour autant que les Excalibur soient équipées d’un V8 GM…
Donc, tout fut empirique, pas professionnel, un joyeux délire typique de la période hippie…
Comme il y a une bonne étoile qui brille pour les fous, toutes les Excalibur Series I vont se vendre, en version 2 places Roadster et Phaeton 4 places, le tout à 359 exemplaires, de 1965 à 1969.
Au début des années 70’ , le relatif succès de l’Excalibur Séries I donne quelques idées à divers pirates qui se lancent dans la fabrication de « Néo-classiques« .
Les frères Stevens restent fidèles à leur philosophie, en fait, ils sont incapables d’augmenter la production de la Séries I dans l’atelier de Mequon.
Les frères Stevens, toujours aidé par leur père Brooks, vont alors concocter une évolution, une Series II plus longue, plus large, plus lourde…
Ils réussissent à fabriquer 37 Series II, puis ils s’endettent pour s’installer à Milwaukee dans une usine de taille adaptée et peaufinent la Séries II qui dispose d’un chassis « maison » surdimensionné auquel sont greffés des trains roulants de Corvette C-2.
Sous le capot (en aluminium),  le super et réputé small-block 5L3 (327ci) de 350/400cv, fait place à un Big-Block 7 litres (454ci) de 300 chevaux.
La voiture est plus grande, plus large, plus lourde, elle reste dans la philosophie des Mercedes SSK de la fin des années ’20 avec un complexe et attendrissant système de capotage avec vitres latérales « souples« .
Cinq ans plus tard, la Serie III arrive sur le marché.
Probablement la génération d’Excalibur qui a connu le plus grand succès.
C’est une Series II améliorée avec des ailes avant et arrière plus enveloppantes.
Le moteur 7 Litres (454ci) provient des Corvette C-3 et ne délivre plus que 270cv à cause des systèmes légaux obligatoires anti-polution.
En 1975 la firme Excalibur vend 90 Series III, 184 en 1976, 237 en 1977, 263 en 1978… et, en 1979, 367 SIII quittent l’atelier.
Cela représente une moyenne de 6 voitures par jour.
En plein succès, les frères Stevens décident alors de recréer la mythique Mercedes 540K avec L’Excalibur Series IV…
Plus jamais…
C’est ce qui doit être gravé dans l’esprit lorsqu’on regarde une Excalibur.
Plus jamais ce ne sera possible, plus jamais on ne reconstruira une évocation des mythiques et maintenant financièrement inaccessibles Mercedes SSK et 540K… (leur prix dépassent les 4 millions d’euros).
C’est cela qui rend les Excalibur’s uniques.
Excalibur a été la première marque-usine au monde qui a inventé le concept de « Néo-classique« , de « réplique » et « d’évocation » des voitures de l’âge d’or de l’automobile.
Elles sont d’autant plus rares que leurs moteurs sont actuellement les plus recherchés dans le monde des collectionneurs de « Muscle-cars« …
Si la firme existait encore, il est certain qu’elle vendrait à nouveau.
Brook Stevens est décédé fin des années’90, son rêve lui survit…
La suite de la saga Excalibur, c’est ici : 
1965-1969 Excalibur Series I…
1970-1979 Excalibur Series II & III…
1980-1989 Excalibur Series IV & V…
1953-1958 Excalibur-J, 1959 Excalibur Hawk Coupé, 1985 Excalibur Roadster RS…
1966-1969 Excalibur 35X Michelotti, design by Guy Storr… (AutoChromes Magazine)
1953- 1989 La Saga Excalibur… (Autorama Magazine)
Excalibur, l’oeuvre de la famille Stevens… (AutoChromes Magazine)
1985- 1989 Excalibur Series V, une fin de règne… (AutoChromes Magazine)
Excalibur… 
Excalibur Séries IV « A way of life »…  
Les Excalibur, ahhhhhhhhhhhhhh !
www.GatsbyOnline.com  


35X19651966196719681969TotalRoadster 35X-568827
Series I19651966196719681969TotalRoadster SS5687383741259Pheton SS-3332044100Total5690715785359
Series II19701971197219731974TotalRoadster11-13222672Phaeton 26-5210092270Total3765122118342
Series III19751976197719781979TotalRoadster81115152776Phaeton821732222483401065Total901842372633671141
Series IV19801981198219831984TotalRoadster036603132159Phaeton93199152107235786Roadster 20th- – – –1212Phaeton 20th—  –3838 Total93235212138317995
Series V19851986198719881989TotalRoadster666191855Phaeton9157222718215Royal-4—4Limited 100-1—21Limo 6dr—-1313Sedan 4dr—4754101Total97882893103409