2007 Pagani Zonda R…  
Le grand Barnum !

En réponse aux Ferrari FXX et Maserati MC 12 Corsa, 2 missiles légalement interdits de mettre une seule de leurs roues dans la circulation, Pagani vient de sortir une version hystérique, monstrueuse, démoniaque, batmanesque de son emblématique Zonda : la Zonda R !
Si vous considérez la Ferrari FXX comme bien trop ordinaire (32 modèles auront été construits en tout et pour tout), ou que vous baillez devant le design raté de la Maserati MC12 Corse, réjouissez-vous… et dépêchez vous !
Produite à seulement 10 exemplaires, cette Pagani Zonda R est un modèle exclusivement destiné à l’utilisation sur circuit.

Le principal étant le moyen inventé par Ferrari (et Maserati)…
C’est l’explication « légale« , mais en réalité, les acquéreurs disposent de plusieurs moyens pour circuler avec cet engin…
Le fossé se creusant chaque jour davantage entre les riches et les pauvres (qui continuent d’embouteiller les routes avec leurs voitures insipidement bon marché et ce malgré qu’ils deviennent chaque jour de plus en plus pauvres…), il devient de plus en plus dangereux de circuler dans des voitures valant un million de US dollars, donc, pour pouvoir rouler dans ce type d’engin, l’idée « Ferraresque » a été de proposer un shéma-type.
L’usine propose une dizaine de réunions sur les plus beaux circuits du monde, prend en charge les véhicules (transports aller/retour, mises-au-points et réparations diverses, entretiens) et leurs propriétaires n’ont qu’à venir passer un week-end de folie au volant de « leur » monste, qu’ils « piloteront » avec l’assistance de l’usine et les conseils de quelques pilotes de F1…, tout cela pour un coût annuel d’environ le prix de la voiture… (au delà du million d’US Dollars).
En sus, c’est l’occasion (qui fait le larron) de se retrouver entre personnes (derrière toute personne il y a quelqu’un…) du même monde (rien de tel pour faire des affaires), et le prétexte de passer (mine de rien), les soirées de ce week-end avec la Maîtresse de son choix…
De plus, ça change de la monotonie des voyages avec le yatch et permet de ne pas être présent lors du dîner organisé par l’épouse pour recevoir ses meilleures amies…
Simple, efficace…
Sans soucis pour les clients et hyper rentable pour l’usine.
Le succès fut immédiat pour l’Enzo FXX, d’ou la sortie de la Maserati MC12 Corse clonée sur elle…

Ensuite, et bien, alors, c’est la vie, chacun se débrouille…
Les concurrents ne pouvaient que suivre afin d’assurer leur survie tout en se constituant un extraordinaire « viatique » répétitif et sans risque puisque les voitures vendues restent au mains des usines tant que dure le contrat tacitement renouvenable (comprenez que l’usine dispose de la voiture au cas ou le client n’honnorerait pas les factures qui sont assez lourdes…, et ce n’est pas un miracle).
Pour être certain qu’aucune fausse note ne vienne perturber ce manège (on peut le lire dans son sens le plus péjoratif : sous l’angle fiscal), Ferrari/Maserati obligent à la vente de leurs grands jouets pour milliardaires déjantés, l’acceptation d’une clause contractuelle stipulant que les propriétaires ne peuvent revendre leur voiture… que via certaines concessions Ferrari/Maserati…
J’ai pu ainsi être temoin du retrait de la vente d’une Enzo FXX chez Bonhams à Monaco en mai 2007.

Horacio Pagani attendait six commandes fermes avant de lancer la production de cette supercar dénommée « Zonda-R » à moteur V12 Mercedes de 750 ch.
Bienvenue dans un autre monde…, le vôtre ?
Malgré le tarif annoncé (1,2 millions d’euros plus taxes, mais il est possible d’organiser des échapatoires, la clientèle étant avant-tout « mondiale« …), les clients ont répondu à l’appel, puisque Pagani, désireux de rester en lice dans le milieu très fermé des pourvoyeurs de voitures hyper-chères, a eu la présence d’esprit de copier le système inventé par Ferrari/Maserati (ce que n’a pas encore fait Bugatti/VW) et…, bingo…, a enregistré six commandes fermes et quatre précommandes.
La Zonda R, est donc devenue « le » nec-plus-ultra-rapide du génial alchimiste argentin qu’est Horacio Pagani, la voiture que les milliardaires encore amateurs de voitures hors-normes et déjantées veulent posséder pour se démarquer de leurs relations qui s’affichent au volant d’une Enzo FXX…, ou d’une si laide Maserati MC12 Corse !
Le reste, c’est pipi de chat & co…, mais comme elles existent, on en discute, ce qui fait partie de l’effet voulu, sauf que je ne suis pas dupe et que je vous écrit de ne pas l’être…

L’intérêt des productions artisanales est qu’elles peuvent être modifiées, transformées au coup par coup en fonction de la réaction et du retour des premiers clients.
Les unités de production sont souvent flexibles et malléables, ce dont ne peuvent se prévaloir les grands constructeurs ou les marques établies.
Pagani appartient justement à cette race de petits constructeurs qui donc, remet au goût du jour ses pourtant très convaincantes Pagani Zonda C12, C12 F et suivantes, poursuivant sa quête de l’excellence et des profits mirobolants, pour aller tutoyer les ténors de sa catégorie…, avec succès !
Horacio Pagani pour créer sa légende alors qu’il n’avait pas d’histoire, a eu l’idée-marketing d’afficher qu’il vouait un immense respect à Juan Manuel Fangio, chose d’autant plus facile à « immortaliser » que ce pilote argentin de la course automobile est mort depuis un certain temps, passant à la postérité et au panthéon des champions d’exception…
Prétendre dès-lors qu’il aurait fortement imprégné de son empreinte le projet d’Horacio Pagani par ses multiples conseils, était chose invérifiable…, ce pourquoi Horacio l’a prétendu… 
(Je vous accorde quelques minutes pour rire avant de continuer à pleurer sur la bétise humaine, qui est, vous le savez, un puits sans fond, le réservoir financier de ceusses qui savent pomper la connerie des gens…)

Les journaleux ont donc écrit que le résultat de la réunion des deux hommes avait donné naissance à l’une des supercars les plus efficaces et fantastiques du moment….
Le dire à des journaleux en quète de « papiers » ne pouvait que créer une rumeur positive débouchant sur une légende, chose d’autant plus aisée que les journaleux écrivent tout et n’importe quoi en contre-partie de cadeaux divers (les moins chers étant un porte-clés ou/et un parapluie)…
Bingo !
La Pagani Zonda a alors défrayé la chronique des revues autos « spécialisées » d’autant plus facilement qu’elle était belle et spectaculaire (le Design sert avant tout à vendre), et affichait des performances de premier plan, bien avant que les Ferrari Enzo, Mercedes SLR et Porsche Carrera GT ne soient crées en conséquence de ce marché prometteur…
Les grands constructeurs, d’eux-mêmes (par eux-mêmes, c’est simple à comprendre, non ?), hésitaient en effet à mettre en chantier des voitures de très petites séries, n’osant pas afficher des tarifs stratosphériques dépassant les valeurs d’enchères des grandes classiques anciennes : Duesenberg, Pierce-Arrow, Hispano et Bugatti Royales… entre autres… 
Mais, voyant qu’un « petit » comme Pagani « osait » afficher des tarifs de l’ordre du demi-million d’US Dollars, ils se sont « lachés« …venant lui voler la vedette.
Horacio Pagani n’étant pas homme à s’en laisser compter, a développé sa gamme avec l’apparition d’un roadster, puis d’une variante plus affûtée, la Pagani Zonda C12 S 7.3, toutes situées entre 300 et 500.000 euros hors taxes et options… 
Mais, constatant que même à ces tarifs, les clients venaient acheter, Pagani a remis la Zonda dans les bureaux d’études et sur les pistes d’essai pour proposer une version encore améliorée : la Pagani Zonda C12 F cabrio en option…., affichée près de 650.000 euros hors taxes et divers, ce qui ne va pas suffire à calmer l’euphorique flambée des bananes dans le monde…
D’ou, la création de la Zonda R à 1.200.000 euros…
Pourtant, à ce petit jeu purement vénal, certaines grandes putes se sont cassées la gueule…
L’Enzo « normale » a été quasi interdite de vente aux USA en suite de certains accidents spectaculaires (vous comprenez pourquoi la FXX a été créée pour contourner cela, puiqu’elle n’est « officiellement » qu’un objet non roulable…), mais le pire fut décroché par la Porsche Carrera GT qui, elle, fut totalement et formellement interdite, la Haute Cour Américaine décrétant qu’elle n’était ni fiable ni sûre, mal étudiée… et se comportait dangereusement pour ses occupants en cas d’accident…
Le magazine américain Sport Car Market en a fait un large écho il y a un peu plus d’un an, mais cela a été « passé au bleu » (comprenez que cela a été enterré…) par la presse européenne…, la revue Sport-Auto (et d’autres) osant même écrire qu’ils ne comprenaient pas pourquoi Porsche arrétait la production de cette « huitième merveille du monde » au beau milieu de sa production…
Je suis certain que vous aussi, chers lecteurs, ne le saviez pas, non plus…
Parlez encore que la presse informe…
(Cette fois-ci, c’est moi qui arrète l’écriture de cet article, quelques minutes, pour rire…)
Si semblable et pourtant si différente.
C’est le premier constat qui saute aux yeux de l’amateur éclairé.
Le « vulgum pecus » ne verra là qu’une Zonda de plus qu’il n’a de toute façon pas les moyens financiers d’acquérir, mais l’initié, dont le regard est aiguisé par la passion, va remarquer moults détails qui sont propres à la Pagani Zonda R.
La forme générale reste identique, puisqu’elle a déjà fait ses preuves tant esthétiquement qu’en efficacité aérodynamique et qu’en sex-appeal qui attire les montagnes de Dollars, de Roubles, de Yens et d’Euros…
Ce dernier facteur ne peut pas être pris à la légère et peut parfois dicter le style d’une supercar en raison des prix supersoniques atteints.
Le regard de la Zonda avec ses nouveaux feux avant totalement « pompés » sur le re-design de la GT40 « Zio » design by Patrick Henderickx, en ce compris la forme du capot arrière et autres détails (regardez en comparaison les multiples photos publiées dans d’autres articles sur www.GatsbyOnline.com GT40, super-car…), sont les modifications les plus visibles.
L’habitacle offre également son lot d’émotion, comprenez par là, l’expression « en avoir pour son argent« , une atmosphère encore jamais vue à bord d’une Supercar, excepté les TVR récentes et surtout les Spyker qui proposent des habitacles tout aussi surprenants et originaux : cuir rouge matelassé, placages carbone et bois laqué, un volant digne des dernières Formule 1 mais avec un look « Vintage« .
Les rares amateurs d’automobiles hors du commun, évidemment milliardaires, et clients privilégiés de la marque ne seront pas surpris car l’habitacle est en tout point identique à celui des autres modèles déjà produits par Pagani.
Comme dans le cas des deux filles de l’Enzo (la FXX et la MC12 Corse), il n’était pas utile ni question de répondre à un quelconque réglement, et Pagani a donc eu les coudées franches.
A la différence de Ferrari, Porsche, Mercedes et même d’Edonis et Koenigsegg, Pagani a opté pour une mécanique d’origine Mercedes-Benz.
Certes n’imaginez tout de même pas qu’elle a été installée sous le capot arrière de la Zonda sans modifications importantes.
C’est le V12 Mercedes qui a retenu l’attention de Pagani. 
Il a rendu visite à son fournisseur habituel, AMG, qui lui a livré un V12 Mercedes de 750 ch et 710 Nm de couple, basé sur le moteur de la CLK GTR.
La Zonda R a été reconstruite autour de cette forge de Vulcain, avec des modifications profondes.
La voiture est plus longue de 394 mm, avec un empattement plus grand que la voiture de route, une aérodynamique plus « poussée » et une boîte de vitesse séquentielle…
De quoi montrer aux « indigènes » de quel bois (carbone, plutôt) on se chauffe chez Pagani.

Les valeurs ainsi affichées par ce gros cube sont impressionnantes et se passent de commentaires.
Avec sa cylindrée de 7,3 litres, il est en fait repris de la version C12 7.3 S. mais toute l’admission et l’échappement ont été revus ainsi que la gestion électronique moteur.
Toutes les pièces mobiles de ce moteur de rêve ont été revues et allégées afin de limiter l’inertie propre aux gros cubes, si le client s’attend à conduire une auto au caractère moteur comme celui d’une Dodge Viper ou d’une Corvette Big-Block, il faudra repasser.
Pour démarrer ce V12 allemand, il suffit d’une pression sur le bouton start situé sur la planche de bord…, c’est simplissime… (vous croyez qu’il fallait tourner une manivelle ?)…
Avec le 0 à 100 km/h parcouru en 3,6 secondes et surtout le 0 à 200 km/h atteint en 9,8 secondes seulement, il faut un certain temps pour s’accoutumer aux accélérations dantesques de la Pagani Zonda.
D’ailleurs, lorsque la Pagani Zonda ne pousse plus, elle est à 345 km/h !
Une transmission manuelle à 6 rapports se charge de commander les douze cylindres goulus.
Horacio Pagani, malgré toutes les modifications apportées, est resté fidèle à la coque centrale en carbone et ses deux faux châssis tubulaires avant et arrière.
Bien qu’identique, cette structure est plus légère tout en étant aussi résistante à la torsion.
Horacio Pagani a cherché à améliorer tout en faisant la chasse aux kilos.
Roues, système d’échappement et admission, coque…, tout est passé à la traque aux kilos. Résultat, 1370 kg seulement sur la bascule dans les mêmes valeurs que ses rivales directes.
La motricité est sans faille, aidée par un système de contrôle de traction, et l’agilité de la Zonda est étonnante, précise et agile, nul besoin de tirer outre mesure sur le volant.
Un véritable plaisir d’esthète.
Ses freins en céramiques généreusement dimensionnés cachés derrière les jantes en magnésium permettent des déccélérations impressionnantes, c’est une évolution du système Brembo monté sur la Ferrari Enzo.

L’histoire de Pagani Zonda…

Fasciné par les performances des nouvelles technologies, Horacio Pagani a créé en 1991, une entreprise, Modena Design, d’abord consacrée au développement de sous-ensembles automobiles en matériaux composites.
A travers la collaboration avec de prestigieuses marques Italiennes, prend corps peu à peu l’excitant projet de réaliser la meilleure automobile de sport technologiquement concevable, étroitement inspirée des légendaires «Groupe-C».
Après plusieurs années de recherches et de tests de prototypes, la Zonda C12 est enfin présentée à la curiosité des fanatiques au Salon de Genève 1998, et entre en production l’année suivante.
Ultra-rigide et légère (coque carbone), hyper-puissante (V12, 6 litres Mercedes-Benz de 450 chevaux), finie comme une TVR anglaise futuriste, la Zonda C12 redéfinit le concept de «super-car».
Les premières commandes tombent rapidement.

Examinée en détail, la Zonda C12 se revèle un objet d’art : chaque pièce, chaque accessoire, depuis les composants structurels de la coque jusqu’à l’habitacle, qu’ils soient en alliage léger ou en carbone, portent l’empreinte de la capacité créatrice d’Horacio Pagani.
Horacio Pagani présente l’année suivante une version S qui reçoit la version 7 litres du moteur AMG, délivrant 550 chevaux et 720 mN de couple, dont 85% disponible dès 2000 t/mn.
Tout a été composé et exécuté pour combler les « happy-few » qui en font l’acquisition : GPS, direction assistée, climatisation, sellerie luxueuse, bagages sur mesure, installation hi-fi, toit transparent athermique et…, jusqu’à la boîte six vitesses développée spécialement par Pagani.
Mais surtout, à un degré incroyable, c’est l’efficacité dans le comportement routier de la Zonda qui suscite l’engouement des quelques élus qui ont eu le privilège de la piloter.
Précision absolue du guidage, absence d’inertie, réponse instantanée des commandes, contrôle au millimètre des trajectoires et des appuis, la sensation est celle de la synthèse longtemps attendue entre compétition et grand-tourisme luxueux.
Le secret de Pagani: une équipe d’ingénieurs de pointe, animés par un créateur visionnaire et déterminé, oeuvrant dans l’obsession de la perfection pour fonder une nouvelle légende de l’histoire de l’automobile à hautes performances.
Modena-Design, est une entreprise établie à Modène, spécialisée dans la conception et la fabrication de produits hi-tech, tels que les sous-ensembles en matériaux d’avant-garde et autres produits de technologie avancée.

Comme expliqué en ce début d’article, Pagani a fréquenté à titre amical le quintuple Champion du Monde Juan-Manuel Fangio, avec qui il eut l’occasion de parler de son projet d’une Grand-Tourisme de très hautes performances baptisée du nom de Zonda… (tout comme j’ai eu moi-même l’occasion un jour de lui parler de mes magazines Chromes & Flammes, à l’époque ou Jacky-Ickx travaillait pour moi en tant que rédacteur en chef…) ! 
La division Composites a collaboré avec des partenaires aussi prestigieux que Lamborghini, Ferrari, Dall’Ara, en outre, Horacio Pagani lui-même a été un collaborateur de Lamborghini, et dessiné notamment les lignes de la Countach « 25ème anniversaire« … ce qui aurait pu être une anti-publicité, tant ce re-design est raté dans un style « tuning » de très mauvais goût !
Juan-Manuel Fangio n’a jamais, strictement jamais rien eu à y voir (aussi bien dans le projet automobile de Pagani que dans l’édition de mes magazines en Argentine), mais Pagani, très au fait des techniques marketing et sachant que la rumeur positive se crèe de même façon que la rumeur négative, a lançé le bruit que sa voiture aurait du s’appeler « Fangio« ….
Dans le style farce et attrape de haut vol, on touche au sublime !
Il existe même sûrement une photo ou ils se serrent les paluches, photo qu’on peut évidement légender de la manière voulue…
Mais Horacio Pagani y a renoncé, non pas en raison du décès du grand champion mais parce qu’il risquait de serieux retours de bâton… 
Quoiqu’il en soit, la stratégie de vente tourne d’abord sur une sorte de réassurance des esprits, et ce n’est pas simple pour une nouvelle marque sans aucun passé et dont les tentatives de briller en courses automobiles de prestige s’est soldé par un échec aux 24 heures du Mans.
Pourtant, très snobs, les personnes en charge des ventes, c’est à dire les huit concessionnaires répartis dans le monde, affirment péremptoirement qu’il n’y a aucun doute sur la validité d’un tel placement qu’est l’achat d’une Zonda…, affirmant : « Voilà pourquoi les plus heureux des passionnés, disposant des moyens que leur ont donné leur travail ou leur talent, n’hésitent pas à passer commande d’une Pagani Zonda ». Le prix est tout-à-fait raisonné et proportionné à la somme d’ingéniérie, de compétences, de matériaux précieux, de savoir-faire et de ferveur qui entrent dans la composition d’une Zonda. Voici les prix de base des modèles disponibles (tarif Février 2007) : Zonda F C12S 7.3 & Zonda F C12 S 7.3 Clubsport : les vingt-cinq exemplaires ont été vendus…. : Zonda F C12 S Roadster 7.3 : une seule encore disponible. Version 602 Chevaux: 592.200 € HT.  Version Clubsport : 616.560 € HT.  Version Zonda R : 1.200.000 € HT. Une fois la décision prise, tout commencera vraiment par une journée inoubliable au cœur de l’Emilie Romagne, chez Pagani Automobili, où vous serez accueilli par Horacio Pagani en personne… En effet, chez Pagani, la production en petite série par des techniciens hautement qualifiés autorise la définition individualisée de chaque exemplaire selon les souhaits et préférences de chaque client : couleurs et finitions, cuirs et garnitures, et bien évidemment la nuance de la peinture correspondront exactement à votre volonté. Tout besoin d’équipement sur mesure peut être pris en compte, dans la tradition des constructeurs les plus prestigieux. Chaque voiture est accompagnée de bagages en carbone et cuir réalisés par Cuoio Schedoni, incluant deux housses à costumes intelligemment conçues pour se suspendre verticalement derrière les sièges. Car la Zonda est véritablement une automobile qui se conduit, s’apprécie en touring détendu ou sportif à travers les routes du monde, et fait pénétrer son possesseur dans la vraie vie: plaisir des jours et des lieux, beauté, luxe, performance, sécurité. La livraison s’effectue actuellement sous un délai de l’ordre de huit à douze mois, qui varie selon le plan de charge de l’usine et les commandes en cours« …
Pas la peine d’en rajouter…, sauf pour écrire que les Pagani Zonda sont réellement d’extraordinaires automobiles, mais qu’il n’est et n’était pas utile d’en rajouter avec d’aussi gros-siers fils blancs…
www.LesAutomobilesExtraordinaires.com
www.GatsbyOnline.com   
 
 


Zonda Cabriolet…
Zonda, présentation officielle Pagani…