Tramontana…

Son objectif premier était d’appliquer la créativité à tous les aspects d’une voiture.
Tramontana est une société européenne qui représente une nouvelle génération d’ingénieurs entreprenants, basée sur la Costa Brava, non loin de Barcelone en Espagne.
Et cela depuis le design et la construction jusqu’à la distribution exclusive du modèle.
La société Tramontana incarne un concept révolutionnaire qui comprend précision technique, design personnalisé et personnes compétentes.

Modelée sur les courbes de la Costa Brava, il s’agit bien d’une œuvre d’art intemporelle !
C’est le summum de la voiture donnant du désir, de l’émotion et de l’excitation !
Décidée à frapper très fort dès la présentation de son premier modèle, cette nouvelle marque exclusive ne pourra assurer qu’une douzaine de commandes par an.
La construction de cette voiture est un savant cocktail de matière comprenant non seulement de l’aluminium, de l’acier et du carbone, mais aussi du bois et de l’or !

Deux personnes peuvent monter à son bord en s’asseyant l’un derrière l’autre, comme dans un avion de chasse.

Au final, la Tramontana avoue un poids de 950kg, ce qui est tout à fait remarquable quand on sait qu’elle mesure 4m90 de long pour plus de 2m de large.

Que nenni, l’ibère et fière Tramontana est en production.

Le physique pas forcément gracieux et les caractéristiques délirantes de la bête, ajouté à la relative absence d’infos concernant cette « chose » m’a fait penser que la Tramontana était faite pour s’écraser sur le mur compact d’une réalité dans laquelle les idées les plus folles ont parfois de la difficulté à éclore.

La disposition des deux baquets en enfilade rappelle elle aussi les F1 biplaces et l’ouverture de la « porte » est quant à elle totalement inédite.
La partie châssis s’inspire beaucoup de la F1 et tout particulièrement les suspensions avant.
La construction du modèle est spécifique, alliant aluminium, or et bois précieux.
Bois d’ailleurs pas toujours bien placé puisqu’il sert d’ornement extérieur de carrosserie, un peu comme sur les breaks américains des années 80.

Cette voiture monocoque, qui comporte 8 zones de déformations préprogrammées, est en fibre de carbone.
Elle n’a pas la grâce d’une Lotus Elise ou l’aggressivité d’une Ferrari F430 mais elle est désirable quand même… 
L’aérodynamique est parait-il très « optimisée » ce qui signifie qu’elle est optimiste tout comme la voiture et la mentalité des clients qu’elle vise….

Il est placé en position centrale arrière de l’engin, mi-Formule 1, mi-avion de chasse.
Mais le mieux est encore de savoir que le moteur V12, développant plus de 500ch et 825Nm, offre un rapport poids/puissance largement inférieur à 2kg/ch.
Grâce à un sélecteur on peut choisir le niveau de puissance qu’on souhaite utiliser, soit 550 ou 720 cv.
L’une pour Madame et l’autre pour Monsieur ou l’une pour la ville et l’autre pour les nationales, je vous laisse attribuer les chiffres à votre guise !

L’auto (mais est ce une auto ?) pése 1250 kg pour les mensurations suivantes :
Le couple maximun s’établit à 900 Nm et les perfomances annoncées donnent 3.7 sec pour un 0 à 100 km/h et une vitesse maxi de 355 km/h.
Longueur : 4.90m
Largeur : 2.08m
Hauteur : 1.20m

Mais une table basse très rapide.
L’esthétique particulière, dont les parties en bois, lui donnent une forte ressemblance avec une table basse Ikea.
Son prix : 600 000 €uros !

Ben oui, quand vous êtes dans la région, seul, que faire, le soir ?
Après avoir été invité à la présentation « Presse » de la Tramontana, les constructeurs de cette chose éminement coûteuse m’ont invité à une soirée typiquement snob, prétexte à des auto-congratulations spermiques sous l’oeil fatigué de la Princesse Stéphanie que je croise de temps à autre lors de mes virées sur le rocher…
Après cette délirante exhibition, j’ai résolu de me gratter les coucougnettes au milieu des stars, des starlettes, des bellâtres et des pouffes…

Privilégiant l’ambiance, je me suis d’abord rendu au Star’s n Bars sur le Port, qui reste incontournable, Kate et Didier me mettent à chaque fois à l’aise de suite et les serveuses sont très cools.
A Monaco tout est facile, les habitués font toujours la même chose, on croise plusieurs fois les mêmes personne durant la nuit.
J’y ai côtoyé le principal membre érectile de la Famille Souveraine entouré d’une Star du Show bizz …
Je suis ensuite allé m’installer au Piano Bar du Grand Hôtel, l’ex-Loew’s de Av. des Spélugues.
En sortant, j’ai jeté les 0.75 € que j’aurais dû laisser en pourboire,  et je les ai joués dans la première machine à sous rencontrée au Casino…

Pas de panique, les cacahuètes du Grand Hôtel allaient me soutenir pendant une partie de la nuit, le Jimmy’z n’ouvrant ses portes que vers minuit, j’ai donc trainé sur la Place du Casino.
Avec la monnaie gagnée, je me suis précipité au S’n B, mais l’ambiance était trop bruyante, je n’avais toutefois pas envie d’être raisonnable, j’étais toujours seul,que faire ?
Ne trouvant pas de quoi m’exciter, j’ai descendu les Spélugues et au Portier j’ai pris à gauche, pour un autre endroit incontournable, le ‘SAS café’, piano bar où l’enseigne annonce la couleur quant aux fréquentations du patron…

A l’entrée j’ai lançé un sourire à la dame, et ensuite, WAOUUUUUU, j’ai vu puis cotoyé, puis touché, puis b…., une fille superbe au milieu d’autres bimbos superbes, qui était là pour le même motif que moi ( attention il y a des pros dans le tas et elles ne jouent pas à l’ASMFC …) !
A 01 heure du matin, j’étais toujours seul, mais très zen je suis allé dans la boîte à rêves, ‘Le Jimmy’z’.
Je suis désolé, je ne puis plus rien pour vous qui me lisez, après tout Monaco c’est surfait, la prochaine fois essayez Maubeuge il paraît que le clair de lune est d’enfer…
Sur ce, je rentre me b….
www.LesAutomobilesExtraordinaires.com     
www.GatsbyOnline.com