Bertrand Lavier / Gabriel Orozco / Erwin Wurm

« Mais pourquoi donc, êtes-vous… es-tu… est-il… si caustique dans vos… tes… ses… chroniques au vitriol ? »…
On « cause » de moi, là…, j’explique…

hopital_01

Victime d’une intoxication de stupidités, j’ai vécu une septicémie automobile qui s’est muée en choc septique mécanique puis en choc anaphylactique du à une forme d’allergie à diverses automobiles !
Une légère infection, même passée inaperçue, peut dégénérer en une réaction bien plus grave, les germes se multiplient et se propagent dans tout l’organisme, c’est la septicémie…, cette infection peut mener au pire : le choc anaphylactique…., des semaines, des mois, des années de souffrances et de traitements… puis un ras-le-bol généralisé et un changement de vie et de zone de vie pour éradiquer…, en mon cas, de fin juin à début aout j’ai été trois fois en réanimation…

Dans le milieu (et surtout dans les extrèmes) de l’automobile, un contrat n’a pas plus de valeur que des blablablas…!Dans ces putains d’expositions automobiles et autres ventes aux enchères d’automobiles de collection que les plus crétins considèrent comme étant « indispensables »…, les plus vicieux friqués s’y sentent comme des poissons dans l’héro…, l’avantage c’est qu’en plus d’y respirer la classe (des autres) et d’avoir dans le « larfeuille » de quoi vider une partie de la marchandise exposée…, pour les plus en vue, pas besoin de payer une entrée ou de faire la queue comme des nazes, les organisateurs connassent… les plus belles faces d’escrocs, mêmes (et surtout) rongées par la merde qui stagne dans leur corps de camés irresponsables…

Avancer là dedans en étant complètement retourné donne l’impression de foncer dans un bordel géant…, on déboule tant bien que mal dans la salle principale, on est enveloppé de conneries comme jamais, on ferme les yeux… et on bouffe la puissance de l’argent du mieux qu’on peux…

hopital_02

Allez…, ne restez pas là comme des glands, vous n’allez pas rester debouts et raides comme des nazes, suivez-moi dans une N ième exposition…

Je cherche du regard des connaissances ou quelques minettes à aborder… et là, dés les premières secondes, voila qu’une Lamborghini se distingue, belle, explosive…, impossible de l’atteindre vraiment, mais il ne faut pas déconner, je n’ai strictement rien dans les mains pour sustenter à l’irritation.., donc, direction le bar…, la fille qui sert, je la connais, tout le monde l’a déjà vue quelque part, mais impossible de remettre un nom dessus, Miura quelque-chose…, sûrement une ancienne figure d’autrefois, tout comme la Lambo on la sent retapée, liftée… et malgré les traits tirés, la refonte presque totale de son ancien et si joli minois, elle reste attirante.

Mais à peine ais-je ressenti l’envie de parler avec cette vieille peau magnifiquement remise au goût du jour, qu’une autre débarque…, métissée au possible, ses origines indéfinies me sautent à la gueule, elle est simple, avenante, très pop…, le genre de visage qui vous revient sous la douche, ou qui vous parasite la tête en marchant dans la rue…, une fille accessible, mais pas facile, au sourire éclatant…, le mélange entre l’alcool et ce charme latin qui vampirise la tête…
Comme toutes les américo-latines, elle rend presque dingue avec ses seins énormes donnant obligatoirement envie de s’approcher d’elle le nez dans le creux de son cou, pour suivre le mouvement de son anatomie… malgré la dose énorme de coke dans son pif…, résultat, le reste des sens est monopolisé par cette Pantera, qui pourrait mettre à genoux tout les mecs…, elle est l’archétype de la fille ultra maquillée, pétasse et bandante au possible, bougeant son corps comme une folle…, bizarrement on ne voit pas qu’elle est à moitié dévastée par l’alcool, elle est rouillée au possible…
Elle me colle contre un mur pour se plaquer à moi franchement, je ne regarde plus rien, je ferme les yeux, elle me susurre des mots dans l’oreille…, craquante tout en étant rentre-dedans, intéressante mais assez directe pour m’éviter de lui déblatérer des conneries entre deux relents de vomis.

Les mélanges commencent à me casser le cerveau, il faut que j’aille m’asseoir dans mon coin toujours réservé pour mon petit plaisir…, Carole s’y trouve…, aujourd’hui, la tête à l’envers, j’ai l’impression de lui déceler un certain charme, entre ses deux conversations presque insupportables, elle laisse transparaître une certaine beauté mélodique, presque cristalline.

Bah…, pas d’importance, quantité d’autres débarquent autour de moi, une sorte de fan-club…, je pourrais à l’occasion en rapatrier une chez moi pour tester un nouveau matelas, pourquoi pas, l’affaire est pliée, je rentre avec elle ce soir…, mais en chemin, je croise Carrera…, comme les Porschettes, charmeuse, aux courbes rondes, se fondant dans la masse sans pour autant réveiller une attirance incontrôlable.., sourire éclatant et bonne humeur communicative, je serais charmé depuis longtemps si mon attirance pour les filles « bien » était pas proche de zéro après avoir 3 grammes dans le sang.

Ras le bol…, direction le stand du galeriste Yvon Lambert…, une étrange nanana me prétend en être la responsable sexuelle…, bardée de tatouages tribaux, filant les fringues onéreuses avec un rythme endiablé, le genre à sublimer le style négligé…, débarrassée de toute fioriture, presque roots et tribale dans sa manière de communier avec ce qui l’entoure, elle ne laisse pourtant personne indifférent…, on a qu’une envie, c’est de rentrer dans cette transe primitive avec elle, tout en restant béat sur les petits éclairs de modernités discrètement distillés sur ses fringues et son corps.

Certaines oeuvres d’art sont plus évidentes que d’autres…, quand il s’agit d’un tableau d’un grand peintre, les prix que certains collectionneurs sont prêts à mettre peuvent atteindre des sommets…, de même pour certaines automobiles de collection qui au cours d’enchères régulières battent sans cesse des records…, pedigree, état concours, rareté, faible kilométrage… autant de facteurs qui jouent dans la côte de chacune de ces autos de collection…, il est donc plus difficile à croire que l’on puisse dépenser de fortes sommes d’argent pour acquérir une voiture accidentée…, c’est pourtant ce qui a eu lieu durant la Fiac, la Foire Internationale d’Art Contemporain, à Paris.

Ce que certains pourraient voir comme un vulgaire tas de ferraille était en réalité exposé et mis en vente sur le nom de l’oeuvre : Dino…, comme le prénom accolé à la Ferrari 308 GT4, réduite ici à l’état d’épave à la suite de tonneaux subits à son bord par l’artiste plasticien Bertrand Lavier… qui a décidé de la convertir en œuvre d’art en 1993…, il suffisait d’y penser !

Et c’est un collectionneur turc (sic !) qui en a fait l’acquisition au cours de la Fiac pour quelques 250.000$, soit environ 186.000€…, mais quand on pense qu’un tel modèle en parfait état de marche peut se négocier autour de 15.000€, il y a de quoi se poser des questions !

Depuis le début des années 1970, Bertrand Lavier dit avoir interrogé les rapports de l’art et du quotidien ainsi que la nature de l’œuvre d’art en plaçant dans un environnement socialement identifié comme lieu d’exposition d’œuvres d’art, des objets empruntés à la vie courante, modifiés ou hybridés de façon à ce que leur statut même s’en trouve mis en question…, pendant les années-là, il réalise des travaux photographiques puis repeint des objets dans le cadre d’une réflexion sur la peinture : il recouvre un piano, une fenêtre, un réfrigérateur ou encore un miroir d’une épaisse couche de peinture tout en reprenant les couleurs d’origine des objets peints.

Ses premières œuvres exploitent l’ambiguïté résultant d’objets quotidiens (voitures, armoires en tôle, réfrigérateurs…) simplement recouverts d’une épaisse couche de peinture posée en larges aplats : ces objets sont à la fois l’objet lui-même (ils demeurent théoriquement utilisables) et l’image de l’objet, en raison de la peinture qui les recouvre…, dans le même esprit, Lavier repeindra ensuite partiellement à l’identique un tableau ancien, invitant à s’interroger sur le statut de l’œuvre.

L’artiste évolue ensuite vers des superpositions (réfrigérateur posé sur un coffre-fort, enclume posée sur un meuble à tiroirs) et combinaisons d’objets dont la valeur d’ensemble dépasse la somme des valeurs de chaque composant pris isolément…, la démarche de Lavier trouve ainsi des antécédents dans celles de Marcel Duchamp et des nouveaux réalistes (l’artiste indique d’ailleurs admirer passionnément l’œuvre de Raymond Hains)…, Lavier se livre à une exploration des catégories artistiques et des codes de présentation et de représentation de l’art qui met en évidence la fonction du langage, le rôle du socle dans la définition de la sculpture…, il s’intéresse aux réalités ambivalentes comme lorsque, dans ses Walt Disney Productions, il met en évidence les tableaux modernes, qui passent habituellement inaperçus dans les décors où évolue le personnage de Mickey.

Si tout objet peut ainsi cumuler plusieurs identités, le fait de rapprocher des images est aussi important que d’en créer : le travail artistique peut ainsi consister à rapprocher des images ou des objets que la réalité quotidienne sépare…, considérant que le ready-made est devenu une catégorie à part entière de l’art au même titre que la peinture ou la sculpture, Bertrand Lavier peut décider d’exposer une automobile accidentée (Giulietta, 1993), une montgolfière dégonflée (Dolly, 1993) ou un fragment de pylone électrique, prenant le contre-pied du principe d’indifférence qui faisait à l’origine la condition même de la possibilité du ready made.

Lorsqu’en 1993, Gabriel Orozco entreprit de réduire une DS Citroën d’un tiers dans le sens de la largeur, tronçonnant tout du long sa partie médiane (moteur compris), la voiture, déjà vintage, n’était plus le bel animal, symbole de confort et de modernité aérodynamique, décrit par Roland Barthes dans Mythologies.

Sortie d’une casse automobile par l’artiste, pour 2.000 euros, elle ne symbolisait plus vraiment, en cette fin de XXe siècle, la confiance en l’avenir et en la prospérité retrouvée qui avait accompagné sa naissance, au sortir de la deuxième guerre mondiale…, reprofilée par Orozco, ses deux phares artificiellement rapprochés comme par un effet de strabisme, l’intérieur recadré autour du volant, une place à l’avant, une deuxième à l’arrière, tel le cockpit d’un vieil avion à moteur, la déesse est devenue un objet paradoxal comme on en trouve beaucoup dans l’oeuvre du sculpteur : offrant une image hyperbolique, presque caricaturale, de la vitesse, tout en étant privée du moyen d’avancer : stoppée net…, mais catapultée au delà du million d’euros, question valeur !

Lors de sa présentation initiale, à la galerie Chantal Crousel, les visiteurs pouvaient, en s’asseyant à l’intérieur, ressentir physiquement l’ablation dont le véhicule avait fait l’objet-ce qui n’est plus possible aujourd’hui…, une expérience qui, en s’appuyant sur la mémoire du corps et de l’espace à l’oeuvre en chacun de nous, ne pouvait que susciter un sentiment de décalage et d’étrangeté…

Autre style, autres créations, drôles, immédiatement accessibles, les oeuvres d’Erwin Wurm jettent un trouble sur notre quotidien pour en souligner les codes, les angoisses et les absurdités…, Wurm en allemand signifie « ver » et l’oeuvre de l’artiste autrichien Erwin Wurm s’insinue effectivement comme un ver dans le fruit de la société contemporaine, ou encore dans le fromage dégoulinant d’angoisses et d’absurdités des petits faits triviaux du quotidien.

« Je m’intéresse à la vie de tous les jours. Tous les matériaux qui m’entourent peuvent être utilisés, aussi bien que les objets, les sujets impliqués dans la société contemporaine. Mon travail parle de l’être humain dans toutes ses dimensions : physique, spirituelle, psychologique et politique »… m’a dit l’artiste.

Erwin Wurm est le fils spirituel et matériel des extravagances Dada, de Fluxus et de Joseph Beuys…, quoiqu’il fasse, il se réclame toujours de la sculpture et de ses principes fondamentaux : vide, volume, poids, équilibre…, sculptant la masse des idées reçues et des normes en cours, aussi bien que les objets de consommation courante, les corps humains, ou encore le temps et ses formes éphémères.

Ses toutes premières oeuvres sont à peine visibles : des traces de poussières dans les rues des grandes villes, des sculptures de vêtements sans présence humaine, et plus tard des mises en scènes filmées ou photographiées où des individus ont maille à partir avec leurs vêtements.

Wurm crée de la tension, des postures quasi chorégraphiques, des équilibres et des déséquilibres, de l’absurde et de l’étrangeté…, plus connues, mais tout aussi ténues, sont ses One Minute Sculptures…, le corps de l’artiste lui-même ou celui de volontaires deviennent ici les matériaux de sculptures humoristiques et éphémères : une femme haut perchée sur un balais, une autre écrasée par une valise, un homme en équilibre précaire sur deux ballons, un banquier avec des asperges dans les narines, une jeune fille émergeant d’un sac de voyage…, autant d’attitudes sculpturales absurdes qui provoquent de petits dérapages et narguent l’esprit de sérieux

Jouant avec le ténu et la fragilité, Erwin Wurm peut tout aussi bien s’amuser avec « l’énaurme », le gonflement du réel, sa distorsion et sa caricature dans des figures grotesques (L’Homme qui a avalé le monde)…, lecteur boulimique de philosophie et de sciences humaines ou dures, Erwin Wurm interroge les fondements du savoir et la relativité de la connaissance.

Parmi ses oeuvres les plus connues, la Fat Car et la Fat House, objets hybrides entre technologie et biologie, représentent deux idéaux ordinaires de nos sociétés outrés ici jusqu’à la bouffonnerie symbole de surconsommation et de trop plein de richesses.

Par le vide ou le trop plein, mais toujours avec beaucoup d’humour, Erwim Wurm s’inquiète et inquiète le réel, le trouble et le tord, élabore ses oeuvres comme autant de symptômes des angoisses ou des malaises d’aujourd’hui, des petits tracas de la ménagère jusqu’aux grandes questions politiques et philosophiques contemporaines.

Revenu au parking récupérer ma Jeep Gr-Cherokke, j’avise un loustic qui s’agite à coté de la porte conducteur…, ce connard a rayé ma bagnole…, au regard courroçé que je lui lance, il me répond qu’elle vaudra 10 fois plus puisque la Ferrari 308 de l’artiste plasticien Bertrand Lavier a été vendue 186.000€…, je lui casse la tête en hurlant à la mort…, je ne distingue plus grand-chose de toute façon, excepté son nez à écraser…, je n’entends même pas les gardes du corps me sauter dessus pour me rouer de coup et me jeter au loin dans les ordures…, le nez dans le caniveau, je prends la résolution de ne plus jamais foutre mes pieds dans ces endroits, puis je m’évanouis.

La cause de mon infection qui s’en est suivie est due à un trop-plein de stupidités automobiles, mais c’est très variable…, la septicémie automobile doublée d’un choc anaphylactique du à un empoisonnement en cause d’une allergie aux conneries automobiles…peut se développer à partir :
– d’un trop-plein de lectures débilitantes d’articles stupides de magazines crétins…
– à un empoisonnement psychologique du à la lobotomisation des communiqués de presse des constructeurs…
– à une indigestion de bétises roulables et roulantes vues dans divers salons et expositions…

hopital_03

La plupart du temps, la septicémie automobile est mortelle, le germe est présent dans le corps sans qu’il y ait pour autant de symptôme visible…, par la suite, le système immunitaire reconnaît les intrus, il réagit en libérant différentes substances…, la réaction va se traduire par un ras-le-bol, suivi d’une fièvre de rejet…, soit, au contraire, d’une baisse de toute envie…

La septicémie automobile, et le choc anaphylactique  dont l’évolution est insidieuse, est souvent plus grave chez les jeunes cons fanatiques de F1 et Rallyes que chez les personnes âgées amatrices d’automobiles de grand confort, sauf celles qui ont un système de défense mental plus fragile et qui se shootent aux automobiles sportives hors de prix…, ensuite, une cascade d’événements se succèdent et quand leur système immunitaire est dépassé, il réagit mal : les substances libérées anéantissent tout sens de la mesure, résultat le système de pensée logique ralentit.

A ce stade, la vie de ces loques humaines est en danger, la septicémie automobile évolue vers un choc septique mécanique…, il faut alors identifier le germe responsable (souvent la Ferraria, la Masetaria, l’Alfaromeria), pour donner le bon traitement… et dans tous les cas, il faut rechercher la porte d’entrée de l’infection…, si la localisation est profonde, comme cela peut être le cas pour certains tifosi, un traitement radical est indispensable pour éradiquer le foyer infectieux.
Bon courage…