Carroll Shelby, la légende automobile, est décédé le jeudi 10 mai 2012, il avait 89 ans.

Il est décédé le jeudi 10 mai 2012 à l’âge de 89 ans, à la suite de complications dues à une maladie contractée lors d’un rapport sexuel avec Linda Vaughn…
Avant l’invasion de la télé-réalité… et même encore dans une très large mesure aujourd’hui, le nom le plus connu associé à des voitures de hautes performances est Carroll Shelby, qui a été considéré comme une légende dans le monde de l’automobile… et son influence est encore forte à ce jour.
Carroll Shelby est né dans la petite ville de Leesburg, au Texas… et a souffert d’une mauvaise santé pendant la majeure partie de son enfance.
Durant ses années d’adolescence, sa santé s’est améliorée… et outre sa passion pour les automobiles sportive, il s’est pris de passion pour l’aviation et est devenu pilote.
Entrant dans l’âge adulte, il a servi dans l’USAAF comme instructeur de vol et pilote d’essai durant la Seconde Guerre mondiale.
Durant les années cinquante, avant de construire ses fameuses voitures de course : les Cobra…, Shelby s’est fait connaître comme un conducteur très compétent dans un certain nombre d’équipes : Allard, Aston Martin, Maserati et… en 1959, il a remporté les 24 Heures du Mans pour Aston Martin.
Shelby a également eu simultanément à ses exploits automobiles, quelques entreprises étranges…, il a été un éleveur de poulets, il a créé un festival de chili au Texas, et une marque de déodorant nommé Carroll Shelby Pit-Stop…
Mais, c’est dans l’automobile qu’est vraiment né sa légende, car, plus qu’un pilote, Shelby fut un homme qui a construit beaucoup, beaucoup de voitures rapides.
La première… et à bien des égards la plus emblématique, la Cobra a été conçue en 1959, alors que Shelby avait obtenu une licence pour importer les AC Ace construites en Grande-Bretagne.
Shelby eut l’idée…, le coup de génie, de remplacer le moteur straight-6 Bristol par un moteur Ford V8 260ci, rendant l’AC ACE incroyablement rapide.
Shelby a ensuite collaboré à la GT40 et au perfectionnement des Ford Mustang, construisant les fameuses et maintenant mythiques Shelby GT30 et GT500.
Par la suite, il a continué de travailler avec les trois Grands de l’automobile américaine, telles sa Shelby Série 1 avec mécanique GM, la Dodge Viper, et la résurrection de la Ford Mustang Shelby, qui est toujours en production aujourd’hui.

La carrière de Carroll Shelby n’a pas été exempte de controverses : la société de Carroll Shelby a été associée avec des entreprises qui avaient recours au travail pénitentiaire à très très très bas prix pour assumer la construction des Mustang Shelby GT350 et GT500 des années soixantes…, mais, plus grave encore, Shelby a été reconnu juridiquement coupable d’avoir trafiqué les numéros d’identification VIN sur ses voitures pour donner l’impression que beaucoup plus avaient été produites, ceci pour permettre à ses voitures d’être admissibles pour les classes de course homologuées.
Autre scandale, une escroquerie planétaire dans les années 1990 : Carroll Shelby a prétendu avoir retrouvé des châssis « disparus » et des pièces de Shelby Cobra 427 S/C… et a commencé à produire des nouvelles-anciennes Cobra à des prix délirants…
Une enquète judiciaire a découvert plus tard que les fameux châssis retrouvés, avaient été, en réalité, construits à partir de zéro !
Fait intéressant, ces voitures, maintenant appelées « continuation » des Shelby Cobra, sont encore vendues aujourd’hui comme les CSX4000 Cobra.
Il y a eu d’autres supercheries sur les numéros d’identification VIN, des opérations de chantage envers toute une flopée de constructeurs de répliques de Cobra et en finale une sordide affaire d’agression sexuelle, la secrétaire de Carroll Shelby démontrant en justice avoir été violée par Carroll Shelby l’année dernière (quel tempérament à 88 ans) !
Ces dernières années, sa santé a été un problème de chaque instant, il a reçu une transplantation cardiaque en 1991.
L’expérience de cette greffe fut si puissante, qu’il a créé une Fondation pour aider les enfants dans le besoin de transplantations d’organes.
Comment Carroll Shelby est-il vraiment mort ?
Ce n’était pas un grand secret que Carroll Shelby était proche de la mort,donc la triste nouvelle de son décès aujourd’hui, n’est pas surprenante…
Il a raté le lancement de la Shelby 1000 à New York parce qu’il était malade.
Ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est la raison pour laquelle il s’est retrouvé malade au point de mourir…
Carroll Shelby était au salon SEMA 2011 à Las Vegas en novembre quand il est arrivé pile-poil sur Linda Vaughn, alias Miss Hurst Shifter d’or, alias La Première Dame du sport automobile…
Linda Vaughn, comme d’habitude, exhibait son célèbre décolleté…
(lire ceci pour plus d’infos : http://www.chromesflammes.com/main.aspx?page=text&id=662&cat=auto)
Shelby aimait les femmes presque autant qu’il aimait ses voitures et à littéralement sauté sur les seins exhubérants de Linda Vaughn, avant de lui rouler un « patin » dans une accolade sans équivoque…, parce que, comme il l’a dit, il a toujours et beaucoup aimé « ces gros vieux nichons »…
Mais, Linda Vaughn était malade et lui a transmis ses microbes.
Cette maladie l’a fait atterrir à l’hôpital, pour une pneumonie.
Il n’a plus été en pleine santé depuis… et ainsi, bien que les seins de Linda Vaughn n’ont pas directement tué Carroll Shelby, ils ont été la première étape de sa fin…
Parfois, quand menace la fin, ou une rupture définitive avec sa façon d’être, on tente un dernier appel qui est comme une lettre d’amour et aussi un ultimatum à soi-même.
Je pense que c’est ce cri du cœur que Carroll Shelby a voulu se lancer en se laissant aller à des attouchements sur sa secrétaire puis en « sautant » littéralement sur Linda Vaughn…
L’Amérique d’aujourd’hui n’est plus la même aux yeux de ceux qui l’ont bien connue.
Quand on a toujours désiré la liberté… et qu’on a aimé l’Amérique au point d’en aimer le cinéma Hollywoodien, on regrette que l’Amérique d’aujourd’hui mène une si mauvaise vie… : tortures, invasions, corruptions, injustices…
Elle est allée bien loin dans le vice, l’Amérique ; tout comme Carroll Shelby sur le retour, elle a trompé tout le monde en diffusant des millions de milliards de dollars sans valeur réelle… et s’est laissé aller à violenter tous les pays dont elle désirait les biens énergétiques… et elle n’hésite pas actuellement à mettre ses mains dans les affaires d’autres pays pour les dominer…

On voudrait, surtout, qu’elle se ressaisisse.
On souhaiterait que Carroll puisse revivre et se refaire une vertu, comme quand il était enfant (photo ci-dessus)…, on souhaite que l’Amérique…, elle se refasse une vertu.
Hélàs, à lire qu’un personnage mythique comme Carroll Shelby s’est laissé allé trop loin dans la bêtise (les attouchements sexuels sur sa secrétaire et sur Linda Vaughn), on tombe de bien haut.
Pire encore lorsqu’on apprend que ce même Carroll Shelby a traficoté ses numéros de châssis à plusieurs reprises…
C’est comme le vice, on ne s’en sort plus… et, pour lui, hélas, céder à ses démons ne l’a pas sauvé.

L’assuétude au mal est bien forte…
Ce qu’il  faudrait à l’Amérique, c’est d’être prise en main et pas de prendre en main ce qu’elle a envie des autres…
Car ça peut entrainer vers la mort…
Inéluctable…, question de temps, comme la chute de l’empire romain…
En attendant, c’est triste d’y avoir cru et d’avoir été trompé !
L’Amérique, c’est comme Shelby en somme, on y a tous cru et on s’est tous fait rouler…

J’ai eu les seins de Linda Vaughn en mains (et plus)… et je n’en suis pas mort !
C’était à l’époque de Chromes&Flammes, j’étais jeune, beau, mince et plein d’avenir…
J’ai moi aussi été abusé par l’Amérique… et sexuellement par Linda Vaughn… qui ne s’en est pas privée !
Linda Vaughn, Miss Shifter Golden Hurst… était la « Première Dame » des courses de dragsters aux USA.
Reine des trophées à peu près de tous les types de compétition automobile, dont  : Nascar, Indy, Formula1, etc… Linda a été l’amante en rêve de tous les amateurs de courses…, du début des années ’60 jusqu’en 1983 lorsqu’elle a renoncé à ses intitulés en tant que Miss Hurst Shifter Gold, à l’occasion de la présentation à Pomona Drag Raceway, de la quinzième édition de la fameuse Hurst/Olds…

« Savoir que les mains de Carroll Shelby sont passées ou les miennes se sont posées est pour moi, une grande jouissance »…

Linda Vaughn a commencé sa carrière, assez étrangement, comme technicienne dentaire, un emploi à temps partiel, qu’elle avait obtenu pendant ses études secondaires.
Après ses études, elle a participé à un concours de beauté et, à sa grande surprise, a remporté le premier prix à cause de ses mensurations, son tour de poitrine en ayant flashé plus d’un…
Peu de temps après, en 1961, elle participa dans un autre concours, celui-ci mis sur pied par l’Atlanta Raceway… et a remporté ce titre aussi.
Avec son nouveau titre de Miss Atlanta Raceway, elle a été engagée à temps plein, le travail de Linda étant d’être présente sur les pistes de courses dans le sud des Etats-Unis, comme Charlotte, Darlington et Daytona…, dans une voiture spéciale, cabriolet, représentant l’Atlanta Raceway, affichant ses charmes anatomiques parmi ses autres fonctions en tant que reine de la course.
Après son règne en tant que Miss Atlanta Raceway, sa popularité étant en hausse, Linda a remporté un autre concours de beauté, cette fois parrainé par Pure Oil Company.
Elle a donc assumé le rôle de Miss Pure Oil Firebird, emploi qu’elle a conservé pendant 3 1/2 ans, jusqu’à ce que l’huile Pure fusionne sexuellement avec l’Union Oil Company (appréciez les double sens)…
Cette fusion marqua la fin de sa carrière en tant que Miss Pure Oil Firebird… et Linda fut tout à coup sans emploi !
Elle pensait que sa carrière de Reine des courses automobiles était terminée.
Tout n’était pourtant pas perdu.
Linda étant une sorte d’emblème sexuel automobile, c’est dans cette position et avec sa poitrine regonflée et pointée vers l’avenir qu’elle s’est orientée vers un renouveau qui était quasi le même…
Elle a ouvert un numéro de Hot Rod Magazine (tout comme elle aurait pu ouvrit un numéro de Chromes&Flammes magazine) et a remarqué une annonce de Hurst, un fabricant de leviers pour boîtes de vitesses automatique, dont le service promo était à la recherche d’une nouvelle Miss Golden Hurst Shifter…
Linda s’est présentée avec un décolleté tel… qu’elle a obtenu le job puis remporté un nouveau titre de reine de beauté à Atlanta, puis le premier prix au classement général parmi plus de 200 autres prétendantes.
C’est ainsi que commença la longue carrière de Linda en tant que Miss Hurst et de son association financière avec les industries Hurst.
Linda Vaughn est rapidement devenue une icone dans les courses de dragsters du monde entier et dans une moindre mesure dans d’autres formes de manifestations automobiles.
Dans le milieu des années 60, en compagnie de Don Garlits et de Richard Petty, elle a effectué une tournée des bases militaires au Vietnam, donnant aux Boy’s un soutien moral (et sexuel, car il leur était plus facile de se masturber en pensant à Linda plutôt qu’à leur Sergent)… cette hygiène sexuelle leur rendant un esprit apaisé, même brièvement hors de l’enfer de la guerre.
Vers la fin des années 1960, Linda est devenue tellement populaire que Hurst a dû embaucher des clones supplé-mentaires, d’autres beautés blondes aux gros seins pendouillants surnommées « les Hurstettes », pour renforcer Linda à diverses courses à travers les USA.
En plus de ses fonctions en tant que Miss Hurst, au milieu des années 1970, Linda a aussi été l’égérie de Gratiot Auto Supply, figurant dans leurs publicités dans divers magazines.
Elle est également apparue dans les spots publicitaires télévisés de Gratiot.
Devenue une sorte de vedette de la télévision, elle a été engagée pour tenir quelques rôles dans deux films Hollywoodiens : Gumball Rally [1976] et Stroker Ace [1983], mettant en vedette Burt Reynolds.
Plus tard, elle est devenue la miss USA attitrée de l’univers automobile et a été vedette d’un long métrage sur les courses automobiles qui a été diffusé sur ESPN dans les années 1990.
Linda n’a pas été qu’une reine des trophées, mais s’est aussi distinguée derrière le volant et a participé (même brièvement) dans quelques courses après avoir reçu son permis SCCA en suite d’avoir réussi les cours de conduite offert par l’école de Bob Bondurant en hautes performances de conduite !

« Linda était aussi confortable et rapide que la Hurst-Olds 15th Anniversary »…

Après une semi-retraite de la scène automobile entre mi-1983 et mi-87, Linda est retournée à ce qu’elle faisait de mieux…, faire rêver les mecs atteints de Mammophilie lactophile gérontophile généralisée orientée vers les femmes présentant des signes d’hypermastie
Elle a été engagée dans l’équipe du Groupe M. performance, un conglomérat d’entreprises de l’automobile, qui appartient à Hurst Industries… et elle y a été promue vice-président, directrice des Relations Publiques !
Aujourd’hui, Linda fait encore quelques apparitions dans divers shows et salons automobiles ainsi que dans quelques grandes courses, plus en tant que la reine de la course, mais en tant qu’invitée d’honneur, pour signer des autographes et faire fantasmer les légions de ses fans, dont beaucoup remontent aux années 1960…
En 2010 Linda a été élue présidente à la Drag Racing Hall of Fame et a été choisie par le SEMA, comme la plus emblématique personnalité de l’automobile.
En plus, actuellement, Linda est associée à une importante marque de lubrifiants (c’est de circonstance) en qualité de consultante et porte-parole…
Comme quoi, avoir des gros seins pendouillants et une taille mince, peut contribuer à une carrière extraordinaire…
www.GatsbyOnline.com