Heijnsdijk 2500SF(ScienceFictionnesque « chose »)

Elle a un look pas encore vieillot, mais pas d’avant-garde…, son moteur n’est pas vraiment dépassé, mais est loin d’être révolutionnaire… et son géniteur est pareil : Ronald Heijnsdijk à 52 ans, n’est pas encore vieux, mais plus tout jeune…, il n’a rien révolutionné, n’apporte pas grand chose…, il n’a pas de passé, pas plus d’avenir…, son présent consiste à débiter des âneries adolescentes à un parterre de vieux lardons jeunistes… et à créer des « choses » plus ou moins roulables destinées à un public qui n’existe plus…

2010-heijnsdijk-2500sf_02b

Rien qu’à tapoter cette introduction je pleure…, à la fois de bonheur d’avoir un os à ronger… et de désespoir de le ronger sous forme d’écrire sur cette automobile improbable…, pas que je crache dans la soupe qui m’a nourri…, pas que je défèque sur ceux qui m’ont permis d’engranger un peu d’argent…, pas que je vomis sur des automobiles que le temps passant me fait voir (enfin) d’un autre œil (le bon)…, mais parce que ce kit-car est totalement dépassé…, il arrive dans un segment du marché automobile qui n’existe plus depuis que l’Europe sous prétexte de sécurité a édicté des prescrits supranationaux qui ont assassiné les petits constructeurs (il est actuellement une quasi-impossibilité d’immatriculer des kit-cars et des voitures modifiées, cette démarche suicidaire n’apporte que des soucis en cascade)…

2010-heijnsdijk-2500sf_03

En écrivant « quasi-impossibilité »…, j’entend laisser une porte entrouverte aux rêveurs qui croient qu’ils arriveront, pour cette Heijnsdiik 2500SF ou toute autre bêtise semblable, à obtenir :
– une homologation (qui n’existe pas ni au niveau national quelque soit l’Etat Européen, ni au niveau Européen)…
– une dérogation exceptionnelle (gag !) pour l’obtention d’une immatriculation spéciale « voiture de collection » ou « ancêtre »…, parce que cette « chose » n’est ni l’une ni l’autre…, elle n’a rien d’historique, ni rien de vraiment vieux… et, sauf un fou qui collectionnerait les kit-cars improbables, personne ne va considérer qu’elle est une « voiture de collection »…, qui plus est : les Etats Européens n’ont aucune classification concernant les « choses » en plastique qui ne disposent d’aucune immatriculation légale…

2010-heijnsdijk-2500sf_01

Une Excalibur, une Clénet, une Zimmer, une Dax, une Pilgrim sont des automobiles de très petite production qui furent légalement immatriculées à l’époque ou elles étaient construites (un temps révolu)…, on arrive donc à continuer de les immatriculer « ancêtre », même si c’est galère…, mais un kit-car 2017 sans rien d’autre que des papotages, des croquis, un prospectus et des promesses…, ce n’est plus l’époque !

2010-heijnsdijk-2500sf_06

Notez que j’en suis triste et profondément malheureux (mâle heureux en double-sens), parce que issu de la génération de mai ’68 (fin de mes 18 premiers printemps, maintenant je vais compter en années d’hivers)… époque de la sortie des premières Excalibur, des Buggy’s (poussés dans le public via le film « L’affaire Thomas Crown », avec Steve McQueen)… du choc des Hot-Rods et des Choppers (Easy Rider et American Grafitti)…, j’en suis venu à éditer-publier des magazines à la gloire de ces automobiles extraordinaires (Chromes&Flammes) dès 1979…, vivant au premier plan l’engouement, l’apothéose, le clash et la dérive de ces véhicules consacrés, mythiques avant d’être vilipendés, pourchassés et bannis de la faute même de leurs créateurs et utilisateurs, principalement d’une frange d’irresponsables tarés matamoresques n’ayant aucun sens du beau ni de la mesure…

2010-heijnsdijk-2500sf_05

Souffrez donc (gag !) que je continue de pleurer en écrivant que Ronald Heijnsdijk n’a aucune conscience de tout cela…, lorsque j’ai discuté avec lui, il avait le sourire niais des gens qui ne doutent de rien en sautant d’une falaise…, ni la crainte que la fin des temps est imminente…, il m’a dit être heureux que sa voiture était (selon lui), un jalon vers un meilleur environnement, il m’a parlé comme Alain Delon :
– « Notre choix d’utiliser une Porsche 944 est une volonté délibérée d’utiliser une base cohérente avec le concept « Cradle to Cradle » qui signifie « Ne jetez pas, réutilisez »… La Porsche 944 est si bien construite qu’on peut facilement prolonger son cycle de vie… et nous le faisons avec ma voiture qui est une voiture de sport issue d’un recyclage. Il suffit d’oser utiliser les documents de la Porsche et de la déclarer comme étant une 944 recyclée avec la passion de combiner le très bon avec le meilleur »…

2010-heijnsdijk-2500sf_04

Habituellement, ce genre de nouveauté provient de l’autre côté de la manche ou d’un suisse déluré ou encore d’un boute-en-train allemand…, mais dans la frange pas si mince du « petrolhead barré », on a tendance à oublier que le hollandais n’est pas mauvais.., la Heijnsdijk 2500SF se résume réellement comme suit : Sous un jeune corps de vieille dame aux courbes sentant bon la naphtaline, une autre vieille dame (un peu moins vieille quand même) se cache : c’est une Porsche 944.

2010-heijnsdijk-2500sf_07

Selon les délires de Ronald Heijnsdijk, le choix de ce modèle de base est simple :
– « Des Porsche 944, on en trouve partout, c’est plutôt fiable, solide, ça ne rouille pas en 6 mois (ce qui explique la première raison) et c’est sympa à rouler »…

2010-heijnsdijk-2500sf_10

Ici, la 944 a pris un sévère coup de hachoir et pèse 300 kg de moins qu’à l’origine (soit 900 kg), ce qui avec son moteur (un 4 cyl 2.5l de 163 chevaux, mais il a existé des 944 Turbo de 250 chevaux pour ceux que ça intéresse), donne un engin qui ne doit pas engendrer la somnolence…, le 0 à 100km/h est donné (gag !) pour 6 secondes… et une bride stoppe la poussée à partir de 250 km/h…

2010-heijnsdijk-2500sf_11

Quand j’écris : « un engin qui ne doit pas engendrer la somnolence »…, ma face s’illumine d’un rictus (malgré que je continue de pleurer), car cette auto est semblable à une lessiveuse sur roulette, elle tourne sur elle-même, tressaute et vibre…, c’est un total non-sens mécanique qui peut être construit par l’acheteur (kit-car) puis être contrôlé par Ronald Heijnsdijk (en personne) une fois les travaux finis et intégralement payés…, le prix du kit est de 14.725€ TTC ou de 36.995€ prêt à rouler (mais ou ?)…, en option, vous pouvez l’équiper d’un hardtop et d’un porte-bagages (pour ceux qui croient qu’ils vont pouvoir voyager)….

2010-heijnsdijk-2500sf_12

La Heijnsdijk 2500SF a un mérite : elle est assez originale pour qu’on s’y attarde au moins 5 minutes sur la base des arguments de Ronald Heijnsdijk… qui pourtant circule journellement en VW Passat TDi :
– « Nous n’arrivons pas à immatriculer notre 2500SF, c’est vrai, mais nous avons bon espoir. Pour vous permettre de réaliser un essai nous mettrons les plaques de notre Passat à l’arrière de la 2500SF, tout ira pour le mieux. Oui, nous sommes, bien sûr, enthousiastes… et nous voudrions que vous sentiez à quel point notre Heijnsdijk 2500SF est sur le chemin de la gloire. Les contrôles techniques que nous subissons ont été en mesure de nous rediriger vers la perfection. Nous avons été inspiré par les lignes de l’Austin Healey en termes de maniabilité et de moteur, c’est une magnifique voiture de tourisme. Toutefois, comme nous aimions encore plus le son de l’échappement des Alfa Romeo, nous avons réutilisé un échappement d’Alfa 33 adapté au moteur Porsche, ce qui doit de plus donner un gage « d’européanité ». Nous avons également adapté ergonomiquement une chose, je n’aime pas critiquer les autres, mais si vous voulez vraiment savoir; le volant n’est plus sur les genoux comme dans la Porsche 944, mais placé de façon beaucoup plus élevée »…

2010-heijnsdijk-2500sf_14

Les phares de la Heijnsdijk 2500SF viennent de la Mini Cooper (la première série ou ils étaient solidaires du capot-flip-flop)… et la queue (l’arrière) vient d’une Alfa Romeo 159., néanmoins, la voiture ressemble à un fouillis, quoique…, elle n’est ni belle ni laide, les proportions sont plus ou moins bonnes, mais la voiture n’a pas de style, elle est trop fade et insipide…, un équilibre grotesque mal pompé d’une réplique de Porschette 356 Speedster, avec des flancs creusés pour en camoufler la provenance, c’est assez difficile à digérer…, de plus, elle n’est pas le premier projet de l’initiateur :
– « Il y a quelques années, nous voulions créer une re-conception de Lotus pour créer un style de carrosserie Zagato, mais nous sommes arrivé dans une impasse technique… et plus tard nous avons re-conceptualisé une Jaguar XJ décorée dans le style créatif de Franco Scaglione qui n’a pas voulu parrainer notre génie. Avec notre expérience de la mécanique et notre formation HTS design industriel, nous avons immédiatement su que la 944 était une bonne voiture avec ses roues arrière motrices, son châssis galvanisé et sa boîte de vitesses arrière. Nous avons directement informé Mr Porsche que la 944 était trop lourde pour son moteur à quatre cylindres de 163 chevaux en plus de la faiblesse des ressorts arrière en carrossage négatif, ce qui était facile à corriger. L’intérêt de Mr Porsche fut immense, il nous a fait savoir par l’intermédiaire de sa téléphoniste que la 944 n’était plus fabriquée…, qu’environ 30.000 devaient être encore en circulation en Europe… et que nous avions carte-blanche pour les améliorer toutes… Malheureusement la communication a été coupée et nous n’avons jamais pu la rétablir »…

2010-heijnsdijk-2500sf_13

Lorsque j’ai orienté la conversation sur la conception de sa 2500SF, Ronald Heijnsdijk s’est laissé aller :
– « La conception a été plus ou moins organiquement établie. Cela dit, nous ne faisons pas de croquis, mais nous travaillons avec des bandes d’acier qui sont courbées comme les baleines d’un parapluie. Nous appelons cela : « Sculpter avec de l’acier ». La forme des courbes fut tellement complexe à imaginer que nous avons eu un accident vasculaire cérébral suite à quelques jours et nuits à l’ordinateur. Nous en sommes sorti avec une gène à la langue lors de discussions et une raideur au bras gauche…, mais la bonne chose est que nous avons eu l’illumination que certains aciers pliés pouvaient se refléter dans la forme de la carrosserie, aussi, avons-nous décidé de construire la 2500SF en polyester, même si les jointures entre les parties de la carrosserie ne sont pas tout à fait appropriées »…

2010-heijnsdijk-2500sf_16

La réalité est que les mauvaises jointures entre les panneaux de carrosserie peuvent être vues de la lune…, de plus il y a des fissures un peu partout…
Ronald Heijnsdijk m’a répondu en apparté :
-« Franchement, nous n’apprécions pas beaucoup vos commentaires. Vous n’aurez donc pas droit à la remise de 5% consentie à nos vrais amis journalistes qui eux, disent du bien de notre voiture en utilisant la farde de presse »…

2010-heijnsdijk-2500sf_18

La Heijnsdijk 2500SF est une pitrerie presque prête (en l’état, sans pare-brise pour les raisons évoquées ci-après) pour la vente « usine », ainsi que sous forme de kit à assembler… :
– « Le client-acheteur doit signer un contrat et, en attente que nous lui envoyons le kit, il doit acheter une Porsche 944 et la démonter entièrement pour récupérer le moteur, la boite de vitesse, les trains avant et arrière. Lorsque notre « Bodyset » lui est livré il construit la voiture à sa maison. La seule chose qu’il doit trouver et acheter de par lui-même, c’est le pare-brise qui est celui d’une réplique de Porsche 356 Speedster. Nous nen trouvons plus parce que la production des répliques de 356 a été stoppée suite a une action en justice de Mr Porsche. Nous lui avons écrit pour obtenir une dérogation, mais nous n’avons pas reçu de réponse depuis deux ans ! Quand elle est terminée, la voiture sera officiellement une Porsche 944 Cabriolet HeIJnsdIJk, c’est simple. Mais nous préconisons d’acheter une Heijnsdijk 2500SF prête à rouler pour € 36,995. Hors automobile, la liste d’options comprend, entre autres choses, un porte-bagages, un tableau de bord façon Bugatti et un toit rigide au lieu du toit démontable. Bien sûr, le client doit signer une reconnaissance comme quoi il est seul responsable de l’usage restreint de cette voiture qui est neuve sans l’être véritablement… ET s’engager sur l’honneur à ne pas l’utiliser sur routes ouvertes. Cette décharge irrévocable de responsabilité en notre faveur est indispensable sinon la vente ne peut avoir lieu »…

2010-heijnsdijk-2500sf_19

J’ai pu conduire la « Porsche 944 Cabriolet Heijnsdijk 2500SF » (SF pour Science Fiction)… à mes risques et périls, sans assurance et sans immatriculation (j’ai refusé de signer la décharge de responsabilité)…, l’intérieur est très loin d’être impeccable : de l’air brûlant sort d’un peu partout comme sortant d’un poêle à charbon…, c’est vraiment l’ambiance d’une voiture d’avant la première guerre mondiale (14/18)… avec le look d’une voiture des années 50/60… et le moteur d’une Porsche 944, usé jusqu’à la corde…, mais une fois que j’ai pu rire tout mon saoul durant vingt minutes, j’ai décidé d’aller jusqu’au bout… et j’ai poussé à fond…, la « chose » a péniblement accéléré dans un vacarme infernal fait d’un ensemble de sons fantastiques… et j’ai de suite éprouvé un sentiment total d’insécurité… (vous constaterez en fin de vidéo, que la présentatrice TV démarre plus vite avec sa Fiat 500)…

2010-heijnsdijk-2500sf_20

L’embrayage était relativement lourd, mais pas aussi lourd que la direction…, quant aux freins, il me fallait pomper comme un damné pour obtenir un vacarme de ferrailles à l’agonie, fer contre fer (qui ont à faire)…, jusqu’à une vitesse de 100 kilomètres heure j’avais une impression assez mitigée quant à continuer : au delà c’était assurément la porte vers l’au-delà…, il n’y avait aucune rigidité, la « chose » louvoyait, gondolait et grinçait… et, gag ultime (voyez les photos ci-dessous), les essuie-glaces étaient inutilisables car plus grands que le pare-brise…, l’impression fut dantesque !

2010-heijnsdijk-2500sf_22

Ayant aujourd’hui convenablement mûri pour pouvoir me délecter des débilités « roulables »…, j’ai pu apprécier la Heijnsdijk 2500SF comme étant une extraordinaire absurdité presque incontrôlable et j’ai continué à rire…, notamment pour les efforts acharnés (et pour tout dire bien pathétiques) qu’a fourni Ronald pour en faire une « chose » inqualifiable…

2010-heijnsdijk-2500sf_23

ll cherche (toujours) a obtenir des pare-brise de Porsche 356 réplica pour finaliser la mise en production de sa 2500 Science Fictionnesque, mais a partiellement résolu ce problème en équipant sa voiture de sautes-vent (voyez la vidéo)…, mais, autre trait du génie Batave, croyant pouvoir (encore) profiter d’un engouement maintenant inexistant pour les kit-cars, même « usine »…, alors que les djeun’s middle-class visés, n’en ont strictement plus rien à cirer de ce genre de conneries…, il a créé une version STS munie d’un pare-brise complet de Toyota avec son « cadre » !
La capote, elle, n’est pas encore « au point »…
Enjoy !

http://www.gatsbyonline.com/automobile/2014-heijnsdijk-2500sf-siencefictionnesque-chose-363620/