Kombi VW…

Beaufs, dingos, corniauds, nous y voila…, on nous aura bassiné avec des millions d’articles, fatigué avec des commentaires dithyrambiques, scotché avec des compte-rendu de résultats d’enchères et usé d’informations toutes aussi faussement vraies que réellement fausses, imbriquant des histoires faisandées à dormir debout… sur le prétendument génial et avant-gardiste Kombi VW, un engin basiquement passéiste d’un futur éternellement incertain, qui a fait le bonheur du petit commerce avant d’être recyclé en baisôdrome par les Hippies…

Même en étant frileux comme jamais, aux musiques « à-la-con » portées aux nues par des lubriques avant même qu’ils aient posé un orteil en Inde…, on ne pouvait que se poser des questions sur la déviance d’une extrapolation de l’auto du peuple rêvée par Adolphe (Hitler) et réalisée par son ami Ferdinand (Porsche)…, ce symbole du Nazisme consacré par les Peace & love, les uns les autres sous la même svastika…
Cela a terrifié les bien-pensants et les politiquement-corrects à l’idée de voir surgir un pneu partouze, des armadas de Kombi-clones nazis conduits par des fumeurs et fumeuses de Hash, préparant l’invasion de leurs habitudes (ainsi que des ondes musicales) en surfant sur la vague de la liberté…

Je ne réécrirais pas tout le mal que je pense des Hippies, des VW Cox et Kombi, ainsi que des chemises à fleurs et des peinturlurations débiles sur les flancs de camionnettes de livraisons (douteuses) transformées en Van’s…
J’ai subi visuellement suffisamment de bombes roulantes assez hallucinantes conduites par des drogués frénétiques pour me spermettre d’éjaculer tout ce que j’ai ainsi emmagasiné, en ce compris les matraquages radiophoniques de ziziques aux guitares affolées, oscillant constamment entre lenteurs inquiétantes et cavalcades effrénées, jusqu’à ce qu’une guitare ébréchée vienne scier le tout, les chanteurs crachant comme des putois des paroles complètement psychédéliques, droguées jusqu’à la moelle, aux refrains communicants et fredonnables dans la douche entre deux bulles de savon merdiques arrachant la cornée…

Il n’est pas reproché à un groupe de drogués d’évoluer par rapport à ses premiers jets (c’est sexuel)…, et l’intention sera toujours louable de ne pas nous resservir des clones, arrachant la gueule le temps d’une écoute pour finir dans les oubliettes au final…., mais il est préjudiciable d’inclure de la « gloire passée » simplement entourée de vide…
En bon sadique, tel que moi-même (je ne me cache pas pour vomir et déféquer dans la soupe qui m’a nourri durant la période ou j’éditais mes Mag’s Chromes&Flammes) se doit de vouloir ruiner les espérances d’assidus du Kombi VW en expliquant le pourquoi du comment et l’inverse, utilisant pour arriver à mes fins, la plus totale mauvaise foi imaginable…

Premier écueil, je m’interdit de débiter la viande avariée à la chaîne comme autant de boudins dans une charcuterie (ou dans divers shows de VW, au choix), sans la saveur des caillots de sang… (quoique dans le deuxième cas…) : Ni prise de risque, ni recherche transcendante…
Le deuxième coup dans la nuque (second écueil) serait d’écrire mou, vide et plat…., c’est pas méchant dans son ensemble, mais simplement chiant…, ce qui n’aurait pour seul mérite, de par sa place pile en suite de cette introduction (piting, je bande)…, de permettre aux lecteurs (et lectrices) de reprendre leur souffle dans la folie de l’ensemble…

Sauf que tout internaute ayant les yeux en face des trous, les oreilles sur les épaules et les couilles bien coincées dans le slip kangourou, commencera par la première piste (je respecte ceux et celles qui se cassent le cul des heures pour comprendre mes double-sens)… et par bonheur, ouvrant le bal, mes commentaires vont passer superbement bien sur fond de phrases cristallines (vous ne pouviez pas rêver d’un meilleur écrin, permettant d’anticiper un futur hypothétique hésitant constamment entre folie incompressible et casse-gueule en apesanteur)…, directes, belles comme la mort, fonçant vers les nuages pour s’y rouler dedans.
Ces attaques, ce pilonnage en règle, vont donc vous frapper d’une façon toujours inattendue… et vous allez vous retrouver dans l’inexplicable, dans le vrai paradoxe, pouvant être défini comme indéfinissable…, beaucoup crieront au magma scriptural et à la destruction sans intérêt…, certains répondront à cette prise de risque galvanisante, comparable à une vrai bouffée d’air frais… en se jetant la bite d’amarrage érigée en avant, une dernière fois, dans le trou de la serrure…, pour spermater leur haine (à mon égard), avant de reprendre une activité normale et respectable…