Les femmes préfèrent les hommes qui roulent dans des voitures classieuses…

J’ai toujours pris un certain plaisir sur des chiottes un peu crades, non pas parce que très souvent le truc qui sert de cuvette n’est plus fixé à rien et se balade au rythme du mouvement des fesses, ni parce que ces endroits ont tout des toilettes de boites de nuit qui ne ferment pas parce que le loquet est pété…, non, c’est parce que ça m’a toujours paru cool de flotter quelques minutes, sans me poser de question, dans des chiottes crades, car il y a toujours quelques numéros de magazines pornographiques qui traînent par terre entre deux bandelettes de pq…
J’ai toujours pensé que feuilleter ces magazines hautement intellectuels, avait le mérite de me changer de ces parties endiablées de solitaire sur mon ordinateur, quelque part entre la base du trône et la porte de droite du placard du lavabo !

C’est dans un de ces moments d’extase, que j’ai découvert dans un de ces magazines, un article qui m’a vraiment fait chier… aucun rapport (sexuel) avec le corps du texte… sans que je comprenne pourquoi, ce chef d’œuvre de la littérature scatologique s’intitulait : Ah les filles, ça n’a vraiment ni queue ni tête…
Je résume, le journaleux de sévice affirme : « On s’en doutait, on en a maintenant la preuve, les femmes préfèrent les hommes qui roulent dans des voitures classieuses ».
Puis il continue dans un style copain-copine en tutoyant ses lecteurs : « Si tu croyais pouvoir soulever la mère de ton pote avec cette Fiat Panda année 1989 que t’as refilé ton père pour fêter ton bac, je peux dire que tu l’as dans le boul. Parce que la classe mec, c’est de rouler dans de la caisse de bourge que ton salaire de joueur de gratte à la petite semaine dans le métro te permettra jamais d’acheter »…
A cette lecture édifiante, c’est tout un pan idéologique baba-cool de mon moi-profond qui s’est écroulé.
Et autant ne pas vous cacher non plus, après une telle annonce, les groupuscules misogyno-anti-matérialistes qui ont lu cet article, ont du se mettre sur le pied de guerre.

Comme toujours, un constat de cet ordre ne pouvait que découler d’une étude scientifique organisée par une brochette de chercheurs psychologues universitaires névrosés.
Bingo… l’idée du docteur Michael Dunn de l’Université de Cardiff et de son équipe était en fait de prouver que la femme est un être profondément superficiel qui juge autant un homme à son physique qu’à la tire dans laquelle il roule.
Pour parvenir à leurs fins, ces universitaires se sont appuyés sur une brochette de femmes âgées de 21 à 40 ans, qu’ils ont évidemment pris pour des connes, en leur montrant deux photos du même homme, à côté d’une Ford Fiesta sur l’une, et d’une Bentley Continental sur l’autre.
Comme les femmes sont bêtes, c’est bien connu, elles sont tombées dans le panneau comme des buses et au moment de désigner lequel des deux étaient le plus attirant, la majorité a évidemment opté pour le gus à côté de la grosse caisse.
Cette étude de faible facture démontrait donc (fallait-il encore le démontrer ?) que les femmes jugent autant un homme à sa gueule qu’à sa caisse, reflet évident de son statut social alors que dans le cas inverse, les mecs n’en ont évidemment rien à foutre qu’une nana puisse rouler dans une tank de luxe tant qu’elle a un bon cul et une bouche à pipe.

J’ai traduit qu’en réalité, rien à foutre que le mari soit moche à petite bite, l’important c’est l’argent pour le confort de la petite famille !
En finale de cet article, selon le docteur Dunn (qui roule en Ford Ka) : « Au delà de l’objet lui-même, il faudrait surtout voir la  considération pour la voiture comme le symbole de la femme à la recherche d’un homme à la condition sociale aisée qui assurera un futur doré à sa petite progéniture ».
Réflexion à part, c’est d’ailleurs pour ça qu’on a inventé les amants.
Acheter une grosse caisse de beauf pourrait donc bien être un moyen moderne de compenser la chute d’attractivité masculine allant de pair avec le vieillissement…
Je ne vous cache pas avoir envisagé que cette étude ait pu être commandée par le lobby des constructeurs qui en chient comme des glands avec la crise, mais la vérité est qu’ils sont sans doute trop occupés à penser à leurs mères pour avoir eu une telle idée de génie.
Non, la vérité, on la connait depuis le début.

Mieux vaut avoir de la thune et une grosse caisse pour pécho de la bonasse.
Mais rien à foutre, pour ceusses qui sont semi-fauchés, il reste le porno online et la branlette.
Comme vous l’avez sans doute compris, dans notre société de consommateurs maso-dégénérés et foutrement aliénés, on se doute bien que dans les services marketing-communication des médias, ça bosse sévère.
Les créatifs n’ont pas attendu la parution de cet article pour avoir une idée géniale, qui ne fait pas forcément vendre plus de bagnoles de luxe, mais qui a au moins le mérite d’exciter le chaland, j’ai nommé : la meuf-milf, qui parait méga-bonne mais n’est pas forcément hyper belle à en tomber, ce qui la rend encore plus excitante en fait en raison de cette fausse impression d’accessibilité qu’elle laisse à tous les crevards qui scotcheront cette photo ou elle pose en chapeau devant une caisse interchangeable…

Les sévices services marketing et les agences de putes pub’s qui pondent des campagnes de publicité… et qui viennent sur GatsbyOnline chercher l’inspiration, auront ainsi trouvé la formule magique capable de faire penser à n’importe quel mec du monde, aux chiottes ou non : « Incontestablement, tout de suite maintenant, je tromperais ma meuf avec cette nana sur la photo et volerais cette bagnole pour frimer »…
Ouais rien que ça.
La majorité des types assez peu réceptifs à la publicité en temps normal, devront bien reconnaître qu’ils sont tombés dans le panneau comme d’autres lorsqu’ils étaient encore plus cons qu’actuellement !

Je vous propose donc simplement d’aller vous branler.
Je vous exhorte également à continuer d’acheter des bagnoles de luxe hors de prix pour que la crise ne provoque pas un effondrement général…, ce qui serait alors simplement le plus gros drame de l’histoire de la publicité.
Inutile de le nier, la grande majorité des mecs qui lisent ce type de sujet sont des putains de branleurs anonymes qui passent des heures à fourrer leur bite de puceau dans d’infâmes sacs à merde numérique communément appelés forums.