Pouf-pouf-pouf… #01

C’est dingue, c’est fou, c’est…. pouf-pouf-pouf.. la quantité astronomique d’articles, textes, commentaires et légendes-photos que des illustres inconnus et d’autres moins (certains nains connus méritent le détour), voire beaucoup moins (il en est qui ne servent que dans des concours de lançer)… ont écrit, écrivent encore, ou vont écrire, sur le Web ET dans des bouquins auto-portés aux nues par de doctes savants es-automobiles dévots, ainsi que dans des mag’s-bêtes auto-spécialisés dans l’enfumage, l’auto-promotion et l’auto-prostitution merdiatique…

13131513_1010086925706411_1103319660093820375_o

Tout ce barnum ne fait que passer dans « notre » air avec de mièvres paroles, rien ne dure jamais, mais dans cette attente, qu’est-ce qu’on doit subir comme destructions neuronales…, en ce compris la distortion de toutes les réalités, la ré-écriture de l’Histoire (celle avec un grand « H » comme la bombe), les arrangements entre-ami(e)s, le remaillage continuel (à l’infini) du filet de crapuleries qui sert à nous pêcher… et autres magouilles ou la subjectivité dictatoriale imposée est la trame de reconstruction de tout et n’importe quoi pour que tout dure encore un peu plus…

La seule satisfaction à en tirer est que tout le monde (vous et moi compris) meurt à la fin de l’histoire, vraie ou fausse, belle ou moche… quoique…, ce fait (la fin des haricots, le frigo vide, l’ineluctabilité de la mort pour « tousses »), est battu depuis toujours en brèche par des illuminé(e)s qui font croire qu’à la fin ce n’est pas fini…, que c’est le début d’un tout à l’égout éternel : le ciel, l’enfer, le paradis, Dieu, dieux, calembredaines, foi, rédemption et tutti-quanti…

On a beau se révolter, c’est toujours repris, réutilisé, sans cesse re-expliqué…, la bêtise humaine est le puits sans fond de l’inhumanité dans lequel on tombe toutes et tous…

Beaucoup d’entre-vous viennent scruter mes texticules (petits textes) en souvenir d’avant…, d’avant maintenant s’entend (même si vous devenez sourds)…, du temps me concernant, de mes mag’s Chromes&Flammes et divers autres…, pas du temps de ma gentille petite enfance et/ou de mon adolescence, ni de mes études et encore moins de mes constructions architecturales et de mes publications d’avant C&F…

Tout le monde s’en f…, c’est normal, moi aussi je me f… totalement de ce que les gens ont pu faire ou surtout ne pas faire…, on s’en branle tout comme 100% de la gent-humaine et inhumaine qui tire son plaisir en diverses branlettes, pignoles et autres quand elle n’a pas le loisir de jouir autrement…

Bref…, « post coïtum, animal triste »…, il faut s’occuper les méninges et autres en attente de bander à nouveau…, pour ma part, j’écris, là ou d’autres roupillent…, c’est ainsi, que tout-à-l’heure, au clavier de l’ordi… ce fut comme en me rasant (c’est rasoir), je me suis dit (Alain Delon se parle aussi à lui-même), que j’en avais ras-le-bol d’écrire pour les couilles du pape sur Facebook et sur mon site fétiche GatsbyOnline.com...

Pour me délester (lâcher du lest), fi de faire don de mes neuronnes, autant re-utiliser avant que tout ne s’efface… et faire surgir un pseudo oublié qui a supporté sa part avant d’en arrêter en plein vol…

Il y a des histoires automobiles qu’on ne raconte pas, des détails qui « passent à l’as », soit parce que les journalistes sont incultes (c’est souvent le cas, de plus en plus…) soit parce qu’il n’est pas bienséant de raconter les « histoires de cuisine », comme on dit…, les véritables évènements qui sont souvent remplacés par des « faits légendaires » totalement (ou partiellement) inventés qui cachent la vérité des choses…

Voilà, je me lance…, le Pouf-pouf-pouf numéro 2, c’est à dire le premier d’une série dont je ne vois pas le bout, sera consacré à la Rolls-Royce Camargue…, la base de cette histoire déjantée vient du pseudo nanonyme « Chrissfoss », j’ai ajouté mes ingrédients…/…