1996 Rinspeed yello-Talbo…

Si la restauration de véhicules anciens fait partie de ses attributions, la marque Rinspeed fondée en 1979 par Franck Rinderknecht, est surtout connue pour ses concepts-cars.
L’’histoire commence en 1979 avec la présentation d’’une Golf Turbo GTI au Salon de Genève.
Plus spectaculaire, sa seconde réalisation baptisée Aliporta reprend la base d’’une Golf dotée de portes « papillon ».
Ce préparateur jette ensuite son dévolu sur plusieurs modèles basés sur des Porsche, mais d’’autres engins sont eux issus d’’une feuille blanche comme l’’E-Go Rocket (1998), les roadsters SCR et R (1995), le modèle amphibie Splash (2004) et le Scuba basé sur une Lotus Elise (2010).

La plus « traditionnelle » est la « Yello-Talbo » (1996), une évocation de la Talbot 150SS carrossée par Figoni & Falashi en 1938, repensée et conçue comme une symbiose entre des éléments nostalgiques et futuristes, donnant un aspect inhabituel à cette voiture qui s’exhibe en une couleur jaune pastel…, dans un jeu de mots et de couleurs concernant son financier : « Yello »…, un des groupes musicaux en vogue dans les années ’90.
L’intérieur est décoré avec des tissus précieux et de la soie.
Le moteur Ford V8 5L suralimenté, développant 320 chevaux, est couplé à une boîte de vitesses automatique, ce qui permet de réaliser 5,5 secondes de 0 à 100 km/h.
La suspension a été conçue par « Eibach » et les pneus sont des Dunlop ultra grand angle (265/35 ZR 20 – 8000 SP) montés sur des jantes BBS RS-II (9 x 20″).

La Talbot Lago T150C SS présentée au Salon de l’Automobile de New-York en 1937 est, au dire de tous les spécialistes, le chef d’œuvre de Joseph Figoni, styliste dans la célèbre firme Figoni & Falaschi.
L’année précédente étaient apparus deux magnifiques coupés Delahaye et Delage qui avaient apporté la preuve que la carrosserie et le style des véhicules étaient en train d’amorcer un tournant.

Le coupé Talbot Lago ne faisait que confirmer cette tendance, les carrossiers jouaient avec les courbes, n’hésitant plus à pousser leurs idées à l’extrême, parfois jusqu’à l’outrance, profitant aussi de la couleur tant pour l’extérieur des carrosseries que pour les garnitures intérieur.
La créativité a, dans tous ces domaines, atteint un sommet en 1937.

Joseph Figoni est né en Italie mais c’est en France qu’il vient vivre dès ses plus jeunes années.
Après la fin de la Grande Guerre, il monte un garage où il répare des véhicules…, mais très vite sa passion pour l’automobile le pousse à dessiner et à construire des carrosseries complètes notamment pour des voitures de course.
Ses premiers succès ce sont les victoire de Alfa-Romeo en 1933 et 1934 au 24 Heures du Mans avec des voitures sortant des carrosseries Figoni.
Ces deux victoires consécutives auront eu au moins pour résultat d’attirer l’attention d’un industriel italien Ovidio Falashi.
Les deux hommes joignent leurs forces en 1935 pour créer la Carrosserie Figoni & Falashi…, le premier est responsable de la création et le second du coté commercial.

Après la seconde guerre mondiale, l’apparition des monocoques laissent sur le carreau bon nombre de carrossiers de talent.
Certains ont réussi à poursuivre une activité réduite de design, mais l’âge d’or de la carrosserie qui a atteint son apogée en 1937-1938 semble révolu.
Joseph Figoni est contraint de reprendre ses activités de garagiste-réparateur et Ovidio falaschi retourne en Italie pour ouvrir un hôtel !

Le coupé Talbot présenté au salon de New-York sera fabriqué en 11 exemplaires seulement.
Si l’on ajoute les premiers norchback coupés, appelés « Jeancart »… et fabriqués en 5 exemplaires, ce sont donc 16 modèles qui avaient été commercialisés en 1939 lorsque la production fut arrêtée.

Aujourd’hui il reste encore 14 coupés, la plupart d’entre eux sont parfaitement restaurés et changent de mains à l’occasion de ventes au enchères de véhicules classiques.
L’un des plus ancien, qui avait appartenu à un play-boy américain entre 1940 et 1950, apparut à une vente de Christie’s aux Etats-Unis en 2005 et fut vendu pour 3.535.000 US Dollars.

Au niveau de la mécanique la TALBOT LAGO T150C SS Coupé est motorisée par un six cylindres en ligne implanté longitudinalement à l’avant et alimenté par 2 carburateurs Stromberg.
Il développe une puissance de 140 chevaux à 4 100 t/mn.
Le véhicule pèse 1.600 kg.