Stony Smith – Oddball-Kustoms – The Bootch… Hot-Rod Sedan 4 doors « Bucciali » Style…

Mais… kek-cek-ça-ke-c’te-Hot-Rod-là ?
Personne ne sait… et où je l’ai découvert exposé, au Musée-Restaurant « Miami Supercars Rooms », on ne raconte que « des histoires à dormir debout »… en vous jetant différentes marques à la tête : Rolls-Royce, Essex, Badaboum, Bucciali et Elocar…, qui empèchent d’aboutir à un quelconque résultat lors d’une recherche sur Google…Il faut tapoter « Oddball Kustoms Bucciali » pour accrocher de maigres renseignements, mais je ne l’apprendrai que beaucoup plus tard…

En effet l’étrange personnage de style « Rasta re-looké Miami-Vice »…, qui s’auto-présente comme milliardaire exentrique, se nommant « Elo », ayant soi-disant un musée automobile à Londres comportant 247 voitures « hors-de-prix »… est tout aussi indiscernable que ce Hot-Rod qui n’en est pas vraiment un, pas plus que c’est une Réplique et/ou une Néo-Classique façon Excalibur, Panther, DeLaChapelle…

En finale, il n’y a que ce qui est gravé sur la Calandre ; « Bootch » et la forme générale qui fait penser à la Bucciali TAV 8-32 Saoutchik « La Flèche d’Or » de 1931…

http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=588&cat=auto

Inutile de re-publier ici l’historique de la marque Bucciali et plus particulièrement de la TAV 8-32 Saoutchik, car le Hot-Rod dont question n’y a aucun lien, pas la moindre pièce, rien que sa forme !

Au cours du 20ème siècle, les pays développés vivent un essor considérable dans de nombreux domaines, principalement automobile et vestimentaire. L’Europe et les Etats-Unis connaissent une période de croissance au long de ce temps (imparti)…, de plus, les conflits demandant un effort de guerre important, ont permis d’accroitre l’offre et la demande.

Afin de répondre à cet accroissement, les industriels ont du rapidement changer leur mode de production afin de devenir plus productifs et cela à moindre coût, afin de pouvoir cibler et sensibiliser un maximum de gens parmi la population. C’est l’avènement de la société de consommation. Le secteur de l’automobile en est un exemple flagrant où les constructeurs se livrent une concurrence acharnée sur les innovations, les prix, les capacités de production…

La plupart des pays ont un ou plusieurs constructeurs automobiles… et la France, l’Allemagne, l’Italie, la Grande Bretagne, les USA ont créé plusieurs voitures mythiques qui ont révolutionné la manière de conduire, de vivre et de créer.Au cours des années, ces voitures ont évolué, se sont transformées peu à peu… et dans les années ’60 est apparue la nostalgie des années folles, du bon temps d’avant, qui a amené divers créatifs, designers et industriels, à s’inspirer du design de ces années de soi-disant insouciances…

C’est Brook Stevens qui, aux Etats-Unis, est le premier qui invente le « Néo-Rétro », nommé plus vulgairement « Réplique », en crèant une sorte de résurrection de la mythique Mercedes SSK des années ’20, qu’il nomme Mercebacker, une contraction de Mercedes (pour le design) et de Studebacker (pour le châssis et la mécanique)…

C’est à la demande de la direction de Studebacker qui voit le spectre de la faillite étendre ses ailes sur l’entreprise, que Brook Stevens a été chargé d’imaginer et concevoir la future Studebacker qui sauvera la marque…La Mercebacker est refusée, c’est Raymond Loewy, un autre designer qui est chargé de ce travail…, il crèrera l’Avanti qui n’eut pas grand succès…, par contre Brook Stevens va débuter la fabrication artisanale de la Mercebacker sous le nom d’Excalibur qui va rapidement devenir la voiture des Stars du cinéma, devenant, en une année, une automobile mythique.

Peu après c’est le carrossier Italien Zagato qui exploite ce filon en ressucitant l’Alfa Roméo 1750 Zagato des années trente…, le style néo-rétro est lançé…, la mode elle aussi change, s’inspirant de divers styles anciens mâtinés de nouvelles idées.Le néo-rétro est donc une alliance entre ancien et moderne, entre technologies et styles repris postérieurement et améliorés.

Dans un premier temps, le néo-rétro sera du néo-classique, c’est-à-dire la copie « améliorée » de voitures anciennes que le public va caricaturer sous le vocable de « répliques » et « réplica’s »…Plutôt que de recopier encore la Mercedes SSK, c’est l’Excalibur qui va être copiée, jusqu’à la caricature de la caricature avec l’immonde « Gazelle » qui modifie les proportions jusqu’à l’absurde et est motorisée d’un un moteur VW arrière…C’est de là que les châssis plate-formes de VW Cox d’occasion (avec leur moteur 4 cylindres Boxer) vont être mis à toutes les sauces, pour recréer tout et n’importe quoi, de la Bugatti 35 jusqu’à la Porsche 356 !

Dans le même temps, on recrèe des répliques de tout ce qui a existé et qui est « vendable », l’ère du plastique triomphant permettant de dupliquer des copies sur bases des voitures authentiques.C’est la Shelby Cobra qui aura le plus grand succès et qui reste à ce jour la voiture qui a été la plus répliquée au monde, suivie de la Porsche 356 dans sa version Speedster.

Fin des années ’70 un dessinateur Français venu tenter sa chance en Californie, imagine de créer une sorte de super-Excalibur, plus adaptée à la modernité qui ne cesse de rendre les répliques de plus en plus archaîques : Alain Clénet invente la Clénet !

Le « génie » de cette affaire, consiste en l’utilisation du châssis et du moteur (avec sa boîte automatique et les trains roulants) d’une Lincoln MKIV habillé d’une carrosserie arrière de MG Midget (avec les portes, coffre, pare-brise, capote, etc.etc.), tandis que l’avant s’avère être un ensemble de tôles droites, pliées à angles simples, qui relient la carrosserie MG à la calandre de la Lincoln réutilisée…

Sans rire, le résultat est beau, c’est uniquement cela qui va assurer un succès immédiat (quoique relatif) : 300 voitures seront fabriquées et vendues toutes plus chères qu’une Rolls-Royce (à l’époque la voiture la plus coûteuse du monde).En ces temps de folie, près de 20 fabriques de « néo-classiques » vont singer les Clénet’s, ce qui va créer trop d’offres dans un marché, somme toute, assez restreint…

Clénet va malgré-tout pousser le bouchon plus avant en utilisant la même recette pour une Clénet II, mais avec une carrosserie arrière de VW Cox cabriolet…, c’est ce montage qui va être décrété par le Président des USA d’alors, Ronald Reagan, comme « la plus fabuleuse voiture de tous les temps » (sic !), obtenant le titre de « voiture du centenaire de l’automobile américaine » (gag !)!Après ce miracle…, la totalité des voitures de ce type va se raréfier… et même disparaître début des années 2000.

C’est dans cette fin que nait « la chose » dont il est question ici : la « Bootch »…, un mélange de Réplica, de Néo-Classique et de Hot-Rod !

J’imagine qu’un hurluberlu (doué), s’est dit :

– Ça fait un bail que je n’ai pas eu une idée débile, que je ne me suis pas lancé dans un projet bien pourave pour tenter de sauver ce monde qui périclite, où les bonnes idées et les bons billets se font plus rares que les actifs propres dans une banque Monégasque. J’ai bien essayé de mettre au point un pipotron qui cracherait du billet automatiquement, un DAB, (Distributeur Automatique de Bêtise), mais je n’ai pas le temps, je suis trop occupé à ne rien faire. Je me suis gratté le crâne et c’est là qu’a surgit, telle une teub dans le string d’une brésilienne, l’idée de fabriquer un Hot-Rod mélangeant toutes les tendances des néo-classiques, une auto-folle. Je ne sais pas encore quelle forme va prendre cette prévarication mécanique, mais, en matière de foi en moi-même, j’ai un foie en béton et les reins solides, sauf les soirs de murges. Mais attention, pas du trash, pas de la bonne bousasse. En général, je la vois venir de loin la bousasse, quand j’ai le fond de la gorge qui cherche à recracher ce qui rentre par le cerveau, quand baigne mon pif au délicat fumet de la daubasse que j’ai fomenté moi-même, j’ai un pif en béton. Ce sera un Hot-Rod qui n’en sera pas un…, qui ne sera pas une Réplique, ni une Néo-Classique…, à sa vue les gens devront se poser des vraies questions qui donneront peut-être lieu à des vraies réponses, pas de langue de bois, c’est pas le genre…, et ça va se sentir, surtout pas de discours prévomis. Va falloir, pour débusquer, que ça saigne, il en va de la survie de ma réputation qui est encore a faire, il en va de ma réputation future dans les soirées pétasses. Pour arriver aux fins qui justifieront mes moyens, je vais utiliser l’éprouvée et éprouvante technique de la stupeur, qui est identique à la pêche à la grenade, je balance un scud dans l’eau, et je vois ce qui remonte. S’il faut faire preuve de coercition pour arriver à faire cracher quelques lignes à certains, je pourrais y faire, j’ai ma technique, pour du spécial, ce sera du spécial, ça mettra le foie des gens en choux fleur, après, on pourra entendre pousser les commentaires ! Je suis un Psykopat Schizophrène, cyclothymique à tendances paranoïaque, mais je me soigne…

https://www.youtube.com/watch?time_continue=19&v=YQapyw-Oka4

Le créatif de cette « chose » est Canadien…, ce « génie » s’appelle Stony Smith et son entreprise est Oddball-kustoms…, située à 50 kilomètres à l’Est de Toronto.Ce « modeste » garage est spécialisé dans les créations excentrique qui sont souvent conçues par Stony Smith, de A à Z… et débutent avec des photos punaisées sur les murs et ensuite construites pendant des milliers d’heures (2.500 dans le cas de la « Bootch »).

Smith et son équipe inventent et construisent une douzaine de Hot-Rods et Custom-Cars chaque année….

– Chaque jour est comme un puzzle de Sudoku…, dit-il.

– Parlez-moi de votre Hot-Rod Rolls-Royce Bootch 1929 qui me semble être un kit-car-réplica de la Bucciali TAV qui était équipée d’un moteur Voisin 12 cylindres et carrossée par Saoutchik…

J’en ai fait un reportage : http://www.gatsbyonline.com/main.aspx….. Elo n’a fait qu’acheter son œuvre en cachant toute l’histoire…

– Officiellement, cette voiture est présentée comme une Rolls-Royce Essex qui a été modifiée en un élégant, puissant et sauvage Hot-Rod. Alors que l’Essex était une traction avant, le groupe motopropulseur ici a été reconfiguré. C’est un gros bloc Chevy V-8 qui y a été inséré, fournissant environ 400 chevaux aux roues de 22 pouces à l’arrière, ce qui lui donne beaucoup de punch. Le surnom de la voiture ‘Bootch’, a été estampillée dans le grill…

– C’est totalement bidon… Il n’existe pas de Rolls-Royce Essex Traction-avant…

– Cela m’est égal et les gens qui viennent dîner, ça leur est égal aussi… Ils ne connaissent pas les Bucciali, par contre Rolls-Royce sonne à leurs oreilles, donc pour m’évier des discussions inutiles, j’ai simplifié… En un an vous êtes le seul qui voyez clair, mais ça n’a aucune importance pour moi. Profitez de votre déjeuner gratuit…

Et subitement, j’ai tout compris, absolument tout : La connerie humaine, la crétinerie inhumaine, les beaufs, les cons et connes, l’alcool, le shit, l’héroïne, l’anorexie mentale, les dépressifs du gosier, les mondains, les demi-mondaines, les demi-molles, les putes, les transsexuels et elles…, les macs et les mac-Do, les exilés fiscaux, la fraude fiscale, les enveloppes de cash, les contrôleurs fiscaux, les excès de vitesse, la police, les illettrés, les lettrés, l’obésité, les travailleurs illégaux, les grévistes, les communistes, les chinois, le feng-shui, le yoga, les indiens, le bouddhisme, le tantra, les tentations, le Christ, les curés pédophiles, le Pape, le préservatif, les ravis de la crèche, les cons, les sionistes, les Raéliens, les Ravéliens, la musique classique, les pollueurs payeurs, les Tsunami, les racistes, les antiracistes intolérants, les révisionnistes, la pizza 4 saisons, les végétaliens, les terroristes, les terroiristes, les lecteurs de BHL, les fans de Yvette Horner et ceux de Renaud, les néo-punks, les coupes de cheveux des Catalans, la pétanque, les inconditionnels de tout et n’importe quoi, la pédophilie en famille, la télé-réalité, les chauves avec des lunettes sur le front, Drucker, Zemmour, Bigeard et la théorie de la relativité…

@ Pluche…
Je suis fier et heureux d’avoir pu en faire une chronique rétablissant la réalité…
www.GatsbyOnline.com