Abattoirs : lettre à Sarkozi...

Monsieur le Président de la République,

J’attire votre attention sur le sort cruel réservé aux animaux de boucherie au sein de nos abattoirs. Les conditions d’abattage de ces animaux sont indignes de notre société moderne traditionnellement soucieuse d’humanité et de plus en plus éprise d’idéaux à caractère universel.

Il n’est pas rare que ces abattages soient accompagnés de maltraitances inouïes de la part du personnel insensibilisé à la souffrance du bétail dont il a la charge.

Allant de la simple décharge électrique réglementaire à la brutalité gratuite pure et simple en passant par l’horreur indicible dans les cas où, affolés, incontrôlables, certains d'entre eux sont victimes d’accidents ou de négligences lors de leurs transfert et parcage dans le processus d’abattage, les conditions épouvantables auxquelles sont soumis ces animaux ne sont plus acceptables aujourd’hui.

L’atroce n’est pas compatible avec nos critères humanistes. Le citoyen français de 2007 ne peut plus s’accommoder de l’abomination, d’autant qu’elle s’exprime de manière flagrante, sanglante, assourdissante derrière les murs de nos abattoirs.

Nul n’ignore que les mammifères -mais également les oiseaux- sont des êtres doués de sensibilité et par conséquent réceptifs au stress, à la peur, à la souffrance, et particulièrement l’espèce porcine. Prendre en considération cette donnée essentielle devrait faire partie des priorités lors de l’abattage des animaux de boucherie.

Tout citoyen responsable se sentant concerné par les grandes questions de son époque ne peut que réagir face au scandale des abattoirs.

Au nom de tous ceux qui en France n’acceptent plus la barbarie exercée envers la gent animale, citoyens de plus en plus nombreux révoltés par les méthodes inhumaines d’une industrie implacable (certes extrêmement respectueuse des normes d’hygiène, très professionnelle quant aux techniques employées mais parfaitement inattentive, voire franchement abjecte sur le plan humain) je souhaite, Monsieur le président, que le gouvernement prenne ses responsabilités.

Il est urgent que les conditions de transfert et d’abattage des animaux de boucherie soient réglementées selon des critères plus stricts que ceux actuellement en vigueur, dans le sens du respect de l’animal et, sinon de l’assurance de son bien être, du moins de la garantie qu’il ne sera plus exposé à des souffrances aussi inutiles qu’odieuses. Bref, assurer sa protection absolue contre les maltraitances ignobles dont il est victime depuis trop longtemps dans le contexte que j’ai évoqué. Cela, avec la certitude que l’application de ces normes « animalitaires » soit soumise à des contrôles sévères et réguliers.

Je vous prie de croire, Monsieur le président, à ma parfaite considération.

Raphaël Zacharie de Izarra
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Tél : 02 43 80 42 98