2010 Marussia B3...
2010 Marussia B3...
Moscou...
Nous étions deux dans la Marussia B3 : le designer russe Igor Krasnov, trente huit ans, cheveux blonds et rasés, habillé d'un Bomber kaki et de bottes de combats..., le génie à l'origine de l'étude de style de cette supercar, largement inspirée des lignes de la Lamborghini Reventón... et moi.
L'automobile était joyeusement commentée par les gens que nous rencontrions, tellement satisfaits de voir une telle automobile pensée, créée, fabriquée et vendue en Russie...
La plupart étaient de rudes bonhommes avec de gros ventres d'hommes murs, certains portant des uniformes..., mais tous empestaient de solides odeurs de transpiration et d'haleines d'alcool.




Néanmoins, j'essayais d'être rude moi même, les encourageant, leur disant que j'en étais à mon troisième reportage sur cette marque... et que mon action, purement généreuse, visait à changer les mentalités françaises qui étaient pro-franchouillardes par tradition.
Ils riaient beaucoup, je pense qu'ils ne comprennaient strictement rien !
Il fallait de mon coté que je comprenne leur incompréhension..., au moins que je me sente proche de la nouvelle mentalité Russe.
J'étais arrivé quelques jours plus tôt... et voilà que j'étais là, en banlieue de Moscou.
Igor et moi étions silencieux, le moteur accompagnant nos pensées.



- Aucun doute permis, avec ses lignes tranchantes et ses entrées d'air radicales, la Marussia B3 rappelle sans conteste la Lamborghini Reventón, tandis que le cockpit et les flancs laissent apparaître certains traits de la Pagani Zonda... ai-je dit à Igor...
- Da... Driver mais ne pas choisir seul de variété plus apprécié de corps, mais de basculer vers autre producteur pas peut offrir telle option de changement affectif de image de voiture cette...
- Quant à la partie arrière, je suis à peine surpris à la vue des "réacteurs"…, cet esprit d'avion de chasse est bien présent à l'avant... ai-je continué à lui dire en ayant crainte de lui couper la parole...
- Da... Marussia a caractère brillant exprimé et  habitudes de voiture sport vrai. Pendant création de automobile, expérience sportive de Nikolay Fomenko utilisé, est coureur russe célèbre, lauréat Champion de Monde N-GT classe...
- Interessant à savoir, pouvez-vous m'en dire plus concernant la motorisation, cher Igor ?
- Da... Encore plus impressionnant semblent a vous caractéristiques version super léger de automobile dans corps avec aluminium et Kevlar utilisés. Pesée de voiture est 850 kilos. Résultat utilisation de légers matériaux légers devient évident sur piste. Automobile B3 Marussia n'est pas un rapide appareil, mais un appareil très rapide capable accélérer 0 de 100 km/h pour 3,2 secondes...
- Et ?

- Da...Moteur V6 unique, résultat coopération Ingénieurs Cosworth et Marussia entreprises Motors, il a un volume de 3,6 liter capacité de peut être choisi par tous pilotes envisagent unité de contrôle intellectuel. Puissance maximum de Marussia est  420 h.p. mais considérer ce montant ne pas assez grand, mais de réévaluation de numéro sur masse automobile - 1100 kilos - semble énorme.  Modèle B3 Marussia être étape logique appelé à création première voiture sport russe... 
- La présentation du projet Marussia a eu lieu le 16 Décembre 2008 au Manezh Noviy à Moscou. Ce jour-là, la première version de la Marussia B1 a été présentée au public. Et en Septembre 2009, au Novinskiy Passazh, de Moscou, a été ouvert un show room Marussia. Quand pensez-vous que la B3 sera diffusée en dehors des frontières Russes ?
- Da... Automobile Marussia B3 pas seulement idée incarnation de rupture technologique à travers. Aussi n'est pas rêve de patriotes Russes only, ou plus exact, racing est innovation complète et réalisation plan de production automobile russe moderne...
- Jusqu'à ce jour les passionnés de voitures en Russie, qui rêvaient de vitesses élevées et d'automobiles puissantes, ont dû acheter des automobiles allemandes et italiennes...
- Da... Maintenant, Porsche et Ferrari avoir alternative digne avec Marussia de Moscou...
- Le magazine allemand Bild, lors de l'apparition de la Marussia à Francfort, l'a appelé une "fusée russe"...
- Da...Important vous de mentionner Marussia plus que Spoutnick, plus de 85% ensemble de conception, ingénierie et solutions technologiques réalisées par "Marussia Société Motors" et son design bureau par moi de même. Prix de basix de Marussia est 100.000 euros. By now, avoir 17 commandes payées cash en dollars d'euros, pas de Roubles, mieux pour business automobile.




Igor Krasnov avait déjà proposé un modèle de Ferrari à 4 portes qui n’avait pas été très apprécié à Modena, mais celui de la Marussia B3 "Muska" a eu en revanche plus de succès.
Cette supercar affiche un look dérivé de l’aéronautique et de l’automobile.
A l’avant, elle ressemble beaucoup à une Lamborghini et à l’arrière, elle arbore deux orifices en forme de turbines surprenantes mais qui ont un bel effet.
Sur la route menant à la fabrique (à l'usine Marussia), nous avons croisé des cochons errants, une grange fumante et des maisons désertées, ouvertes au vent, éventrées, leurs meubles éparpillés tout autour.
Une des maisons devait sans nul doute cacher un cadavre à l'intérieur, un cadavre vieux de quatre jours... et je ne pouvais croire à quel point l'odeur était épaisse.
Je pouvais la sentir sur ma peau, la qualité de l'air différait d'un coté à un autre, aéré et frais d’un côté, saturé et doucereux de chair en décomposition de l’autre.
Oui, doucereux !



Des camions bâchés verts avec l'inscription "Agro-coop" inscrite sur leurs portes, roulaient à contresens soulevant un tourbillon de poussière.
J'hésitais sur le chemin à prendre, quand soudain, juste en face de nous, à côté d'une petite maison blanche, j'ai eu un choc en voyant qu'était stationné là, un "Custom-Car" typiquement local...
Pas un "Custom-Car" comme le peu que j'avais vu avant..., mais un "Custom artisanal local" !
Quelque chose entre une boite de conserve carrée et une Volga camionnette, avec des dents de requins peintes à l'avant.
Une illustration parfaite du dérisoire de la situation du Custom des banlieues Moskovites, à l'opposé du Custom des quartiers chics...
Près du Custom se trouvait une Lada "camouflée" à la main avec quatre hommes à l'intérieur occupés à boire de la Vodka (chacun avait une bouteille en main) tout en beuglant une sorte de Rock Russe sauce Tartare avec un accent Sibérien qui donnait froid dans le dos...
Dans un mauvais anglais je leur ai expliqué que je voulais prendre des photos de la Marussia B3 à coté de leurs magnifiques voitures customizées... qui seraient ainsi immortalisées dans le site GatsbyOnline.com.
Ils étaient jeunes (mon âge), avec des uniformes flambants neufs...



Dans un mauvais anglais ils m'ont répondu "no problem" et sont sortis tant bien que mal de leur voiture.
Nous avons commencé à nous serrer les mains, à nous échanger des mots maladroits et de nous envoyer des sourires timides accrochés à nos lèvres.
Mais..., alors que l'un d'eux m'offrait à boire au goulot une rasade de Vodka locale..., une voix forte est sortie de la maison.
C'était un petit homme qui faisait de grand signes dans ma direction, en hurlant comme de colère.
Je ne pouvais comprendre un seul mot de ce qu'il disait, mais je lui ai fait signe en retour d'un pouce vers le haut.
Il a balancé au loin le bol et la fourchette qu'il avait dans la main puis s'est rapidement avancé vers moi sans s'arrêter un instant de crier.
J'ai baissé mon appareil photo qu'il a agrippé..., l'alcool et l'oignon qui s’échappaient de sa bouche me frappant droit dans le nez.
Je l'ai repoussé fermement du plat de ma main et ses doigts ont glissé, laissant des marques huileuses sur le boîtier noir.
Il m'a regardé, l'air un peu perdu.
A vrai dire..., ils me regardaient tous, l'air un peu perdu.



J'étais en colère, je n'avais pas eu le temps de photographier la Marussia aux cotés du Custom local et de la Lada tunée...
Tout le monde s'est mis à parler Russe en même temps... et j'en ai profité pour, en un instant, me faufiler dans la voiture en espérant qu'il m'oublierait.
Mais il a réussit à ouvrir la portière et, après avoir été interloqué par la manière dont elle s'ouvrait majestueusement telle l'aile d'un coléoptère géant..., il a essayé de m'extraire du siège.
Je l'ai regardé droit dans les yeux, lui ordonnant d'arrêter.
Il a reculé.
Soudain, il a trottiné vers la maison, sans arrêter de vociférer, en me désignant du doigt.
Ce n'était pas une Kalachnikov qu'il tenait lorsqu'il est revenu, mais une espèce de tromblon dont il a enfoncé le canon évasé dans mon ventre.
Froid dur du métal, claquement sec et vibrations de l'armement du chien dans mes boyaux.
Silence.



J'ai doucement ouvert le boîtier de mon appareil, clic, clac, du plastique... et lui ai donné le chips sans un geste de plus.
Il s'est mis à vociférer, a regardé dans mon célèbre Canon Power Shot G6 avec ses grosses mains à la recherche de...., de quoi ?
Mon rouble est tombé..., il cherchait un film à l'ancienne, comme du bon temps de l'argentique...
J'ai tenté de lui expliquer que c'était un appareil numérique, il a regardé le chips, l'a senti, reniflé, l'a porté à sa bouche... et l'a sectionné d'un coup sec...
Mes photos !
Quel con !
Après tout est allé vite.
Ralenti accéléré...
J'ai repris le volant et j'ai démarré en trombe... pendant que les 4 gaillards hurlaient en tirant des salves de Kalachnikov en l'air...
Nous n'avons pas dit un mot pendant un long moment, puis Igor m'a demandé mon adresse pour m'envoyer des photos de la Marussia B3 :
- Da..., toi de nous tombé sur patrouille police reprendre force devant Kommissar de police, chef police furieux toi filmer auto camouflage de infiltration secret et lui konfisquer photo de toi, chance pas toi arrété espion, ici espion fusillé sur le champ, direct, toi chance de moi envoyer photos belles de Marussia B3 belles pour toi publier reportages fameux pour notoriété Russe et amitié de nous unis dans fraternité automobile retrouvée de nous. Moi content, certain beau article fumant de beauté, moi confiance de vous... 



www.GatsbyOnline.com