Monaco 2010, Coys, Bonhams & RM Auctions... Le rocher abandonné !
Monaco 2010, le rocher abandonné...
Image hébergée par servimg.com

Traditionnellement, depuis une dizaine d'années, la semaine précédent le Grand Prix F1 de Monaco, est mise en œuvre pour un Grand Prix de voitures anciennes, mais seulement une année sur deux.
Cela a donné envie à des maisons de ventes aux enchères de venir y présenter des automobiles, anciennes, modernes et entre deux..., mais chaque année sans désemparer...
Et..., les résultats obtenus n'ont jamais été miraculeux...

En 2010, le rocher est comme abandonné...
Coys, Bonhams, RM Auctions..., légendes et passions inutiles !
L'Étude d'Hervé Poulain (qui deviendra Artcurial plus tard), s'est focalisée sur le Forum Grimaldi, en bord de mer, entre les symboles de la richesse locale, à un jet de pierre du Jimmy'z de Régine..., des fois qu'un plus fou que les autres s'y essaierait pour lui couper le sifflet... Bref, Hervé s'y est cassé les dents, sa dernière vacation de début de ce siècle fut un total désastre avec seulement 3 voitures vendues au rabais.
Hervé et sa clique n'y sont  plus jamais revenus..., c'est Coys qui a repris le flambeau au même endroit avec une meilleure fortune, mais pas au point d'embrasser la lune...
Mettant cela sur le compte du lieu, bien frais il est vrai, très calme en toutes saisons, jamais fréquenté, même pas connu des autochtones..., enchâssé dans une sorte d'impasse..., Coys a migré vers le chapiteau (en dur) du cirque de Monaco-Fontvieille, à coté de l'Héliport... et ce n'était pas mauvaise idée, tant qu'à faire du spectacle autant le faire au cirque...
Certaines années furent mêmes bonnes, suffisamment pour que Matthieu Lamoure, l'ancien responsable des ventes automobiles d'Hervé Poulain, migré chez Bonhams ensuite..., pousse cette dernière maison de vente dans les pieds de Coys à Monaco..., dans le musée du Prince, chamboulé pour l'occasion.
Bien évidement que si une vente va..., deux ventes bonjour les dégats..., ça ne va pas aussi bien, faut partager le butin, couper les pépètes, racler dur le parquet, faire des numéros d'équilibristes..., surtout que voulant démontrer l'un à l'autre qui était le plus fort, leurs ventes, à 500 mètres de distance, se déroulaient quasi aux mêmes heures... et le même jour !

Image hébergée par servimg.com

Pour ne rien arranger, il y a eu "la crise" de 2008/2009 (qui n'en finit toujours pas) et les deux maisons sœurs ennemies, se sont prises une gamelle d'envergure en mai 2009.
Moins de cinquante personnes étaient présentes dans la salle chez Coys..., moins de cent chez Bonhams...
Avec de tels mauvais scores, les voir se relancer à Monaco pour fin avril 2010, tenait de l'héroïsme...
En réalité, un besoin de ne pas perdre la face !
Toujours est-il que sans bruit, Bonhams a changé de directeur "responsable", nommant Philippe Kantor en place de Matthieu Lamoure qui s'en est retourné chez Artcurial...
Ne vous formalisez pas, ils sont tous interchangeables..., l'un qui œuvrait ici, on le retrouve là..., un autre prend sa place qui venait du même avant de repartir chez l'autre..., d'ailleurs on les confond tous dans les salles de vente : "Ah ! vous êtes chez RM maintenant, non, chez Bonhams... et vous allez chez Coys ? Non chez Artcurial !"..., pour arranger l'invraisemblable, pour sur et certain qu'un de ceux-là finira par en ramener un quatrième...
Bref..., j'y reviendrai en finale de cet article..., patientez ! 
On ne pouvait donc pas dire que cette année s’annonçait bien meilleure que 2009....
Même pour le Grand Prix, lors de la dernière édition, les tribunes accusaient de nombreux espaces vides tandis que les terrasses étaient étonnamment clairsemées.
La faute à la crise mais aussi à des tarifs excessifs.
Le Grand Prix de Monaco se prétend une légende, une course mythique, un circuit urbain unique, exigeant, dans un décor de rêve..., taratata, sortez la fanfare, cotillons multicolores, les pin-up's à poil sans poils, les imbus d'eux-mêmes, les coureurs d'oseille, les péripatéticiennes du diamant, les croqueuses de cheiks, les bellâtres, les touristes et la famille princière..., en vrac... , enregistrez : les plus stupides pages de la course automobile y ont été inscrites.
Mais les temps changent.

Image hébergée par servimg.com

Sans doute que peu à peu les gens changent en suivant les temps changeants... et se rendent compte que c'est franchement débile de regarder des voitures inutiles, que personne n'aurait l'idée d'acheter..., tourner pendant des heures sans savoir se doubler, sauf à jongler avec la mort entre les blocs de béton..., tout ça pour finir congratulé par le Prince dans une sorte de cabane d'ouvriers de chantier, surchargée d'autocollants vantant les pires poisons... et y recevoir une coupe immonde, laide, affreuse, kitch au possible... le genre de chose qui finit dans une brocante pour un euro fleurs comprises... et que personne n'en veut !
Il y a évidemment les pépètes... et là c'est le jack-pot, l'or se barre, j'ai gagné des millions, la bonne soupe, le beurre dans les épinards..., certain qu'avec ça le monde évolue...
C'est la fête aux truands, mafieux, vitreux des yeux..., les pires, une insulte aux humains...
D'ailleurs, cher Prince, vois par toi même, ça intéresse de moins en moins de civilisés..., y a même plus de civilités..., l'or se barre et ne revient plus...
Tu sais, Albert, entre nous, je préférais Monaco du temps du Commandant Cousteau, c'étaient que de belles histoires qui passionnaient les enfants et les grands..., tandis que maintenant, si tu montres la gueule d'Ecclestone (même souriant, ce qui est rare, seulement quand il palpe les milliards des autres)..., à un enfant, il se met à pleurer, direct..., c'est un signe ça Albert, que si les enfants confondent Jo-le-Mérou avec Bernie..., t'es sur la mauvaise pente avec ce cortège de foireux, ces vénéneux..., t'as plus rien à y gagner, tout à perdre, attend pas les faillites, cogite...
L’an dernier, en pleine tourmente financière, l’Automobile Club déplorait une baisse des ventes de places de 20 à 30% et certains immeubles idéalement placés arboraient un visage étonnant : des terrasses clairsemées comme jamais !
La faute à la crise s’était-on empressé de dire.
Ce qui a été maintes fois constaté avec amertume....
Les sociétés qui vendent des séjours clé en main en Principauté durant le Grand Prix sont parfois sur le point de fermer boutique : "2010, c’est pire que l’année dernière, nous baissons nos prix mais les réservations sont quand même en total recul"..., se désole l’ancien pilote Jean-Pierre Jarier à la tête de Monaco Media International...: "En plus de la crise, il faut voir que le dollar et la livre ont nettement baissé par rapport à l’euro, ce qui se traduit mécaniquement par des hausses de tarifs pour beaucoup de nos clients"...
Autre raison pointée du doigt, les tarifs des hôtels et des terrasses.
Roger Mesquita de Riviera Promotion affirme : "Les hôtels ne veulent pas revoir leurs tarifs. Ils obligent les clients à réserver des chambres 4 nuits. Même chose pour les propriétaires de terrasses. Ils n’ont pas compris que les choses avaient bougé. 30.000 euros pour une terrasse accueillant 25 personnes ce n’est plus possible ! L’an passé, on avait retrouvé certains d’entre eux, réduits à brader les places de leurs balcons dans la rue pour 500 euros ! On est en train de tuer la poule aux œufs d’or !"...
Un discours confirmé par Véronique Rousseau de chez RC Concepts : "L’hôtellerie a été obligée de faire des efforts. Certains hôtels ont réduit leur formule à deux nuitées et pour notre part, nous avons du baisser nos tarifs et ceux des propriétaires tout en proposant des prestations moins fournies"...
Alors le mythe Monaco ne suffit-il plus ?

Image hébergée par servimg.com

Les sociétés qui invitaient à tour de bras il y a peu regardent désormais leurs factures.
Roger Mesquita a fait le calcul pour eux : "À Monaco, pour 8 à 10.000 euros, vous payez à peine votre hôtel pour une petite semaine ! Du coup, je ne sais pas si je vais continuer à vendre la destination Monaco qui n’est plus rentable. Bien souvent je suis obligé de diriger mes clients vers d’autres Grands Prix"...
Le comble pour une société installée à Beausoleil !
Mais pour Véronique Rousseau, le problème est ailleurs : "Il nous manque notre cible principale car l’évènementiel en général est en crise. Pour les banques et autres compagnies d’assurance, il n’est plus de bon ton d’organiser des évènements de loisirs. Et la marque Monaco est dans ce cas un handicap"...
Du côté des hôtels, les prévisions ne sont pas fantastiques : "La tendance est pire que l’an passé"..., indique-t-on à la SBM.
Pour le Fairmont, idéalement placé avec ses chambres donnant sur le circuit, les choses ne sont pas plus faciles : "Tout est plein côté jardin, là ou on voit les Formule1, mais côté mer c'est le vide !"...
Interrogé sur les tarifs, l’établissement reste vague comme celles de la Méditerranée... et insiste sur le côté exclusif de l’événement et des prestations tout en confirmant l’obligation de réserver 4 nuits au minimum pour 30.000 euros...
Pour Jean-Pierre Jarier, le problème est que : "de toute façon, même si certains hôtels ne font pas le plein, avec des tarifs multipliés par 4 ou 5 durant le Grand Prix, ils sont encore gagnants. Mais l’intérêt général de la Principauté n’est pas préservé, il faut que les politiques et les autorités en prennent conscience"...
Alors oui, le grand Prix de Monaco part à veau-l'eau, la catastrophe est annoncée...

Image hébergée par servimg.com

Tous les soirs, sur la place du Casino, se rejoue la même comédie.
Les Bentley et les Rolls déposent leurs propriétaires, amateurs de roulette, de trente-et-quarante ou de black-jack.
Plantés juste en face des voituriers, les touristes des classes moyennes, l'appareil photo à la main, sont au spectacle, ravis.
Malgré la crise, en cette fin d'avril 2010, Monaco ressemble toujours à Monaco, sauf qu'il y a nettement moins de monde...
Chaque soir, la jeunesse dorée reprend mécaniquement le même itinéraire.
Elle dîne au Sass Café, parmi les fils à papa du Golfe et les blondes anorexiques de l'Est, sirote quelques mojitos dans la pénombre du Sea Lounge, le bar de plage du Monte Carlo Beach Hotel... et termine la nuit au Jimmy'z, rendez-vous incontournable de la jet-set depuis trois décennies.
Un parcours de quelques centaines de mètres qu'il ne saurait être question de faire à pied.
Sur l'avenue de la Princesse Grace, toute la nuit, c'est un ballet de Ferrari, de Maserati ou d'Aston Martin.

Image hébergée par servimg.com

Pour déceler les impacts de la crise, il faut y regarder de plus près.
Le parking des Thermes marins, spa de luxe dépendant du prestigieux Hôtel de Paris, est loin d'être rempli, tout comme la piscine afférente.
En face de la plage du Larvotto, les concessionnaires d'automobiles de luxe sont totalement vides.
Dans les boutiques proches de la place du Casino, on avoue timidement de spectaculaires baisses de chiffre d'affaires : "Je dirais 50% de moins qu'en 2009... et 80% de moins qu'en 2008, c'est catastrophique, j'ai calculé qu'on avait quasiment perdu 90% du chiffre d'affaire de 2007 !"..., reconnaît la vendeuse de chez Prada.
"Du jour au lendemain, nous avons perdu 50% de notre clientèle", admet de son côté le commercial de Roadster'z, agence spécialisée dans la location de voitures de prestige sans chauffeur.
Fraser, loueur de bateaux de luxe, ou Héli Air, qui assure la liaison en hélicoptère avec la principauté, connaissent un recul du même ordre... moitié moins...
La Société des bains de mer (SBM), qui détient le monopole du jeu à Monte-Carlo... et gère ses palaces et restaurants les plus prestigieux, constate une baisse de chiffre d'affaires d'environ 50%.

Image hébergée par servimg.com


Au-delà des chiffres, c'est la manière de consommer des riches qui a changé.
Ici comme ailleurs, le fameux bling-bling si cher à Nicolas Sarkozy et Rachida Dati...,se démonétise : "On redécouvre le respect de la valeur de l'argent : la consommation est nettement moins show-off"..., constate Bernard Lambert, directeur général de la SBM !
"On revient à plus d'humilité", confirme Nadine Beydoun-Barbey, créatrice en haute joaillerie installée dans la principauté : "Les restaurants sont à demi-pleins, il y a moins de grosses dépenses. Avant, c'était à qui flambait le plus : who could spend more ?"...

Cette
ancienne responsable de Van Cleef & Arpels ne parvient plus à vendre ses bijoux de plusieurs millions d'euros.
Pour "survivre", elle propose aux princesses saoudiennes de réutiliser leurs diamants et leurs rubis pour leur concevoir de nouvelles parures plus "hype's".
Une forme de "recyclage" bien dans l'air du temps...
Certes, certaines villas et quelques yachts monégasques accueillent encore des fêtes somptueuses, mais on n'y invite plus pour la même soirée d'anniversaire : Elton John, Lionel Richie et Kool & the Gang.
"Je n'ai plus beaucoup de demandes pour avoir des stars, les gens n'aiment plus les stars, certains milliardaires d'industrie ne les supportent plus, leurs manières frivoles sont malvenues, beaucoup sont jugés infréquentables en cause de leurs caprices et délires surannés", reconnaît Cynthia Sarkis, spécialiste de l'organisation d'événements de prestige : "Avant, on me demandait tous les jours Rihanna, Beyoncé ou Shakira. J'ai un client qui faisait des fêtes à Monte-Carlo chaque soir, du 1er juillet à fin août. Cette année, il n'en fera pas plus de six"...
Créatrice de Luxury Limited Edition : "un site exclusif réservé aux plus grandes fortunes internationales", elle constate que les habitudes de ses 86 clients milliardaires ont changé : "Ils n'achètent plus sans réfléchir", dit-elle !
Sur les plages privées du Larvotto, on s'asperge encore de temps à autre de champagne, mais avec modération : "Depuis le début de la saison, je n'ai pas encore vu de fête avec 300 bouteilles qui partent dans l'après-midi", témoigne un plagiste : "Les plages privées transmutées en discothèques de jour, dans le genre de Nikki Beach à Saint-Tropez, sont devenues has been", tranche Jean-Jacques Picart, conseiller en marketing dans les secteurs du luxe, de la mode et de la haute couture : "C'est la fin des paillettes et des surenchères à coups de people. Le chic devient modeste, presque clandestin. Le nouveau snobisme, c'est de dissimuler sa richesse. C'est du bling-bling masqué"...

Image hébergée par servimg.com


Dans la galerie commerciale du Métropole, on croise des jeunes femmes qui dissimulent leurs emplettes dans des sacs blancs, anonymes, version monégasque du luxury shame, ce luxe coupable observé par les spécialistes américains du marketing.
"La stealth wealth" (fortune discrète), apparue outre-Atlantique, s'impose en Europe : pour acheter heureux, il faut consommer caché.
"Les logos se font plus discrets, comme sur la ligne de maroquinerie haut de gamme de Gucci Pellissima, ou sur les nouvelles lunettes Dolce & Gabbana", constate Nicolas Boulanger, responsable du pôle luxe du cabinet d'études Eurostaf.
A la montre tout en or, incrustée de diamants, on préfère désormais celle à complication horlogère, reconnaissable des seuls initiés.
"La crise a accéléré la remise en cause de la consommation ostentatoire", confirme Emma Fric (un nom prédestiné), directrice du pôle conseil de Peclers Paris, agence spécialisée en tendances, style et innovation : "Fini, le it-bag, le sac du moment qu'il fallait absolument avoir. Il y a une nouvelle philosophie du luxe qu'on pourrait appeler "slow luxury". On recherche des objets qui ont pris du temps pour être fabriqués et qui dureront aussi plus longtemps".

Image hébergée par servimg.com
 Image hébergée par servimg.com

Un "luxe durable" : tel était précisément le thème de l'intervention réalisée par Bernard Arnault, le 15 juin 2009, dans le cadre du sommet du luxe organisé par le quotidien Financial Times, à Monaco justement : "Le nouveau consommateur voudra des objets au caractère exclusif et à la qualité insoupçonnable", déclarait le patron de LVMH... : "Cette aspiration à posséder des produits irréprochables se traduira par un désir de les connaître parfaitement à travers l'élaboration de leurs dessins, des matériaux utilisés, du travail des artisans. La longévité des objets, au sens pratique comme au sens esthétique, comptera peut-être plus qu'hier".
Discours de simple circonstance ? Ou signe d'une mutation profonde et irréversible des comportements ? A Monaco, entre les yachts du port, monstrueux consommateurs de gasoil, et l'urbanisme incontrôlé, sauvagement vertical, la richesse responsable ne saute pas encore aux yeux !!! 
Les voitures de sport, si politiquement incorrectes, restent omniprésentes.
Ce que Nadine Beydoun-Barbey supporte le moins dans sa vie monégasque, c'est justement le bruit du moteur des Ferrari : "On les entend jour et nuit. C'est assez pénible à la longue... Et en plus c'est bête, avec ces engins ridiculement bas, ils explosent leur faces avant, leurs bas de caisse dans les parkings, certains sont restés coincés dans le parking du Carrefour de Fontvieille... Et pas moyen pour eux de se garer ailleurs. Ce sont des voitures ridicules et inutiles pour des faisans, le luxe c'est une Smart, ou alors une Fiat 500 de plage"..., dit-elle.
Mais peut-on imaginer un Monte-Carlo sans Ferrari ?
La "bling-crise" va modifier bien des comportements...

Image hébergée par servimg.com

En attente de ces jours nouveaux..., les concierges maintiennent les riches à flot !
On aurait pu imaginer que 45.000 euros par an pour des services de conciergerie de luxe, ces firmes chargées de satisfaire les moindres désirs ou délires, cela ne serait plus dans l'air du temps.
Détrompez-vous : ces "facilitateurs haut de gamme" ne connaissent pas la crise.
Mais la nature des requêtes a changé : "Même les plus fortunés, les high net worth individuals, sont plus conscients de leur niveau de dépenses", explique Zakary Chanou, PDG d'UUU Luxury.
Et de citer cet homme d'affaires qui, il y a trois mois, a voulu baisser la note de son jet : "Nous lui avons déniché un jet d'occasion à prix cassé, une société pour l'entretenir et, surtout, le sous-louer : il fera une économie annuelle de 20%"...
David Amsellem, qui dirige la conciergerie John Paul, renchérit : "Grâce à nos partenariats, près de quatre membres sur cinq bénéficient de surclassements, remises, tarifs préférentiels"...
La société anglaise White Concierge a carrément ouvert, en mars, un service marchandage : "Nous menons les négociations pour l'achat de propriétés, de jets ou de yachts", explique William Holroyd, son directeur : "Nos clients seraient embarrassés de le faire eux-mêmes, et nous sommes plus efficaces. Dernièrement, nous avons fait baisser de 40% le prix d'une villa sur la Côte d'Azur".
Les concierges de luxe, auparavant organisateurs des caprices somptuaires, sont devenus les gestionnaires de la
"bling-crise".

Image hébergée par servimg.com

Au magasin Carrefour de Fontvieille, les pin-up's avec des bottes cuissardes blanches et les gros seins presque à l'air sont de sortie.
Quoi de plus normal à Monaco, que de faire son shopping de la sorte...
En mini-mini-jupe, gracieuses et sensuelles, elles défilent.
Devant une blonde siliconée qui pousse son caddie, trois idiots ont bien failli chuter sur le sol aussi brillant que son gloss.
Plus loin, ils laissent tomber leurs paquets quand ils croisent deux jeunes filles de l'Est à la beauté anorexique insolente (sic !)...
La Principauté question sexe reste fidèle à elle-même.
Et les Ferrari et autres Maserati, même en moins grand nombre, crânent encore dans les rues étriquées de la ville, encadrées de Smart et Scooter, il est vrai... 
S'il suffit d'arpenter la rue Princesse Caroline pour lire la déception sur le visage tanné des commerçants...., il suffit de se promener sur le boulevard Albert Ier pour apercevoir la solitude des serveurs… "J'avais programmé deux extra, explique Bernard Quenon, responsable du restaurant Dolce Vita, je leur ai demandé de rentrer chez eux. On attendait six fois plus de personnes"...
D'autres commerçants, qui veulent garder l'anonymat surenchérissent  : "Ici c'est Monaco et le gouvernement n'aime pas qu'on les critique"..., ils parlent toutefois d'un
"flop" abyssal et craignent la faillite !
"Pendant le Grand Prix F1, les gens viennent se montrer..., au Grand Prix des ancêtres, les gens viennent voir..., mais dans les deux cas, plus personne ne dépense"..., constate le serveur d'une pizzeria.
Même le supermarché Casino fait une promotion sur la bouteille de Coca-Cola à l'occasion du Grand Prix : 2 euros au lieu de 2,20 euros…, l'affaire du siècle, sûrement !...
"Ca fait bien longtemps que je ne me fais plus d'illusion sur le pouvoir d'achat des gens", raconte Julien Shama, patron d'une boutique de timbres : "Il ne faut pas croire : même à Monaco, il y a moins de riches...Y a plus que des timbrés en réalité !"...
"Au dernier Grand Prix, nous avons fait de mauvais résultats"..., explique Pierre Brezzo, président de l'Union des commerçants de Monaco... : "Pour 2010 ça va être encore pire... Généralement, en la période bénie des moteurs V12, le chiffre d'affaires des quelques 900 boutiques augmente jusqu'à 30%. Cette année, il a chuté et atteint moins 50% par rapport à 2009 à la même époque, ça fait 80% de chiffre en moins, c'est intenable. A ce rythme, l'année prochaine il n'existera plus que 600 boutiques !".
Même les sandwiches finissent dans les poubelles, invendus... et les commerçants se retrouvent avec d'énormes stocks de tee-shirts et de casquettes invendables.
Sur le port Hercule, où s'exhibent les luxueux yachts, une vieille dame, coupe de champagne à la main, entourée de deux gardes du corps, se fait prendre en photo sur son bateau...
Un homme passe, la dévisage et hurle :
"Fuck les riches"...
Les temps changent !

Image hébergée par servimg.com

Pour en revenir aux ventes aux enchères de voitures de collection, en cette année 2010, c'est Bonhams qui a ouvert la danse le vendredi 30 avril en début d'après midi, à 13 heures pour l'Automobilia et à 14h30 pour les Automobiles...
Les prix obtenus y ont été désastreux, souvent bien en dessous des prix de réserve, le Commissaire Priseur s'ingéniant dans de savants calculs pour réaliser son profit seulement avec les 15% de l'acquéreur...
Résultat, 40 voitures vendues sur 66 présentées.
Coys à pris Bonhams en sandwich..., 11h le matin pour l'Automobilia, dont on ne peut pas écrire que ce fut la réelle ouverture puisqu'il n'y avait strictement personne, excepté quelques visiteurs venus regarder les automobiles... et 16h30 en fin d'après-midi pour les voitures de collection.
On a donc assisté à des "migrations" entre le cirque et le musée, puis entre le musée et le cirque...
Tout ça en finale pour un piètre résultat également...
Les "grosses pièces" ne se sont pas vendues..., les autres se sont négociées...
Il y avait toutefois beaucoup plus de monde qu'en 2009, ce qui n'était pas bien difficile...
N'empêche que tout ce toutim barnumesque s'est joué sur une centaine de farfelus...
Et... pour finir de draguer la vase, racler le fond..., RM Auctions avait décidé également de participer à la fête... et avec de gros moyens.
A deux, c'était pas la gloire pour chacun, mais alors, trois ventes aux enchères, trois compagnies mondiales qui s'entredéchirent pour se ravir quelques rares clients des uns des autres..., des égarés..., des glandeurs..., c'est du délire !
Pourtant, des trois, c'est RM Auction qui avait dépensé le plus en publicités, réceptions, décorations et surtout pour le catalogue..., un catalogue prestigieux, un "collector"..., sans oublier un site Internet de premier plan sur lequel on pouvait suivre toute la vente... "on live", avec des images de qualité, une splendide mise en scène, un soin de détails et d'information...
Qui plus est, la salle était un vrai joyau, redécorée, remplie de voitures magnifiques dans un état "concours à l'américaine", un show de premier ordre qui a du coûter plus qu'un pont en or...
Fabuleux...

Image hébergée par servimg.com

Et tout ça pour quoi ?
Pour une centaine d'ahuris en promenade... !
Une salle quasi vide, des centaines de sièges vides, un vide abyssal seulement emplit des cris et gesticulations de Max Girardo..., magnifique Commissaire-Priseur, multilingue d'un bout à l'autre de la vacation, dont sa prestation de 7 heures sans discontinuer est digne du livre des records....
Quel talent cet homme, de parler à des chaises vides, d'aller chercher des enchères auprès de chaises vides, d'adjuger à des chaises vides...
Et génial avec ça, capable de faire la différence entre une chaise vide italienne et une chaise vide anglaise, d'un coup d'œil... et de leur parler en conséquence...
Seul Hervé Poulain (Artcurial) est de taille égale, lui étant capable de vendre une Bugatti à un chapeau sans que la personne en dessous du couvre-chef s'en rende compte !
En finale, ne parvenant pas à dissocier les vraies ventes des fausses ventes, elles-mêmes emplies de rachats par les propriétaires..., sans oublier soumissionnaires et fantômes mélangés aux téléphones..., quelques clients potentiels présents aussi entre les chaises..., l'impression était celle d'un "flop" titanesque, galactique..., une sorte de théâtre d'improvisation...
Un tel spectacle pour rien..., du caviar pour les cochons !...
"Ahhhhhhhhhh ! Faut les remercier quand même, Bonhams, Coys, RM Auctions, pour leur persévérance et tout l'argent qu'ils ont dépensé afin d'organiser un spectacle qu'on ne verra sans doute jamais plus"..., me suis-je dit !
Et puis, sous le coude, comme par miracle, le lendemain..., j'ai assisté à la jouissance en direct de Max Girardo, qui n'en pouvait plus..., certain que ce garçon faisait du priapisme après sept heures d'un mélange orgiaque de préliminaires, surliminaires, subliminaires liminaires et d'enculades de premiers plans..., de second aussi !..., avec doigté, je précise..., un orfèvre..., y a pas une femme qui refuserait... et d'autres aussi qui en redemandent !... Bander comme ça, c'est un miracle, le genre qu'on en rêve toute une vie...
Bref il causait aux médias, en rajoutait des tonnes, que du meilleur, comme à Marseille au vieux port, des chiffres à donner le tournis... Et forcément, comme d'habitude les journaleux ont tout pris, à tout prix, faut que la poudre à lessiver se vende !... En résultat ? Partout sur le web, dedans dehors, les forums, les infos, même sur les sites de rencontres, y a plus eu que pour l'auction de Max, avec des chiffres étourdissant, pharaoniques, babyloniens d'avant le déluge..., une orgie de chiffres bandatoires, inimaginables, pleins de contradictions quand même, que tous les collectionneurs du monde reprennent espoir, qu'il ressortent leurs bricoles, qu'ils les astiquent, reluisent, en ayant les paroles de Max dans leur tête..., bientôt les MGB au delà du million !...
 
Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com 
Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com 
Image hébergée par servimg.com

Alors que la salle était quasi vide, y a pas photo, y a même des vidéos qui en témoignent, sur que le cadreur a eu tort de zoomer plein arrière pour qu'on voie les chaises bien rangées, immaculées, le tout bien propret..., mieux qu'en Suisse !..., voilà que RM Auctions prétend que son "Classics Sporting de Monaco" a été un succès retentissant..., engrangeant 33.235.917 d'euros en ventes totales, sans même compter la BMW à 4 millions et des poussières !... Y ont quand même pas osé pousser si fort de peur de f... une merde indescriptible !..., bref, des chiffres et encore des chiffres, une affaire phénoménale qui correspondrait au meilleur résultat obtenu en une seule journée dans des enchères de voitures de collection... et cela dans l'histoire de ce business qui reste à écrire !
Soufflant, non ?
Ce seraient donc 86% de voitures vendues, soit 88 sur les 105 proposées, dont cinq auraient dépassé 2.000.000 d'euros.
La meilleure vente après la
BMW 328 MM 'Buegelfalte 1937, s/n 85032, prétendu vendue à 4.300.000 euros... serait la  Ferrari 1962 400 SWB Pininfarina Superamerica Cabriolet, s/n 3309 SA, qui fait l'objet d'un reportage dans la section Automobiles de GatsbyOnline, qu'on est même pas sur de l'affaire en cause des rachats, une histoire qui aurait atteint 2.800.000 euros, un montant plus supérieur encore que toutes estimations !... que personne aurait osé en rêver..., qu'on se demande même si elle n'aurait pas été rachetée elle aussi !...
Et tout cela par téléphone...
Oh ! Je sais que le téléphone arabe est très connu, mais en ce cas, il y a quelque chose qui m'échappe-ment...
OK ! Pour une, je passe..., mais là ou je flippe, c'est que RM prétend que quasi toutes auraient été vendues par téléphone... : "RM auction a établi une nouvelle norme pour les ventes aux enchères de voiture de collection, non seulement pour la qualité des voitures, mais aussi pour sa présentation impeccable et son expérience. Deux prix record du monde et la vente de sept lots de plus d'un million d'euros, illustrent bien la maîtrise de notre compagnie" a déclaré Max Girardo, directeur général de RM Europe : "Nos ventes à Monaco soulignent notre position de leadership incontesté dans le segment investment grade du marché des voitures de collection... Les automobiles ayant dépassé la barre des deux millions d'euros, toutes vendues par téléphone, comprennent : Ferrari 250 Berlinetta 1962 GT SWB, s/n 3401 GT, 2.632.000 d'euros... Maserati Tipo 61 'Birdcage 1960, s/n 2470, 2.464.000 d'euros... Ferrari 250 GT LWB Tour de France 1957, s/n 0925 GT, 2.352.000 d'euros... Ferrari 250 Spyder GT LWB California 1959, s/n 1253 GT, 2.072.000 d'euros... Ces impressionnants résultats ont été générés par les soumissionnaires inscrits provenant de 33 pays différents, par téléphone, sur Internet, mais pas dans la salle de vente"...
C'est ça qu'il a affirmé sans rire, Max Girardo, en réponse à l'étonnement général, le genre d'étonnement ahuri, les yeux exorbités, la langue pendante..., car, quoi, m'enfin...pour sur... il n'y avait quasiment personne dans la salle !!!
"Par contre, 3.300 personnes ont regardé la vente sous couverture vidéo en direct streaming de la vente sur Internet"... qu'il a ajouté...
Y a de quoi lui offrir une petite chanson..., n'hésitez-pas à cliquer sur la vidéo ci-après...
Il met de la magie, mine de rien ,dans tout ce qu'il fait... Il a le sourire facile, même pour les imbéciles... Il s'amuse bien, il n'tombe jamais dans les pièges... Il n'se laisse pas étourdir par les néons des manèges... Il vit sa vie sans s'occuper des grimaces... Que font autour de lui les poissons dans la nasse... Il est libre Max ! Il est libre Max ! Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler... Il travaille un p'tit peu quand son corps est d'accord... Pour lui faut pas s'en faire, il sait doser son effort... Dans l'panier de crabes, il n'joue pas les homards... Il n'cherche pas à tout prix à faire des bulles dans la mare... Il est libre Max ! Il est libre Max ! Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler... Il r'garde autour de lui avec les yeux de l'amour... Avant qu't'aies rien pu dire, il t'aime déjà au départ... Il n'fait pas de bruit, il n'joue pas du tambour... Mais la statue de marbre lui sourit dans la cour... Il est libre Max ! Il est libre Max ! Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler... Et bien sûr toutes les filles lui font les yeux de velours... Lui, pour leur faire plaisir, il raconte des histoires... Il les emmène par-delà les labours... Chevaucher des licornes à la tombée du soir... Il est libre Max ! Il est libre Max ! Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler... Comme il n'a pas d'argent pour faire le grand voyageur... Il va parler souvent aux habitants de son cœur... Qu'est-ce qu'ils s'racontent, c'est ça qu'il faudrait savoir... Pour avoir comme lui autant d'amour dans le regard... Il est libre Max ! Il est libre Max ! Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler...


 
Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com 
Image hébergée par servimg.com

Il y a de quoi, malgré tout se poser une infinité de questions...
Des soumissionnaires de 33 pays..., ça fait combien de téléphonistes en salle pour qu'ils "participent" à la vente ?... Il n'y en avait que 4, pas trop occupés... Il en aurait fallu une armée, toute la téléphonie de Monaco aux ordres, avec, en renfort, télégraphe, sémaphore, pigeons-voyageurs et signaux de fumée..., difficiles à décrypter dans le rideau de fumée ambiant, faut avouer quand même !
Et quel cinéma..., la majorité des voitures viennent des USA... et seraient soi-disant adjugées à Monaco à des américains pour la plupart... des milliardaires qui achèteraient en pleine crise, sans même venir voir les voitures, sans les ausculter, sans même les essayer...
Et pas des petites bricoles, non, des bazars à 2, 3, presque 5 millions d'euros !
Il y avait une bizarre odeur dans la salle, une odeur de faisans rôtis, bien croustillants, fourrés en plus...

Bon appétit à vous tous..., dormez bien...

Image hébergée par servimg.com

Allez, revenez, j'ai pas tout à fait terminé...
Si on regarde les résultats chez Bonhams, rien ne correspond..., comme si le fait de passer d'avril à mai faisait entrer dans un autre espace-temps !
Bonhams avait sélectionné de très belles voitures de collection dans le cadre de sa vente annuelle de Monaco le 30 avril, mais mis à part la rarissime Maserati 250F 1954 par Cameron Millar adjugée 315.500 euros pour un participant physiquement dans la salle, toutes les voitures vendues étaient majoritairement en dessous des 100.000 euros...
Si le miracle RM Auction avait touché Bonhams..., menant la charge..., une Ferrari 166/195S par Vignale aurait du se vendre par téléphone pour plus d'un million d'euros, au moins...
Que nenni mes chéris, elle n'a pas été vendue, sûrement que le téléphone n'était pas branché !
De la même marque, une très rare et recherchée Ferrari 275 GTB 1966 estimée à 680.000 euros, aurait du, elle aussi, dépasser le million par téléphone...
Pas du tout, y avait trop de friture sur la ligne..., pas vendue...
Bizarre, non... ?


J'ai mené une enquête et un vent favorable m'a déposé le listing réel de la vente RM Auction !
Vous pouvez le lire sur le panneau suivant : Monaco 2010, Résultats des ventes Coys, Bonhams & RM Auctions...
 

Image hébergée par servimg.com
[:fouine 206 hdi quik]  
www.GatsbyOnline.com  
 
www.ChromesFlammes.com    
   
www.LesAutomobilesExtraordinaires.com      
  
www.CollectionCar.com