Marrussia, le vent de l'Est...

2011 Marrussia, le vent de l'Est...
La Marussia est une sorte de Ferrari "low cost" à environ 120.000 dollars, soit environ deux fois moins chère que la concurrence.
Qui veut frimer à la Russe ?

 



Fin 2008 en Chine, Nikolaï Fo­menko, chanteur, acteur et ani­mateur TV, mais aussi pilote de course automobile, abîmait son bolide, une Aston Martin, lors de la course de qualification du championnat FIA GT.
Dans la nuit, les partenaires de l'équi­pe chinoise parvenaient à refabriquer et réparer : phares, ailes et pare-chocs du véhicule pour seulement 250 dollars.

Assis dans un petit bureau du nord de Moscou, les yeux de Fomenko brillent lorsqu'il raconte cette histoire : "En Angleterre, cela aurait coûté 7.000 Livres Sterling, en France, au moins 10.000 €uros ! La vitesse et le très faible coût de la re-fabrication des pièces ainsi que de la réparation, m'ont étonné, puis réveillé... En me renseignant,  le coût de pro­duction en Chine fut une révélation, à l'origine de ma troisième carriè­re".



Presque immédiatement, Fo­menko lance Marussia Motors, premier constructeur automo­bile Russe de voitures ultra spor­tives... et 18 mois plus tard, ses premières supercars, les Marussia B1 et B2, sont fièrement expo­sées à moins de 100 mètres du Kremlin.

Marussia est donc une voiture Russe dont tout a été fabriqué en Chine, qui est destinée à être vendue en Russie et dans les pays occidentaux, ainsi que tous ceux chez qui Nikolaï Fomenko réussira à appâter des clients pour une production haut de gamme à petit tirage, soit seulement 300 voi­tures par an.
Jusque là, tout va bien, c'est classique, sauf qu'avant Fomenko, ce type d'histoire faisait partie du folklore Yankee, dans le sens unique qu'il s'agissait de resucées du grand rêve américain...
Oui mais...



Ces grandes resucées, en dehors des fabulations journalistiques et des manipulations mentales de ces grands rêveurs-créateurs, se sont pour la plupart avérées n'être que des coups tordus qui ont parfois fonctionné (Shelby), mais souvent se sont écrasés (Cheetah), quand ce ne furent des escroqueries intelligemment montées (Tucker, Bricklin, DeLorean)...
Les autres ne furent que des fausses saga 100% plastiques, des copies pompées de voitures mythiques, comme les centaines de fabricants de Kit-cars, majoritairement des Cobra's 427 et des Porsche's 356 Speedster..., ou alors des opportunistes comme Clénet, Zimmer, Sparks..., des centaines d'enragés désireux de gagner rapidement de l'argent en vendant très très cher des voitures re-carrossées aux dessous périmés...



En finale, tous se sont crashés dans le mur des réalités, entrainant avec eux des rêveurs d'un autre niveau comme la famille Stevens et ses Excalibur, comme Robert Jankel et ses Panther... et quantités d'ingénieurs ayant voulu voler de leurs propres ailes et ne réussissant qu'à les voir fondre au soleil au fur et à mesure qu'ils s'élevaient dans le ciel...
Quelques-uns ont survécu en faisant d'autres choses, pas toujours très claires... ou en se faisant racheter par des requins aux dents longues et bien acérées...
Racheter..., pas toujours, puisque divers constructeurs internationaux ont simplement volé ce concept d'un coût de fabrication très bas, enveloppé dans le vent du paraître assaisonné de la vanité de ceux qui possèdent de l'argent à ne plus savoir qu'en faire...
C'est de là que viennent les super-Ferrari-Fiat à plus d'un million d'€uros, les Bugatti-VW Veyron à plus d'un million et demi d'€uros... et les Lamborghini-Audi bientôt à deux millions...
Et ce n'est pas tout..., puisque le réservoir financier qui alimente les plus grandes affaires de ce type... est le puits sans fond de la bêtise humaine ! 



Donc, ou va se positionner Nikolaï Fomenko dans ce marché de dupes et de dupés ou c'est d'avantage l'image du luxe que le luxe en lui-même qui crée l'achat... ?
Quoiqu'il en soit et quoiqu'il en sera, le design des Marussia est de premier plan, réellement novateur, différent et attirant...
Si comme l'affirmait le designer Raymond Lewy (créateur de la Studebacker Avanti) : La beauté d'un objet représente les 3/4 de l'envie de l'acheter..., cet aspect des Marussia est 100% réussi !
Ensuite, Nikolaï Fomenko a eu une idée géniale concernant les panneaux de carrosserie et la voiture en elle-même.



Regardez bien, la dernière née des Marussia est une voiture habillée façon Grand-couturier...
Sur la structure roulante (toute la partie peinte en noir) qui se suffirait à elle même en tant qu'automobile, est posé une feuille de polyester faisant office de carrosserie avant... et une autre faisant partie de carrosserie arrière, les deux étant fixées sur la structure roulante, au moyen de rivets !
C'est simple, léger, aérien, beau, efficace et simple à fabriquer et poser...
C'est réellement une première dans le monde de l'automobile, ce qui place d'emblée cette Marussia dans les automobiles qui marquent un jalon dans l'histoire...
Si on s'arrête sur cette innovation, sur le design général et qu'on accepte toutes les magnifiques histoires qui drapent la Marussia, pour autant qu'on a les moyens de l'acquérir (entre 100.000 et 150.000 €uros)..., on craque, on achète !
Mais...
Il y a aussi une lampe qui se met à clignoter en éclairant d'autres grandes automobiles innovatrices, comme la Tucker, la Bricklin et la DeLorean...



Alors on se pose des questions....
Pourquoi l'usine Marussia de Moscou est-elle montée comme un atelier de fabrication de prototypes et concepts ?
Pourquoi a-t-il acheté en Bel­gique, début mars 2011, un terrain de soi-disant 4.600 m² dans la commune de Blanchimont, près du célèbre circuit de Spa-Francorchamps, un site destiné selon-lui, à localiser la pro­duction de 200 à 300 véhicules Marussia par an pour la distri­bution sur le marché européen ?
Entre Blanchimont et blanchiment, il n'y a qu'une lettre de différence !
La région Wallonne connait-elle l'histoire de Malcom Bricklin et John De Loréan ?
En effet, ce terrain n'est pas aussi gigantesque qu'indiqué (voir le plan et la photo ci-après), il suffit à peine pour abriter un show-room ou un petit entrepôt !
Pourquoi tant d'assurance et d'affirmations péremptoires, alors qu'en réalité, Nikolaï Fomenko est loin de pouvoir fabriquer "ses" autos à la chaine selon les prévisions qu'il assène à ma presse... 



"Les ventes en Grande Bretagne devraient démarrer dès cet été", affirme-t-il alors que strictement rien en Russie ne ressemble à une usine Marussia capable d'assurer cette affirmation...
En Chine alors ?
Possible, mais ou ?
Et comment ?
Il y a quelque chose de fausse­ment modeste dans la réponse de Nikolaï Fomenko lorsque je le questionne sur les autres bro­chures que les clients de Marus­sia auront l'occasion de parcou­rir : "Nous nous fichons de la compétition, nous serons nous-­mêmes"..., avant d'admettre que ce sont les supercars Lambor­ghini, Ferrari et McLaren que Marussia espère devancer.

  
 

Es­quissant un large sourire, Fo­menko ose même une hypothèse audacieuse, suggérant que : "Dans l'avenir, les conducteurs de Lam­borghini, Ferrari et McLaren seront invités à courir à bord d'une Marussia"...
Toute­fois, quelques minutes plus tard il me dit que : "Marussia ne compte pas sé­duire le marché de Lamborghi­ni tant que le partenariat F1 et Virgin Racing ne sera pas bien installé, mais Marussia va également présenter très rapidement d'autres véhicules dont un 4X4 très design". (Photos ci-avant)...

Bien..., cela signifie que Nikolaï Fomenko est toujours dans sa phase pré-séduction en quête d'investisseurs qui vont ou bien participer à ce projet..., soit simplement y perdre des fonds considérables..., fiscalement peut-être, des investissement avec des retours d'ascenseur comme en F1... un grand-bazar opacifié, des cris de joie (ou de désespoir) dans une brume artificielle ?
Mis à part le prix (autour de 120.000 dollars au détail, sans explication concernant les taxes et contraintes légales de spécificités techniques en accord avec les législations de tous les pays du monde), ce prix, cette valeur, ne correspond à rien, sauf que c'est la moitié du prix de ses concur­rents !



Nikolaï Fomenko assure que la vi­tesse avec laquelle Marussia conçoit ses voitures de luxe constitue un autre atout de poids : "Les deux modèles lancés en sep­tembre 2010 ont été construits, depuis la conception sur le papier jusqu'aux finitions, en à peine un an".

Mais si en termes de projets tout semble rouler (sic !) pour la société Marussia pour les douze mois à venir, toutes les questions concernant sa trésorerie de­meurent en suspens.
Nikolaï Fomenko m'
assure pourtant que Marussia présentera six modèles lors du Salon automobile de Francfort en septembre 2011, dont deux 4x4.

 

  
 

Nicolaï Fomenko est né le 30 avril 1962 à Léningrad.
Il est diplômé en théâtre (?), en musique (?) et en ci­néma (?).
Il a créé le groupe de musi­que Sekret, qu'il a quitté en 1996.

Acteur de théâtre et de cinéma, il a notamment joué dans les films "L'orpheline" de Kazan (1997), "Luna Papa" (1999), "Vieilles carnes" (2000), "Dou­ze Chaises" (2005), "Le Jour de la ra­dio" (2008) et dans les spectacles "Cœur de chien" et "L'opéra de quat'sous" ainsi que "Une Fortune exorbitante".
En tant que pilote de course, il a participé au championnat international FIA GT.
Le premier show room Marus
sia Motors a été ouvert le 10 septembre 2010 à Moscou.

"C'est très ambitieux de mettre au point 4 modèles en ces temps difficiles, mais je veux que Marussia soit une sour­ce de montagne, pas un marécage. J'espère que nous réussirons sur les 30 prochaines années"...

2010 Marussia B1...  http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=554&cat=auto
2010 Marussia B2...  http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=555&cat=auto
2010 Marussia B3...  http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=556&cat=auto
2010 Marussia B4...  http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=558&cat=auto

 
www.GatsbyOnline.com    
 
www.ChromesFlammes.com     
   
www.LesAutomobilesExtraordinaires.com        
  
www.CollectionCar.com