1974 Ferrari Dino 246 GTS # 07862... L'histoire vraie d'une Ferrari enterrée dans le jardin de Quelqu'un !
1974 Ferrari Dino 246 GTS # 07862...
L'histoire vraie d'une Ferrari enterrée dans le jardin de Quelqu'un !
Ces deux photos, prises en février 1978, montrent une Dino 246 GTS découverte dans le jardin d'une maison de Los Angeles.
Quelle est la véritable histoire de cette voiture ?

 

En mai 1977, Sandra Ilène West, seulement vêtue d'une chemise de nuit transparente comportant des dentelles de Brugge, assise au volant de sa Ferrari 330 America 1964, bleue layette métallisé, a été enterrée dans un mausolée en béton, selon les instructions de son testament.
Cette (jeune) veuve de 37 ans, d'un pétrolier texan, était morte d'une surdose "accidentelle" de médicaments, à son domicile de Beverly Hills.
Correctement "ficelée" pour l'éternité dans sa voiture, elle avait été "expédiée" à San Antonio-Texas, pour l'enterrement à côté de la tombe de son défunt mari.
Après que les ouvriers aient placé la Ferrari, contenant Mme West, dans son dernier lieu de repos..., du ciment transporté par deux camions, a été coulé dans le bunker-mausolée, pour décourager les voleurs de voitures de venir la déterrer.
Cette histoire qui a fait les manchettes des journaux américains, est devenue partie intégrante de l'histoire de Ferrari.
Mais ce n'est pas la seule voiture de sport italienne qui a été enterrée pour capter l'attention des bouseux à la fin des années '70.

  
  


Un an plus tard, un groupe d'enfants qui s'amusaient à creuser dans la boue devant une maison du 1137 West 119Th Street dans la section ouest d'Athènes à Los Angeles, pour y enterrer des chats vivants enfermés dans des boîtes en carton..., ont frappé le toit d'une voiture avec leurs pelles...
Un shérif qui passait là par hasard, à vu le manège des enfants, est venu voir ce qu'ils faisaient, a fait embarquer les chats par une société protectrice des animaux et s'est ensuite inquiété de savoir pourquoi une voiture avait été enfouie là dans le sol....
Priscilla Painton, journaliste au Los Angeles Times, informée que la police locale était occupée à déterrer une voiture de luxe dans le quartier le plus pauvre de la ville, est accourue pour réaliser un reportage sur cet "événement" de l'histoire locale, car il est rare qu'on exhume une voiture exotique italienne entièrement enveloppée dans du plastique en rouleaux, du jardin d'une maison de banlieue.
Quand l'histoire a été publiée dans les journaux à travers le pays, elle a rappelé à beaucoup de lecteurs, celle de Mme West dont le cercueil bizarre était également une voiture exotique italienne, mais cette fois, le siège de conduite était vide !
Les détectives Joe Sabas et Lenny Carroll avaient découvert dans le limon du sable de Los Angeles, une Ferrari Dino 246 GTS (numéro de série 07862) vert métallique, qui avait été entièrement enveloppée dans du plastique en rouleaux, comme pour la préserver en attente de jours meilleurs...




Dans un de ses articles sur cet "évènement", daté du 8 Février 1978, Priscilla Painton a écrit que la voiture semblait être dans un état "étonnamment bon", et a estimé sa valeur à environ US$ 18.000 (soit l'équivalent d'environ US$ 63.500 en début 2012).
Les enquèteurs-amateurs de Ferrari, fascinés par cette histoire ont fait noter que les Dino n'étaient pas vraiment des Ferrari car Dino était une marque à part entière qu'Enzo avait créé en l'honneur de son fils tragiquement décédé... et que les Dino étaient équipées de jantes Campagnolo et de sièges optionnels Daytona... ce qui n'a pas fait avancer l'enquête !
Par contre, les enquêteurs ont simplement repris le numéro de la plaque d'immatriculation "832 LJQ" toujours fixée à l'arrière de la voiture... et ont ainsi été informé qu'elle avait été achetée en octobre 1974 par un nommé Mario Rosendo Cruz, un plombier d'Alhambra, en Californie.
Le 7 Décembre 1974, Cruz avait signalé sa voiture volée... et le rapport de police conservé dans un dossier de la division "Rampart" de la police de Los Angeles.
Mais le mystère demeurait !
Comment cette Dino était-elle arrivée là ? 




A l'époque des faits, la maison attenante au jardin ou avait été enterrée la Dino, était occupée par des locataires qui avaient seulement vécu là pendant trois mois.
Retrouvés, ils n'ont offert aucune explication, prétendant n'avoir rien vu ni entendu...
Quoique c'étaient les seules personnes ayant pu creuser un trou aussi important et y enfouir la Dino 246GTS enveloppée de plastique en rouleaux comme du jambon à déguster plus tard..., personne ne fut inquiété..., d'autant plus qu'aucun des habitants voisins, interrogés, n'ont dit avoir vu : "quoi que ce soit de bizarre" s'étant passé en 1974 dans le jardin de leurs voisins...
Le détective Joe Sabas n'a pu que plaisanter sur cette étrange affaire, écrivant dans son rapport : "enterrer une Dino n'est pas comme planter des choux" !
Quiconque face à une telle histoire, imagine et s'attend à ce que des corps momifiés dans des feuilles de plastique et des serviettes en peluche d'où des vers de terre sortent, vont être retrouvés quelque part, enterrés pas très loin de la voiture..., mais rien de cela ne fut découvert !
C'est le vol de la Ferrari Dino qui a été enterré !
La Farmers Insurance Group a convenu avec la police que la voiture avait bien été volée... et a payé US$ 22.500 au propriétaire légal de la Dino, via sa succursale Hollywoodienne de la Bank of America.
Il n'y avait plus rien d'autre à faire.
La Ferrari Dino a ensuite été envoyée à la compagnie d'assurance, pour y effectuer ses propres
"sorting-out process".



Le photographe Michael Haering du Los Angeles Examiner Herald, à ensuite publié quelques photos de la voiture assorties d'une légende faisant une comparaison avec l'enterrement de Mme West dans sa Ferrari, ajoutant être intrigué et amusé que le voleur de la Ferrari-Dino avait enterré cette voiture dans un jardin, après l'avoir totalement envellopée dans du plastique en rouleaux, plutôt que de la vendre à l'étranger ou de la mettre en pièces pour les vendre.
Beaucoup de blagues ont fait écho à cet article à l'époque, dont une histoire sur Mme West et son cercueil Ferrari... et une question a émergé : cela pouvait-il être accompli en toute légalité ?
La presse a comparé les deux histoires et les a fait jouer l'une contre l'autre, ce qui a attiré beaucoup d'attention, dont celle de l'écrivain Joe Scalzo qui a décidé de reprendre l'enquête sur cette Ferrari-Dino, en 1986, longtemps après son exhumation... principalement sur la période pré-enterrement de la vie de la voiture.
Initialement commandée chez Ferrari en Italie par Modern Motors Classic Reno-Nevada, la Ferrari-Dino a été vendue durant son transport d'Italie vers les USA en même temps que 10 modèles similaires, à Motors Griswald situé dans la baie de San Francisco.
Elle est restée dans la salle d'exposition sur Market Street à peine deux semaines avant d'être achetée et expédiée par camion, 400 miles au sud de Los Angeles.
L'acheteur était encore un autre concessionnaire Ferrari américain : Hollywood Sports Cars, célèbre pour ses ventes de Ferrari à Frank Sinatra, Perry Como, Sammy Davis Jr., Pat Boone, William Holden, Jayne Mansfield, les sœurs Gabor, Sharon Tate et Suzanne Pleshette.
En octobre, Hollywood Sports Cars a vendu la Ferrari Dino pour US$ 22.500 à un plombier local, en tant que cadeau d'anniversaire pour sa femme.
La bienheureuse n'a conduit son cadeau d'anniversaire que 501 miles !
Le 7 décembre, au soir de leur anniversaire de mariage, mari et femme sont allé fêter cet évènement au restaurant Brown Derby sur Wilshire Boulevard..., où le plombier avait pourtant été instantanément mis sur ses gardes par les lueurs d'anticipation dans les yeux de Bill Parkers, le valet-portier chargé de ranger les voitures des clients.
Après leur dîner d'anniversaire, le couple a constaté la disparition de la Ferrari-Dino.
Puis, la voiture a été retrouvée sous terre !
Mais en mentionnant que la voiture avait été retrouvée dans un "étonnamment bon état", l'article du Los Angeles Times, par inadvertance, va déclencher une frénésie auprès de centaines d'acheteurs potentiels.
L'enquêteur de la compagnie d'assurance, Tom Underwood va alors s'attarder sur le véritable état de la Dino et découvrir qu'elle était recouverte de 21 couches de peinture en sus de14 couches d'apprêt !
Ce qui était curieux pour une Ferrari neuve qui n'avait qu'un peu plus de 500 miles au compteur ! 
Etait-ce l'oeuvre de l'usine Ferrari envers une voiture endommagée après fabrication ?
Etait-ce l'oeuvre d'un des concessionnaires suite à un accident de transport ?
Ou était-ce les conséquences de tout cela en suite l'un de l'autre ?
Si tel était le cas, quel scandale !!!
Peut-on imaginer que c'est pour cacher cela, que la voiture avait été rapidement subtilisée après vente ?
Mais alors pourquoi l'enterrer dans du plasqique en rouleaux dans le jardin d'une maison de la banlieue de Los Angeles, qui plus est, un des plus pauvres des quartiers de la ville ?...
De plus l'enquète a démontré que le voiturier-valet du restaurant quoique habitant à coté de l'endroit ou avait été enterrée la Dino..., n'était pas impliqué dans ce vol !
Toujours est-il que la rouille avait créé des trous cancéreux dans le corps la carrosserie Pininfarina de la Dino, qui se sont propagés partout.
L'érosion avait attaqué également tout ce qui était en aluminium, les roues et différentes parties du moteur.
Les échappements doubles étaient totalement obturés avec la boue qui s'était solidifiée avec le temps.
La Dino avait également été malmenée lors de sa sortie de terre..., horrible aussi, parce que le capot du compartiment moteur avait été partiellement écrasé.
Il y avait également des rayures et griffures terribles sur toute la voiture... et le pare-brise avait été fracassé.
Tout était si tristement triste..., si désespérément désespérant... et si épouvantablement mauvais, que Tom Underwood fut en mesure de conclure son enquête en un temps record.
Toute idée que quelqu'un, en ce compris l'usine Ferrari elle-même, pourrait restaurer la Dino vers quelque chose d'approchant son état original, paraissait ridicule.
A cette époque, la compagnie d'assurance a reçu tant d'appels au sujet de la voiture, que les employés chargés de cette affaire, ont craint une crise de relations publiques.
Tom Underwood a eu une idée : exposer la Dino dans son état, dans un garage-entrepôt de Pasadena, et inviter les amateurs de l'épave à déposer des offres, des soumissions dûment cachetées.
Mais le plan s'est retourné contre lui.



Après deux semaines de sordides piaffements, peu d'offres légitimes avaient été déposées.
Et donc, Underwood a ré-invité les enchérisseurs de re-présenter des soumissions.
Peu l'ont fait, mais il fallait seulement une offre pour vendre !
L'enchère la plus élevée, soit US$ 5.000... a fait de la Dino, la propriété d'un jeune mécanicien qui venait d'ouvrir son propre garage sur le boulevard Burbank dans la vallée de San Fernando.
Après avoir placé un nouvel alternateur et un distributeur, rempli le moteur d'huile, nettoyé le réservoir et fait un plein d'essence, il a miraculeusement, après 6 heures d'efforts, réussi à mettre le moteur en marche...
Quelques minutes plus tard, il a explosé...
Normallement le jeune mécanicien devait mettre un bouchon sur l'histoire.
Pas du tout !
Il a placé un moteur de Ford Pinto 4 cylindres dans l'épave de la Dino.. et a réussi quinze jours plus tard à sortir la voiture sur le boulevard Burbank !
On l'a vu démarrer comme un fou, la voiture est directement partie en glissade après avoir perdu la roue avant gauche..., puis la Dino s'est brisée en deux parties, terminant sa course folle dans un fossé, comme si c'était sa vocation d'être enterrée...
Le mécanicien l'a laissée là et a disparu quelques jours plus tard sans laisser d'adresse !
Le propriétaire de la maison ou se trouvait le fossé, à décrété que la voiture étant sur son terrain, il en devenait le propriétaire, ce qui a entrainé une guerre de gangs locaux qui a fait une dizaine de morts...
Un survivant à tenté une N-ième restauration, mais le bureau des immatriculations a décrété que la restauration était impossible et illégale, la voiture étant déclarée destinée à la casse.
Dûment enregistrée et nouvellement autorisée à la circulation en 2009, avec une plaque de vanité "DUGUP", par le Département Californien des véhicules automobiles..., la Dino a miraculeusement refait surface, jouant à faire peur aux paisibles usagers en roulant à grande vitesse sur les boulevards de Los Angeles, plus de 30 ans après qu'elle avait été trouvée en terre.
La vente ultime de cette Dino demeure non inscrite sur les registres officiels, beaucoup pensent que c'est son numéro de châssis autour duquel une autre Dino a été matérialisée, qui continue de hanter les banlieues de Los Angeles...
On devrait interdire de vendre une Ferrari à un plombier, surtout quand il se prénomme "Super-Mario"...
 
[:fouine 206 hdi quik] 
www.GatsbyOnline.com      
www.ChromesFlammes.com      
   
www.LesAutomobilesExtraordinaires.com        
  
www.CollectionCar.com