La belle paire… Dernier épisode (Partie 4 sur 4)…

Interview exclusif !

Je suis allé jusqu’au bout du bout, suite au reportage « chronical » sur le club des Hot-Roddeuses…, mais j’ai voulu aller beaucoup plus loin qu’en me contentant de l’interview de Rebecca…, je suis allé « chroniquer » la cheffe du gang en personne, qui n’a crainte de « dire les choses »…

– Qu’as-tu à dire de plus que Rebecca ?

– Depuis presque trois générations, la jeunesse se dégrade furieusement, les mecs ont l’air de plus en plus tristes et fatigués d’être des fiottes fashion avec zéro système immunitaire et des musculatures de tartines de St Moret. Leurs repaires culturels frisent le motif de génocide : Gangnam style…, ou quand l’humanité se branle sur une rondelle d’ananas qui gesticule avec une street cred de Taiwanais… Les mecs se branlent sur Rihana : une pute sous cellophane moitié Gaga, moitié t’existes pas, de la mucoviscidose en gelée pour adolescents, c’est du Poppers en décibel. C’est que depuis que les skinheads et autres kaïras violentes ne punissent plus les mecs qui font chier, nous les vraies femmes, on a cédé sur tous les terrains !

– Qu’est-ce à dire ?

– Les plumeaux se baladent en liberté, t’as le droit de t’habiller en rose sans t’asseoir sur des braquemards. Bref c’est la débandade. Aujourd’hui, plus tu suces de bites, plus tu grimpes sur l’échelle sociétale, les femmes doivent avoir la gorge en forme de gland à force de bouffer le même repas : salade de chibres sur lit de burnes avec son coulis de foutre… servis à 37 degrés sur la gueule bien sûr ! Une bonne sploutchade rance sur la mimine, voilà de quoi se régalent les nouvelles générations !

– Les mecs savent plus vider un poulet ou aligner une marmite ?

– Non ! Maintenant y’a des “recours” et des “plaintes pour coups et blessures”, ouais… c’est ça, enculez vous et faites des démarches administratives pour vous suturer le cul à coups de réconciliations ! Mais merde, la paraplégie c’est pas une matière scientifique, pourquoi tout le monde a séché son cours de virilité ? En portage de couilles tout le monde a foiré son troisième trimestre en beauté ! Maintenant, y’a une horde d’ados pédés en baston et efféminés de la démarche ! Mais merde, est-ce que les rares cas de viols collectifs dans les collèges sont les derniers témoignages d’un temps où les hommes n’étaient pas encore des travelos avec des “coiffures” fan de J-pop, mais de gros prolos en Fila et bombers Schott avec des posters de LeBanner dans la piaule ? Maintenant, en cours de sport t’as trois asthmatiques, huit boiteux et douze tiers-temps. Les vieux cours de boxe et de lutte c’est fini…, maintenant en sport t’apprends à branler des bites avec tes pieds et sucer des plots avec ton cul ! La jeunesse actuelle me désespère… et tout ça c’est de la viande fraîche pour la plumification de masse ! Putain mais quelle déchéance !

– En tant que présidente du seul club de Hot-Roddeuses du monde, te considères-tu comme une sorte de nouvelle philosophe genre politologue/scientifique de circonstances diverses… qui pense avoir une réelle analyse à livrer au monde des incultes, une pensée visionnaire plutôt qu’un statut facebook insipide sur l’actualité ?

– T’es persuadé de me dire un truc intelligent parce que t’as lu un livre autre que « Chair de poule » assis sur la cuvette de tes tristes chiottes tu donnes ton avis sur l’actualité alors que nos ancêtres labourent la terre depuis 20.000 ans ?

– A t’écouter, je suis touché par la grâce du savoir !

– Issu d’une longue lignée de chasseurs de lapins, et de vendangeurs, le mec-antique était normalement destiné à baiser sa cousine et à posséder un chien de berger en menant une vie champêtre de cultivateur à l’abri d’une quelconque nécessité de devoir réfléchir ou enseigner sur quoi que ce soit d’un peu conceptuel ! Il n’y à qu’à voir comment les paysans sont heureux de faire des blagues sur le caca du cochon et sur le pipi de l’âne en cultivant les plaques de rougeur sur la gueule comme si c’était un signe distinctif pour dire « J’appartiens au moyen-âge ! »… Heureux de rire pour un pet, ils nagent dans un bonheur infini sans emmerder le monde et sans essayer l’intelligence pour casser les couilles avec une réflexion philosophique au rabais du genre : « Tiens je vais donner mon avis sur la Palestine alors que j’y ai jamais foutu les pieds et que je suis obèse et que je connais rien à la vie parce que je préfère un snickers que le dépassement de soi » !

– Le rural préfère les images commentées aux textes élaborés !

– Imbécile parmi les imbéciles, sa culture générale c’est les vidéos de merde sur le nouvel ordre mondial et les cours d’histoire aux rabais !

– Autres exemples ?

– Le p’tit blanc pédé de la classe moyenne qui découvre la vie… Alors lui c’est vraiment le top ! A peine sorti des fêtes d’anniversaires qui ont caractérisée son adolescence laborieusement moyenne dans un pavillon moyen de banlieue moyenne on le surprend souvent à contredire un militaire de carrière ou un ouvrier de 50 piges avec la merde que lui à servi l’éducation natio-anale sur le sens de la vie et la façon dont il faut réfléchir pour être quelqu’un de bien dans cette société de gorges profondes ! Toujours prèt à défendre les causes perdues comme les bienfaits de l’immigration de masse ou le swag des nouvelles Nike roses de Kenny West, c’est le pire ennemi du bon sens ! Bien formaté à détester l’uniforme, le patriotisme et le sens du devoir par l’éducation natio-anale, il est persuadé que la vie se résume à des droits et à tendre un crayon de fiotte en l’air pour faire peur aux terroristes quand ils débourrent à la kalachnikov ! Bien docile, il est l’infanterie de choc de la nouvelle armée d’homosexualisation de la jeunesse !

– Pas mal tes idées ! Mais je suis pas sur que déshabiller les gens pour leur tailler des grosses pipes ce soit la solution à tout les problèmes de la vie !

– Je n’en ai pas fini ! Conçu par dieu pour faire des petits comptes de petits radin le bourgeois lâche était normalement destiné à calculer toute la journée comment exploiter et trahir son prochain pour s’enrichir lentement mais sûrement en empilant les compromis et les stratagèmes lâches. Par opportunisme soudain, il se veut héroïquement intelligent et se met à donner des leçons sur l’honneur et le courage alors que sa grand mère à fait des vidéos de gagging contre un bout de fromage ! Tout ces connards sont apparus avec internet et sa liberté de parole pour tous ! Sans facebook il auraient continué à se taire et à raser les murs avec leurs corps frêles de lâches et on n’aurait jamais entendu le moindre de leurs commentaires de tarlouzes parce qu’ils auraient eu à les défendre avec quelque chose qui leur est totalement étranger : des couilles et des torgnoles ! Un drame pour eux qui allument leur Pc et qui se coltinent jours après jours sur les réseaux sociaux !

– Tu n’aimes pas les gens. Il n’y a rien à y faire. Tu ne les supportes pas !

– Il suffit que je croise l’une de ces bourgeoises poudrées et parfumées pour que me viennent des pulsions meurtrières. Mon ingénierie mortifère n’est pas gourmande. La carotide oblitérée, étranglée entre deux portes du train, fracassée sur les marches d’un escalator, laborieusement découpée à l’aide de mes clés puis empaquetée dans des sachets plastiques que je distribue à chaque poubelle que je croise au fil de mes déambulations. La bourgeoisie m’insupporte chez les autres et m’indiffère dans le miroir. Certains s’ennuient presque à en mourir. J’aimerais leur faire gagner du temps. Je ne suis pas raciste dans ma haine. Je vous déteste précisément et excellemment tous sans la moindre exception. Je chéris mes préjugés et m’en délecte sans jamais m’en lasser. Je vomis ceux qui passent leurs journées à rameuter toute personne draguant les passantes, me bousculant au passage, finissant invariablement leurs soirées dans des guincheries sauvages où ils se disputent de manière cyclique la palme du style vestimentaire à brûler attendant d’être fauchés malencontreusement par un camion en excès de vitesse ou de tomber d’un échafaudage mal fixé, cynique ironie de leur invariable incompétence.

– Tu me sembles très à droite de la droite, façon extrême !

– Possible ! Je massacrerais les blancs, toujours coupables mais toujours victimes, cherchant à se dédouaner de leur racisme pour mieux s’en excuser, s’arrogeant le droit de dire aux autres comment ils doivent vivre et mourir, croyant détenir la liberté, alors qu’ils sont comme tous les autres de serviles et dociles consommateurs. Et les vieilles peaux liftées, infiltrées de botox, se tartinant la figure de crème anti-âge comme un talisman contre leur inéluctable fin, se retenant de sourire par crainte de voir leur visage se déchirer.

– Les choses sont claires…

– Ne me parle pas, ne me parle plus, ne te mets pas en face de moi, ne me demande pas mon avis puisque tu ne sais pas l’entendre, quand tu seras rentré dans ta franchouille, ne m’envoie pas de mail pour savoir si je vais bien, je risquerais de te répondre et de te rappeler l’insignifiance de ton existence. Si vraiment tu aurais voulu me connaître, il t’aurais fallu partager avec moi ce rêve que je chéris doucement depuis ma plus tendre enfance : voir un matin d’hiver les gens enfin s’exprimer, sortir dans la rue armés de fusils à pompe, shootant à vue les flics zélés qui se seraient risqués à sortir sans gilet par balles, annihilant les livreurs de la poste qui déposent des avis de passage pour terminer plus vite leur tournée, tirant à bout portant sur les huissiers venus harceler, détruisant le serveur du restaurant qui dit qu’il n’y a plus de sauce au poivre.

– Glup !

– Et quand tous les policiers auront été dûment arrêtés, que tous les contrôleurs auront été verbalisés, que tous les patrons auront été mis en esclavage, que tous les soldats auront été exécutés, que tous les architectes auront été condamnés à vivre dans les indignes logement qu’ils ont dessinés pour d’autres, que tous les hommes politiques auront été condamnés à s’écouter parler jusqu’à ce que leur cervelle s’écoule par leurs oreilles, que tous les journalistes auront été condamnés à écrire « je ne dois plus mentir » à perpétuité, que tous les médecins auront été mis sous perfusion, que tous les gens célèbres auront été découpés en autant de morceaux qu’ils ont de fans et que tous les obèses auront été affamés…, là, et là seulement, tu pourras me souhaiter de joyeuses fêtes, et une très bonne année. En attente, bon vent !

Et voilà… quel fut mon passage dans ce club de Hot-Roddeuses…, la prochaine fois, je vais m’inscrire dans un club d’aspirants-milliardaires, le niveau sera autre…, quoique…

@ Pluche…