Apportez-moi deux lignes du plus honnête homme et j’y découvrirai de quoi le faire pendre...
Apportez-moi deux lignes du plus honnête homme et j’y découvrirai de quoi le faire pendre”...
Citation de Louis-Benoît Picard, inspirée de celle attribuée au Cardinal de Richelieu :
Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent“...
On entend souvent dire que “seuls ceux qui ont quelque chose à se reprocher ont quelque chose à cacher“, remarque “de bon sens” allègrement utilisée par ceux que ne dérangent pas -voire qui défendent- l’extension des mesures, contrôles et lois sécuritaires, et des technologies de surveillance qui leur sont associées.
Il fut un temps où la peine de mort relevait elle aussi du “bon sens“, tout comme auparavant l’interdiction faite aux femmes d’aller voter, ou encore le fait que les “nègres” et “bougnoules” ne pouvaient pas avoir les mêmes droits que ceux qui les avaient colonisés.
L’abolition de la peine de mort, tout comme le droit des femmes à aller voter, sans parler du droit des peuples à l’auto-détermination, ont été adoptés alors même que le “peuple” y était pourtant majoritairement opposé, par des hommes politiques ayant compris qu’il en allait des droits et libertés inhérents à ce que l’on appelle une démocratie.
En attendant de savoir jusqu’où notre société ira vers une prolifération de “Big Brothers“, ou si nous parviendrons à enrayer cette mécanique infernale, et à trouver les parades et arguments susceptibles de mettre un terme à la paranoïa sécuritaire de ceux qui nous gouvernent.

In fine, ou en résumé : le problème, c’est le voyeur, pas celui dont l’intimité ou la vie privée est ainsi violée. Les paranoïaques ne sont pas ceux qui s’étonnent d’être surveillés, mais ceux qui veulent surveiller tout le monde à tout prix.
La question n’est pas de savoir si nous avons quelque chose à cacher, mais de renvoyer la question à ceux qui veulent nous “protéger” à l’insu de notre plein gré.
Dans une démocratie, c’est à l’accusation d’apporter les preuves de la culpabilité des suspects, pas à ces derniers d’apporter les preuves de leur innocence.
Le problème des atteintes à la vie privée est éminemment politique, voire idéologique.
Ce qu’il convient de démontrer, et ce que la presse “people” révèle relativement bien, par ailleurs.
Car ce qui pose problème aux “people“, ce n’est pas d’être exposé au regard du public : ils en vivent ; ce qui leur pose problème, c’est l’intrusion dans leur vie privée : ils voudraient juste avoir le “droit d’être laissé seul“, pour reprendre la fameuse définition de la vie privée que donna Louis Brandeis, avocat et membre de Cour suprême des États-Unis, à la fin du XIXe siècle : “Ceux qui ont rédigé notre constitution entendaient sécuriser les conditions favorables à la poursuite du bonheur. Ils reconnaissaient l’aspect spirituel de la nature humaine, de ses sentiments et de son intelligence. Ils savaient que seulement une part des peines, plaisirs et satisfactions de la vie sont à trouver dans les choses matérielles. Ils cherchaient à protéger les Américains dans leurs croyances, leurs pensées leurs émotions et leurs sensations. Ils ont donné contre le gouvernement le droit d’être laissé seul – le plus étendu des droits et le plus estimé pour les êtres civilisés”...

Il existe de très nombreuses façons d’attenter à la vie privée de quelqu’un, et que même ceux qui n’ont “rien à cacher” peuvent en faire les frais.
Les milliers de Français nés à l’étranger qui, l’an passé, ont connu les pires difficultés pour renouveler leurs papiers, parce que suspectés de fraudes aux titres d’identité par des fonctionnaires tatillons ou suspicieux, devant leur rapporter moult papiers et preuves de filiation et de nationalité, n’avaient rien à cacher.
Ce SDF qui s’est vu refuser le renouvèlement de son RSA, au motif qu’il était trop propre, tout comme cette mère de famille qui a connu pareille mésaventure parce qu’on la soupçonnait de ne plus être célibataire, et qui dut faire le tour de ses voisins pour leur demander de témoigner qu’aucun homme ne vivait chez elle (la contrôleuse de la CAF vint fouiller ses tiroirs en lui demandant à qui appartenait les petites culottes), n’avaient eux non plus rien à se reprocher.
Branly Nsingi, un Congolais de 21 ans résidant en France, parti en vacances en Côte d’Ivoire et qui y est décédé d’une crise cardiaque après que les autorités lui aient refusé de rentrer à Paris parce que son passeport n’était pas biométrique (le même avait pourtant été validé au départ), ou encore ces 32 Marocains placés en rétention, et expulsés, alors qu’ils… rentraient tranquillement chez eux, n’avaient rien fait de mal, ce qui ne les a pas empêchés d’être pris dans la nasse de cette société de surveillance et de son usine à gaz sécuritaire qui renversent la charge de la preuve.

Dans le meilleur des mondes, policiers et gendarmes ne feraient jamais de fautes de frappe au moment de saisir le nom d’un suspect, et de ce dont il a été suspecté, dans leurs fichiers de suspects.
Dans les faits, nombreuses sont les victimes qui sont fichées comme suspectes, sans parler des problèmes d’homonymie, d’absences de mises à jour des fichiers, de détournements de ces fichiers…
En 2008, la CNIL a ainsi recensé 83% d’erreurs dans les fichiers policiers qu’elle a été amenés à contrôler.
Dans le meilleur des mondes, ceux qui sont payés pour regarder, toute la journée, les écrans de contrôle des caméras de vidéosurveillance, ne feraient jamais de délit de faciès, et ne se permettraient jamais de zoomer sur les décollettés de ces dames.
Dans les faits, “15% du temps passé par les opérateurs devant leurs écrans de contrôle relèverait du voyeurisme, 68% des noirs qui sont surveillés le sont sans raison spéciale, tout comme 86% des jeunes de moins de 30 ans, et 93% des hommes“.

Dans le meilleur des mondes, les employeurs n’espionneraient jamais la vie privée de leurs salariés, pas plus que les époux jaloux, non plus que les parents suspicieux, ne se permettraient d’installer de mouchards dans l’ordinateur ou le téléphone portable de leurs maris, femmes ou enfants.
Sauf que nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes, et que si la loi est censée empêcher ce genre de détournement de fichiers et d’atteintes à la vie privée, elle est rarement appliquée, d’autant que ceux qui sont ainsi espionnés, surveillés, à leur insu, sont souvent en situation d’infériorité hiérarchique face à ceux qui abusent ainsi de leurs pouvoirs.
Nombreux sont ceux qui n’ont rien à se reprocher, mais qui, pourtant, se voient suspectés, voire mis en accusation, par des surveillants, contrôleurs et représentants de l’administration ou de l’autorité agissant en-dehors de tout cadre judiciaire.
Dès lors, et non content de ne pas pouvoir être assisté par un avocat, ce n’est, trop souvent hélas, pas à l’administration, à la fois juge et procureur, d’apporter la preuve de votre “culpabilité“, mais à la personne suspectée d’apporter la preuve de son “innocence“…
Ce n’est pas parce que vous n’avez rien à cacher que rien ne vous sera, un jour, reproché.
Quand on cherche, on trouve, toujours : “Si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez pas à avoir peur d’être filmés !”... Brice Hortefeux, le lendemain, LeMonde.fr publiait la vidéo de son dérapage sur les arabes…

Le premier argument qui est avancé pour justifier les politiques et les moyens de la vidéosurveillance, c’est l’argument de la sécurité.
Par extension, c’est pour notre bien que nous devons accepter le sacrifice de notre vie privée.
Un corollaire est que ceux qui s’opposent à ce type de technique ont quelque chose à cacher.
Soit.
On peut donc s’attendre à ce qu’on applique la même logique à tous les contextes.
Or il s’avère que toutes les enquêtes de criminologie démontrent clairement que l’espace le plus criminogène, c’est-à-dire où se commet le plus d’infractions dans nos villes contemporaines, ce n’est pas la rue, mais c’est notre domicile et surtout nos chambres à coucher.
C’est là où sont commis les violences conjugales, les cas d’inceste, de viol, de maltraitance d’enfants, etc.
Nous avons là des milliers de victimes réelles, et pas hypothétiques.
Devrions-nous alors au nom de la violation de toute une série de valeurs sociales incontestables (le droit à la vie, à la famille, à la protection de l’enfance, etc.) accepter l’installation de caméras de surveillance dans nos chambres à coucher ?
Si on est cohérent, il faudrait dire que oui !
Et ceux qui s’y opposeraient auraient forcément quelque chose à cacher.
Parce qu’on ne peut pas dire que la protection de la pudeur serait un contre-argument efficace pour contre-carrer la protection de toutes ces valeurs sociales.
Tout ça pour dire que les logiques qui lient protection de la sécurité et hausse de la surveillance sont loin d’être évidentes.
Ces questions nous ramènent à notre notion de la vie privée.
La question n’est pas évidente.
Nous avons de multiples perceptions de la vie privée, une surveillance consentie, choisie, et une surveillance imposée, par la police.
Et comme nous n’avons rien à cacher, nous acceptons les Facebook, les blogs, les émissions de télé-réalité, etc., nous acceptons sans trop de problèmes les pass Navigo, les GPS, les portables, les cartes bleues, mais nous réagissons lorsque nous perdons le contrôle.
Mais là aussi il y a une illusion parce que la majeure partie des informations diffusées sur l’internet ou ailleurs peuvent être récupérées à notre insu, par des acteurs aussi bien publics que privés.
La question est de savoir si nous sommes vraiment sûrs de prendre des décisions en connaissance de cause.
J’en doute fort : dans la plupart des cas, nous ignorons la plupart des enjeux, et nous pensons, de manière illusoire, que tant que nous contrôlons la diffusion première des informations, nous ne sommes pas en danger.

Allons-y franco : être dotés de caméras filmant, en permanence, l’intégralité de ce que l’on vit rendrait bien plus facile l’identification des voleurs, violeurs, criminels et délinquants.
Et dans la mesure où la majeure partie des actes de pédophilie ont lieu au sein même du cercle familial, et sont souvent le fait du père, d’un oncle, grand-père, d’un entraîneur, prêtre, enseignant (voire de la mère, aussi), le meilleur moyen de combattre la pédophilie serait donc d’équiper tous les enfants (ou leurs chambres, les gymnases ou les presbytères) de caméras de vidéosurveillance.
Aucun pays n’a, pour autant, décidé de généraliser à ce point l’installation de caméras de vidéosurveillance, pour la simple et bonne raison que, d’une part cela coûterait trop cher, que d’autre part cela constituerait une atteinte à la vie privée de tous ceux qui (la majorité des gens) ne sont pas victimes de crimes ou de viols.

Dans une démocratie, il serait difficile d’imposer des systèmes de vidéosurveillance dans des espaces privés.
Mais dans les espaces publics, rien ne s’y opposerait, et le projet de loi LOPPSI prévoit d’ailleurs explicitement la possibilité, pour l’Etat, d’imposer aux maires récalcitrants l’installation de caméras.
En Grande-Bretagne, 85% des établissements scolaires seraient équipés de systèmes de vidéosurveillance, et 10% en auraient même dotés leurs toilettes.
Les services sociaux peuvent par ailleurs placer des familles pauvres et en difficulté dans des appartements vidéosurveillés 24h/24 afin de s’assurer qu’ils sont capables de s’occuper de leurs enfants.
Aux Etats-Unis, le scandale du WebcamGate a révélé que les webcams des ordinateurs portables confiés à des adolescents par leur lycée pouvaient être activés à distance.
Officiellement, il s’agissait de pouvoir les retrouver en cas de vol.
Dans les faits, le scandale a éclaté après qu’un responsable de l’école ait reproché à un élève de s’être livré à des “pratiques impropres” à son domicile, en lui montrant deux captures d’écran, prises dans sa chambre depuis la webcam, où on le voyait manipuler des pilules qui se sont avérées être des bonbons…
On pourrait également évoquer ces employeurs qui surveillent ce que font leurs employés au moyen du GPS qu’ils leur ont confié, ou par le biais de caméras de vidéosurveillance, mais également de ces parents qui installent des mouchards dans les ordinateurs de leurs adolescents, ou encore des caméras de vidéosurveillance cachées (y compris dans des doudous) afin de surveiller les nounous de leurs bébés.

Initialement conçues pour sécuriser un petit nombre d’espaces privatifs particulièrement sensibles afin d’en restreindre les conditions d’accès (coffre-forts, ambassades et autres établissements officiels…), les technologies de surveillance ont envahi l’espace public, et commencent à grignoter nos sphères privées.
Ainsi, dans son rapport sur l’efficacité des systèmes de vidéosurveillance installés sur la voie publique, le ministère de l’Intérieur mentionnait 18 faits marquants d’élucidation, grâce à la vidéoprotection.
Or, seuls 3 d’entre-eux l’ont été grâce aux caméras contrôlées par le ministère de l’Intérieur, les autres affaires ayant été résolues grâce à des caméras installées dans des bureaux de tabac, hôtels, banques, supermarchés… le ministère allant même jusqu’à inclure dans ce rapport sur l’efficacité de la vidéosurveillance les images d’une vidéo qu’un particulier avait fait d’un mariage.

Nombreux sont ceux qui justifient l’accroissement de la vidéosurveillance parce qu’elle permettrait de dissuader les délinquants, ou d’identifier les voleurs.

Les études effectuées par des chercheurs indépendants concluent en effet toutes ou presque que la vidéosurveillance est globalement inefficace ou, plus précisément, que les caméras sont généralement aussi efficaces que des “boites en carton peintes en noires sur des poteaux” (voir aussi cet excellent dossier de Laurent Mucchielli et Tanguy Le Goff, deux des meilleurs spécialistes de la question).

Dans certains cas, bien particuliers, elle permet certes de lutter contre la délinquance (dans les parkings fermés et éclairés, ou bien dans les magasins, par exemple), mais il a été démontré que sur la voie publique, il valait mieux investir dans l’éclairage, ou encore en embauchant des gens, plutôt qu’en installant des caméras.

D’une part parce que personne, généralement, ne regarde les écrans de contrôle, que cela ne peut donc servir qu’après coup, et que par ailleurs la mauvaise qualité des images fait qu’il est souvent très difficile, voire impossible, de s’en servir pour identifier criminels et délinquants, d’autant que certains, de plus en plus nombreux, apprennent aussi à relever leurs capuches, ou mettre des casquettes…

D’autre part, la vidéosurveillance ne pourra jamais empêcher un quidam de péter un plomb : la vidéosurveillance peut éventuellement inciter des voleurs à aller voler ailleurs, mais elle n’enraye quasiment jamais les violences physiques, pas plus que les actes pulsionnels : ceux qui pètent un plomb n’ont que faire de la présence de caméras… Il pètent un plomb, point barre.

Cela fait maintenant 10 ans que je m’intéresse à la question, et je suis arrivé à la conclusion que la vidéosurveillance ne sert principalement qu’à rassurer les gens, et lutter, non pas contre la délinquance ou l’”insécurité“, mais contre le “sentiment d’insécurité” : les caméras permettent à ceux qui les ont installées de montrer qu’ils se sont saisis du problème… quand bien même cela ne change généralement pas grand chose en terme d’”insécurité“.
Ce pour quoi, en résumé, la vidéosurveillance en particulier, et les technologies de surveillance en général, servent en fait d’abord et avant tout à acheter des voix, et être (ré)élu lorsqu’elles ont été installées, sur la voie publique, par un élu politique.

La vidéosurveillance permet bien évidemment d’identifier des délinquants : le contraire serait désespérant.
Sauf qu’une fois l’effet de surprise dépassé, ceux qui sont vidéosurveillés apprennent à s’en protéger, et déploient moult tactiques pour s’en prémunir, soit en mettant des casquettes ou capuches pour ne pas être reconnus soit, plus simplement, en allant voler, ou s’embrasser, là où ils ne sont pas surveillés, tout simplement.
La vidéosurveillance ne fait généralement que déplacer le problème, sans pour autant le résoudre.
A contrario, elle peut paradoxalement contribuer à accuser, faussement, un innocent dont le seul tort était d’être au mauvais endroit, au mauvais moment, et qui se retrouvent, acculés, à devoir se justifier, et à démontrer qu’ils sont innocents de ce que la caméra de vidéosurveillance permettrait de supposer qu’ils pourraient éventuellement être coupables d’avoir fait.

La vidéosurveillance sème le doute, et instille de la suspicion, au point que d’aucuns parlent, non pas de “vidéo-protection“, pour reprendre l’expression qu’essaie d’imposer le gouvernement, mais de vidéodiscrimination, arguant notamment du fait que les jeunes hommes de couleur font l’objet de bien plus d’attention que le reste de la population, par les opérateurs de vidéosurveillance.
Enfin, il n’est pas anodin de remarquer que de nombreuses installations de vidéosurveillance ne respectent pas la loi.
En 2001, Alain Bauer, le “Monsieur vidéosurveillance” en France, reconnaissait lui-même que les 3/4 des installations de vidéosurveillance étaient hors la loi, une situation pour le moins paradoxale : prétendre lutter contre ceux qui violent la loi tout en violant la loi n’est pas du meilleur aloi, et jure quelque peu avec l’objectif afficher qui serait de “garantir nos libertés“.
Depuis, Alain Bauer est devenu le principal conseiller ès-insécurité de Nicolas Sarkozy, à la tête de la commission de la vidéosurveillance, qui cherche à récupérer le contrôle de ces systèmes, aux dépens de la CNIL.
Motif : en 1995, le gouvernement a décidé de placer la vidéosurveillance sous le contrôle des préfets, et donc du ministère de l’Intérieur.
Dès lors, si ces systèmes sont aussi massivement hors la loi, c’est à cause de ce même ministère de l’Intérieur.
Et il serait dommage que la CNIL vienne y fourrer son nez, et cherche à faire respecter la loi…
 
En 2001, lorsque le gouvernement français décida, suite aux attentats du 11 septembre, de placer l’internet sous surveillance, et de garder la trace, pendant un an, de tout ce qu’y font les internautes, j’écrivais : "on imagine mal un gouvernement faire passer une loi d’exception, au nom d’impératifs de sécurité, stipulant qu’il convient de surveiller tous les faits et gestes de ses concitoyens, obligeant les compagnies de téléphone, ainsi que La Poste, à garder la trace, pendant un an, de qui communique avec qui, et quand, stipulant qu’il convient désormais de se doter d’une caméra de vidéosurveillance dès que l’on franchit la porte de son logis, contraignant les gens à garder la trace, pendant un an, des endroits qu’ils ont visité, des trajets effectués, des personnes rencontrées“.
C’est pourtant ce que le gouvernement français, comme d’autres, a fait : sur l’internet, il est d’autant plus difficile de revendiquer un droit à la vie privée que les traces de tout ce que l’on y fait sont, par principe, stockées par les fournisseurs d’accès, et gardées à la disposition de la justice, “au cas où“.
Or, l’une des toutes premières mesures mises en place par les dictatures est précisément d’abolir la vie privée, la liberté d’expression, d’opinion et de circulation, de généraliser la suspicion et de placer tous leurs “citoyens” sous surveillance.
A contrario, les démocraties estiment que ces libertés sont fondamentales, et que l’Etat ne peut pas -et ne doit pas- y déroger, sous peine de mettre le doigt dans un engrenage qui, in fine, nuirait à la démocratie dans son ensemble, et donc à ses citoyens.

Les démocraties considèrent qu’il faut faire confiance aux gens, que seule une minorité violera la loi, et qu’il est donc dangereux, et contre-productif, de considérer l’ensemble de leurs citoyens comme des délinquants potentiels, présumés criminels : la présomption d’innocence est la règle, et il revient à l’accusation de démontrer la culpabilité des suspects, pas aux suspects de démontrer leur innocence.
C’est ce qu’on appelle un “état de droit“.
Et la loi, en France, précise ainsi qu’il faut d’une part déclarer (voire demander l’autorisation) à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) dès lors qu’une institution, une entreprise ou un organisme décide de ficher ou surveiller celles et ceux qu’ils accueillent, mais qu’il faut également les avertir du fait qu’ils sont surveillés, et leur accorder un certain nombre de droits (d’information, d’accès, d’opposition, de rectification aussi).

On ne peut pas surveiller n’importe qui n’importe comment.
Ainsi, il est interdit, en France, d’identifier les mineurs par leurs empreintes digitales -ce que faisait le groupe scolaire Saint-Denis, à la cantine- parce que ce type de mesure est considéré comme “disproportionné” au regard de l’objectif recherché : une chose est d’identifier le directeur ou l’employé d’une banque par ses empreintes digitales lorsqu’il s’agit d’accéder aux coffres-forts, une autre est d’utiliser ce genre de méthodes pour que des adolescents puissent accéder à la cantine…
On ne tue pas les mouches avec des marteaux.
En 1981, le journaliste Louis-Marie Horeau l’avait encore plus clairement expliqué, dans le Canard Enchaîné, évoquant “la recette bien connue de la chasse aux lions dans le désert : on passe tout le sable au tamis et, à la fin, il reste les lions“.

Les professionnels de la sécurité savent bien que rien n’est pire qu’un faux sentiment de sécurité : appliquer les méthodes anti-terroristes, ou destinées à lutter contre le grand banditisme, à l’ensemble de la population, ne peut qu’être contre-productif, ne serait-ce que parce qu’elles identifieront, à tort, nombre d’innocents comme “suspects“, mais aussi parce que cela leur fera surtout perdre du temps, de l’énergie, et de l’attention, à ceux qui sont chargés de veiller à la sécurité des gens.
In fine, sombrer dans l’hystérie ou la paranoïa sécuritaire revient à considérer que les terroristes ont gagné, parce qu’ils ont bel et bien réussi à nous terroriser.
D’autre part, ceux qui se font fort de culpabiliser les gens, de sorte qu’ils n’aient rien à cacher et acceptent d’être surveillés, sont souvent les premiers à refuser d’être transparents, et à avoir, sinon des choses à se reprocher, tout du moins des choses à cacher.
Ainsi, les policiers sont souvent les premiers à réclamer l’installation de caméras de vidéosurveillance sur la voie publique.
Mais ils sont également souvent les premiers à refuser d’en installer dans leurs locaux, ou à refuser que l’on puisse venir filmer leurs cellules et conditions de garde à vue.
Et si la vidéosurveillance permet parfois de révéler des violences policières, il arrive également que les bandes, curieusement, disparaissent, ou que les caméras aient précisément été en panne à ce moment-là…

Jusqu’à présent, ne pas être fiché signifiait une présomption d’innocence. Aujourd’hui, exister "sans trace" fait de vous le premier suspect”... (François Ewald, professeur au Conservatoire des arts et métiers).

Nombreux sont ceux qui ne voient pas pourquoi certains se permettent de critiquer ou de remettre en question des mesures ou systèmes de surveillance qui les dérangent d’autant moins qu’ils y sont habitués.
Je me suis sérieusement penché sur la question, enquêtant tout autant sur ce pour quoi la vie privée n’est pas un problème de “vieux cons” que ce pour quoi les “petits cons” d’aujourd’hui, qui ont grandi tout en étant constamment surveillés, ont de fait appris à en jouer, et à se mettre en scène, plutôt que de se contenter d’être observés à l’insu de leur plein gré.
Bruce Schneier, qui a travaillé pour l’armée américaine avant de devenir l’un des experts les plus réputés en terme de sécurité informatique, a très bien résumé le problème, dans un article opportunément traduit par Tristan Nitot, fervent défenseur des libertés ès-internet, qui rappelle opportunément que, sans vie privée, vous qui me lisez ne seriez probablement tout simplement pas nés, pour la simple et bonne raison que s’il y avait des caméras dans les chambres à coucher, personne ne ferait plus l’amour, et qu’il n’y aurait donc plus de bébés (sans parler des autres inconvénients qu’il y aurait à ne plus faire l’amour) :

La notion de vie privée nous protège de ceux qui ont le pouvoir, même si nous ne faisons rien de mal au moment où nous sommes surveillés.
Nous ne faisons rien de mal quand nous faisons l’amour ou allons aux toilettes.
Nous ne cachons rien délibérément quand nous cherchons des endroits tranquilles pour réfléchir ou discuter.
Nous tenons des journaux intimes, chantons seuls sous la douche, écrivons des lettres à des amours secrètes pour ensuite les brûler.
La vie privée est un besoin humain de base.
Si nous sommes observés en toute occasion, nous sommes en permanence menacés de correction, de jugement, de critique.
Nous devenons des enfants, emprisonnés par les yeux qui nous surveillent, craignant en permanence que – maintenant ou plus tard – les traces que nous laissons nous rattraperont, par la faute d’une autorité quelle qu’elle soit qui porte maintenant son attention sur des actes qui étaient à l’époque innocents et privés.
Nous perdons notre individualité, parce que tout ce que nous faisons est observable et enregistrable.
Voici la perte de liberté que nous risquons quand notre vie privée nous est retirée..., c’est aussi notre futur si nous autorisons l’intrusion de ces yeux insistants dans nos vies personnelles et privées.
Trop souvent on voit surgir le débat dans le sens “sécurité contre vie privée”.
Le choix est en fait liberté contre contrôle.
La tyrannie, qu’elle provienne de la menace physique d’une entité extérieure ou de la surveillance constante de l’autorité locale, est toujours la tyrannie.
La liberté, c’est la sécurité sans l’intrusion, la sécurité avec en plus la vie privée.
La surveillance omniprésente par la police est la définition même d’un état policier.
Et c’est pour cela qu’il faut soutenir le respect de la vie privée même quand on n’a rien à cacher.

Lorsqu’on ne s’étonne plus du traçage, de la vidéosurveillance ou de la conservation des données, c’est justement le signal qu’on est entré dans un monde orwellien”... (Alex Türk, président de la CNIL)

Ceux qui se permettent de critiquer les technologies de surveillance sont d’ailleurs régulièrement accusés de baigner dans une idéologie “droit-de-lhommiste” et/ou “post-soixante-huitarde“.
De fait, la Révolution française, les déclarations des droits de l’homme, “mai 68” en particulier, et les mouvements de libération (des femmes, des homosexuels, sans oublier ceux qui, précédemment, visaient à libérer les peuples “colonisés“) en général, ont consacré le droit des gens à l’autodétermination de leurs vies.
Certains le déplorent, d’autres s’en félicitent (j’en suis) : la démocratie et les droits qui y sont associés ne sont pas réservés mâles blancs dominants de plus de 18 ans.
Et les droits de l’homme, le droit à la liberté d’expression, de circulation, ainsi le droit à la vie privée et à l’anonymat, s’appliquent désormais à tout le monde.

Mon enquête à la base de mes deux livres "Dictatucratie" et "LesProtocolesDeSion" sur la réalité des attentats "terroristes" du 11 septembre 1001  (voir www.LesProtocolesDeSion.com) a par ailleurs été perçue par certains comme relevant d’une forme d’anti-sionisme et de révisionisme !!!

Je n’ai que faire des convictions politiques ou religieuses de ceux dont je parle : je m’intéresse aux manipulation de société, et les attentats de New-York, Madrid et Londres ont été des manipulations mondiales, dans le seul but de nous faire peur afin que nous acceptions d'aller envahir l'Afghanistan et l'Irak et voler leurs ressources... 
J’ai eu l’occasion de brocarder des gens de droite comme de gauche, et la religion n’a rien à voir.
La loi Informatique et libertés a été adoptée sous un gouvernement de droite par des gens, de droite ou de gauche, qui se rappelaient de l’utilisation qui avait été faite des fichiers par les administrations Pétain et Nazie, par des personnalités de droite qui dénonçaient l’utilisation des fichiers par les communistes, et par des personnalités de gauche qui dénonçaient le fichage des “socialo-communistes“.
La loi informatique et libertés transcende les partis, et les idéologies, et a été adoptée pour rappeler qu’en démocratie, on ne peut pas ficher ni surveiller n’importe qui, n’importe quand.
La vidéosurveillance, la biométrie, les fichiers policiers et autres mesures ou technologies de surveillance peuvent être utiles dans certains cas, bien précis, encadrés, et en respectant la loi..., ce qui est souvent loin d’être le cas.
Ce qu’il convient de rectifier !


Total contrôle 1


Total contrôle 2


Total contrôle 3
 
www.GatsbyOnline.com