Renault, qui fête cette année 40 ans de partenariat avec l’Automobile Club de Monaco (ACM), en F1 et en rallye, a dévoilé le vendredi 25 mai 2012, sur le circuit du Grand Prix de Monaco de Formule 1, un concept-car Alpine digne de l’épopée sportive de la marque française, en présence d’Alain Prost, quadruple champion du monde de F1… et d’un rallyman hors-normes : Jean Ragnotti.
Le numéro 2 de Renault, Carlos Tavares, en combinaison et casque bleus, a marqué l’évènement en bouclant lui-même trois tours du circuit dans les rues de la Principauté ! 

L’objectif serait de viser le haut de gamme en relançant Alpine en tant que marque à part entière et en ciblant la clientèle à la fois sportive et aisée des « gentlemen drivers ».
La nouvelle Alpine, qui pour l’instant n’est qu’un prototype, pourrait donner naissance à une GT de série si le groupe français décide, dans les prochains mois, de la commercialiser.

Jean Rédélé, diplômé de HEC et plus jeune concessionnaire Renault de France, à Dieppe, commença dans un premier temps à disputer le rallye Dieppe-Rouen avec une Renault 4CV, déclarant qu’elle avait un potentiel sportif non-négligeable.
Cette première course se solda par une première victoire qui l’encouragea à continuer.
En 1952, il participe aux Mille Milles, toujours sur 4CV, remportant sa catégorie associé à Louis Pons.
Après un fastidieux rallye du Monte-Carlo et une première victoire ratée, Rédélé s’engageait à disputer une compétition dans les Alpes.
En 1954, il remporte, en autres, une coupe au Critérium des Alpes et le Liège-Rome-Liège.
C’est ainsi qu’il parcourt, sur les pistes sinueuses et entrelacées des Alpes, ses meilleures courses.
En référence à ces épreuves, ses automobiles allaient être badgées : Alpine.
Après d’autres victoires, Jean Rédélé crée la société anonyme des automobiles Alpine en 1955 en référence à ses succès sur les routes alpines : le coach 106 est né (ce numéro est une référence à la mécanique des 4CV de la série 1060).
En 1962, l’Alpine A110 est présentée au salon de Paris un frêle coupé en plastique de deux places.
Désormais son choix technique est celui de la légèreté validé par la victoire du prototype M64 aux 24 Heures du Mans 1964 avec un petit moteur de 1150cc.
En 1965, Alpine s’associe à Renault et dès 1966, les voitures sont distribuées par le réseau de la régie, cependant les exigences accrues des clients et les contraintes sécuritaires pèsent de plus en plus sur l’entreprise qui reste artisanale.
En 1971 Alpine remporte son premier titre de champion d’Europe des constructeurs en rallye.
Et en 1973 Alpine est sacré premier champion du monde des rallyes avec 155 points devant Fiat (89 points) et Ford (76 points).
En 1972, une grève paralyse l’entreprise et en 1973 Renault prend une participation majoritaire dans Alpine.
Jean Rédelé, qui ne se sent alors plus seul maître à bord, quitte l’entreprise en 1978, obtenant la promesse de Renault de conserver les emplois sur le site de l’entreprise pendant quinze ans.
Jean Rédélé est décédé le 10 août 2007, à l’âge de 85 ans.
Comme le dernier modèle, l’Alpine A 610, a essuyé un échec commercial, la marque fondée par Jean Rédélé a été mise en sommeil en 1994, en attendant des jours meilleurs.
L’usine historique de Dieppe assemble actuellement des versions sportives, baptisées RS, des modèles Mégane et Clio.


Les grandes dates de l’histoire d’Alpine :
– 1955 : Création de la société sous forme de SARL et Alpine A106
– 1961 : Alpine A110
– 1966 : Passage au statut de société anonyme (SA)
– 1969 : Installation avenue de Bréauté
– 1971 : Alpine A310
– 1973 : Devient filiale du groupe Renault et remporte le titre de champion du monde des constructeurs (rallye)
– 1976 : Renault 5 Alpine
– 1980 : Renault 5 turbo
– 1982 : Renault 5 Alpine turbo
– 1984 : Alpine GTA et Renault 5 GT Turbo
– 1991 : Alpine A610
– 1995 : Disparition de la marque Alpine, plus aucun véhicule ne porte ce nom.
– 1996 : Spider RS et certification ISO 9002
– 1999 : Clio RS et certification ISO 14001
– 2000 : Création de l’unité Renault Sport Technologies, regroupant Alpine avec tout Renault Sport, excepté Renault F1 Team
– 2003 : Nouvelle Clio V6 et certification ISO 9001:2000
– 2004 : Mégane II RS
– 2006 : Clio III RS

Modèles fabriqués :
– Alpine M63 – Alpine M64 – Alpine M65 – Alpine A106 – Alpine A108 – Alpine GT4 – Alpine A110 – Alpine A210 – Alpine A211 – Alpine A220 – Alpine A310 – Alpine A364 – Alpine A440 – Alpine A441 – Alpine A442 – Alpine A443 – Alpine A500 F1 prototype laboratoire, 1975/1976 – Alpine GTA – Alpine A610 – Alpine A710 Berlinette 2 (protos)…
L’idée de relancer la marque Alpine a déjà été évoquée plusieurs fois par M. Tavares, grand amateur de sport automobile…, cette nouvelle Alpine ne serait toutefois qu’un premier pas…, avec une ligne agressive et un joli bruit dans une belle robe bleue comme à l’époque des victoires de la berlinette A110 au Rallye Monte-Carlo…
Dessinée par Yann Jarsalle sous l’autorité d’Axel Breun, responsable des concepts et de Laurens van den Acker; patron du style Renault, l’Alpine A110-50 réalise enfin la jonction entre histoire et présent de la marque.
La carrosserie carbone réalisée chez Faster arbore un bleu Alpine réactualisé (comme celui de Gordini) et exprime 3 mots clés du nouveau design Renault : simple, sensuel, chaleureux.

Avec ses portes en élytre ainsi que sa poupe et sa proue basculantes, l’A110-50 repose sur un châssis tubulaire de Megane Trophy qui a toutefois été modifié par Tork Engineering afin de l’adapter au dessin de la carrosserie plus basse.
Le montage a été réalisé chez Protostyle et une partie des études chez Koller et Etud Integral…
Les connaisseurs remarqueront que le volant provient d’une FR 3,5.

La boîte est séquentielle semi-automatique 6 rapports.

Le V6 3,5l placé en position centrale arrière est celui de la Megane Trophy 2012, il délivre 400 chevaux et dispose de 422 Nm de couple, disponibles très tôt grâce à une entrée d’air plus large du pavillon.

Il n’y aura donc pas de trace d’Alpine sur le stand Renault du grand rendez-vous mondial automobile de l’année.
Faut-il le déplorer ?

Ce concept fera malheureusement l’impasse sur le Mondial de Paris qui ouvrira ses portes à la toute fin du mois de septembre 2012.

Il ne présente pas non plus d’intérêt esthétique comme le concept DeZir, il y a presque deux ans, avait pu le faire.
Peut-être pas, car le concept présenté ces derniers jours n’a aucune chance de voir le jour tel quel en série.
Du coup, Renault préfère laisser l’espace libre, pour le Mondial, à ses nouvelles Clio et Zoe…, d’autant que le concept A110-50 sera visible en d’autres occasions, plus adaptées à sa mission…
  


CHÂSSIS : Type multitubulaire acier 25CD4S – Moteur et boîte de vitesses semi-porteurs.CARROSSERIE : En carbone – Éléments aérodynamiques splitter avant, diffuseur et aileron arrière.MOTEUR : Longitudinal en position centrale arrière – Renault V4Y – 6 cylindres – 24 soupapes – 3498cc – 95,5 x 81,4 mm – Gestion intégrale Magnetti-Marelli Marvell 6R – Puissance maxi : 400 chevaux à 7 200 tr/mn- Couple maxi : 422 N.m. à 6 200 tr/mn – Régime maxi : 7 500 tr/mn
TRANSMISSION : Propulsion – Boîte de vitesses séquentielle à six rapports + marche AR – Commande semi-automatique avec pédale et palette d’embrayage – Différentiel autobloquant à glissement limité – Embrayage bi-disque céra-métallique Ø 184 mmTRAINS et SUSPENSIONS : Double triangles superposés, combinés ressort-amortisseurs Sachs réglables 2 voies, barre anti-roulis avant – Disques avant ventilés acier Ø 356 x 32 mm et étriers 6 pistons AP Racing – Disques arrière ventilés acier Ø 330 x 32 mm et étriers 4 pistons AP Racing – Jantes aluminium 8 x 21 (avant) et 9,5 x 21 (arrière) – Pneumatiques Michelin 245-35 x 21 (avant) et 265-35 x 21 (arrière)DIMENSIONS & CAPACITES : L x l x h : 4330 mm X 1961 mm X 1230 mm – Voie av/ar 1680/1690 mm – Réservoir de carburant 30 litres – Poids à vide 880 kg.



www.GatsbyOnline.com