Les Juifs exigent des excuses des gouvernements européens, pour avoir contribué et laissé-faire l’extermination de 6 millions des leurs : et les chefs de tous les gouvernements se courbent…, marmonnant entre leurs dents avec une emphase consumériste à peine cachée, quelques phrases de contritions hypocrites…
L’heure est aux règlements de comptes :
On tente de les solder en Suisse, les comptes…, de les cacher en Autriche, de les bénir au Saint-Siège et même de les garantir en Allemagne…
En Belgique, une Belge demande d’être reconnue par son père, c’est profondément humain, il faut aider les pauvres rejetés…
Mais c’est Delphine Boël, la fille adultérine du roi Albert II, chef de l’Etat belge, qui avait une baronne comme amante… et vit au dessus des lois, tel un Impérator dictateur qui, estimant n’avoir constitutionnellement aucun compte à rendre, l’ignore totalement…
Albert II se veut garant de la morale, les lois sont faites et appliquées en son nom, il discourre de fraternité, de partage et de civilité…, c’est bidon…
http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=364&cat=ataraxie
Albert II se joue de toute morale, il est au dessus des lois qui ne lui sont pas appliquables, lui et sa famille n’ont aucune fraternité, il ne partage rien, n’a aucune civilité envers sa fille Delphine, que de la médiocrité, de l’amoralité…
Albert II est médiocre, il n’assume rien, n’offre rien…, il joue le roi pauvre…, mais il est multi-milliardaire, assis sur l’héritage de Léopold II qui possédait le Congo et l’a exploité en faisant massacrer bien plus de noirs qu’Hitler de Juifs…
Sa fille Delphine, qui se surnomme « la bâtarde », déshéritée par le mari de sa mère, le baron Jacques Boël (tout cela est sordide), tente de s’en sortir dans l’art…, mais faute d’y parvenir, entend obtenir la reconnaissance officielle de sa filiation royale (ainsi qu’une part de l’héritage)… et a saisi la justice pour un test ADN.
Ne pouvant viser directement le roi, dont la personne est protégée par la Constitution Belge (tous les citoyens sont pourtant égaux en droits), la pôvrette jeune fille espère soumettre le prince Philippe, l’héritier du trône, à une telle analyse (la citation mentionne également la princesse Astrid, la fille du couple royal)…
Elle devrait avoir gain de cause devant les instances européennes…
Delphine Boël avait indiqué, en mars dernier, qu’elle ne comprenait pas le long silence de son père, qui refuse depuis des années (depuis toujours) de reconnaître, ou même d’évoquer, sa paternité.
Je pense que la situation serait beaucoup plus facile si mon père et moi nous voyions tout à fait normalement… a-t-elle déclaré, ajoutant : Je suis totalement écœurée, mais je pense que le sang peut faire des miracles…
Un bain de sang…

Nous sommes en juin 2013…, en même temps qu’on doit s’excuser d’horreurs qui ne nous sont pas imputables (nous n’étions pas nés), on accepte « démocratiquement » d’envoyer nos soldats lobotomisés, tuer ou mutiler…, mais traumatiser avec certitude…, les habitants de pays qui ne nous ont jamais déclaré la guerre, simplement parce que la soif de l’or qui meut les actionnaires des multinationales du pétrole et de l’armement veulent leurs richesses… et les considèrent comme des « rien-du-tout »… et ce, avec une arrogance toute royale…
Et si on s’indigne des vraies pauvres bâtardes des quartiers déshérités…, des authentiques « rien-du-tout » dépouillés par des brigands…, et des 6 millions de juifs exterminés il y a 3/4 de siècle…, les mêmes indignés sélectifs, se moquent des noirs décimés pour le caoutchouc royal Léopoldien…, des irakiens, afghans, palestiniens et libyens trucidés pour du gaz et du pétrole…, de la bâtarde royale déshéritée et des conséquences d’années de colonialisme, germes de haine envers nous…
Alors que tout va de mal en pis, dans ce contexte de contritions demandées…, de reconnaissance royale…, de regrets, de pleurs et de grimaces…, tant qu’à faire, tant qu’a voir nos aïeux souffrir l’horreur des guerres…, j’ai soudain une hallucination : VW et Porsche implorent ce même tout, en vrac, emballé…, avec en prime un dédommagement financier général pour avoir contribué et profité de l’amitié d’Adolf Hitler et de Ferdinand Porsche… et des milliards de reichsmarks Nazis qui ont servi à fabriquer en masse, par millions, la fumeuse (double sens) VW Käfer, Cox, Beetle, le rêve automobile d’Adolf Hitler : quel bonheur !
En France on a emprisonné Louis Renault (qui en est mort) et nationalisé ses usines pour moins que ça…
En Allemagne, non…, nein…, toute l’industrie ex-nazie fonctionne à plein et, maintenant, on ose même prendre ce pays en exemple…, de fait il a gagné la guerre, VW a racheté Bentley, BMW a racheté Rolls-Royce, comme si les Focke-Wulf avaient en finale gagné la bataille d’Angleterre en achetant les Spitfire…
A quoi donc ont servi tous les morts au nom du patriotisme si leurs descendants affectionnent les produits de l’industrie qui produisait les armes qui les ont tué ?
A quoi riment dès-lors ces contritions exigées par les enfants de l’abominable… qui roulent en Porsche, en Mercedes, en BMW ou en VW ?

Avec plus de quatre-vingt années de retard, le constructeur allemand vient de faire machine arrière avec un étonnant mea-culpa.
Oui, j’hallucine grâââââve !
Longtemps décriée pour ses origines, la VW Cox/Beetle/Käfer…, a de la sorte été remise « à-la-une » de l’actualité !
VW reconnaît une part de responsabilité, spécifie que Porsche est responsable d’une part toute aussi importante… et souhaite engager des possibilités de dédommagements pour les anciens et actuels propriétaires…
Quelle est l’équation mathématique qui a donné vie à cette étrange petite voiture !
Adolf Hitler, Ferdinand Porsche et le Nazisme !
A l’origine, elle est la résultante d’une idée visionnaire d’Adolf Hitler qui voulait une automobile du peuple : la Volks-Wagen… qui sera mise au point par Ferdinand Porsche… et industrialisée avec les Reichsmarks du Nazisme
Ce pur produit du Nazisme et du Reich de 1.000 ans…, qui a été salué en 1938 par une fête Nazie grandiose (allez lire cet article : http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=652&cat=auto), est devenu 30 ans plus tard le symbole du « Peace and Love »… des Hippies… et reste de nos jours l’automobile la plus produite au monde, la plus aimée des foules, la plus collectionnée, un mythe vénéré, adulé, encensé…, arborant sans complexe un logo extrapolé de la Swastika Nazie…

Personne n’a jamais vraiment compris ce qui était passé par la tête de Ferdinand Porsche à l’époque…, m’a commenté un spécialiste.
– Aujourd’hui, une parenthèse va se refermer avec la présentation officielle des excuses de la marque. Oui, nous avons fait une erreur, nous avons mis le temps pour comprendre mais avant tout j’ai une pensée pour tous les propriétaires…, m’a déclaré le directeur général au cours d’une conférence de presse.
J’ai même reçu des milliers d’émails de divers propriétaires qui estiment que ces excuses arrivent bien tard.
Oui, ces excuses nous touchent, ça montre que nous n’avons pas été oubliés. Mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?…, a demandé un ancien possesseur de VW Cox.
Certains anciens propriétaires rassemblés en association ont eux aussi répondu positivement aux déclarations du constructeur automobile.
Beaucoup d’entre nous ont vécu et vivent encore au quotidien la difficulté de comprendre la liaison entre Ferdinand Porsche et Adolf Hitler décidant ensemble sur le socle du Nazisme, la création de la VW Cox. Nous nous sentons jugés sur la route, le regard des autres est très dur...

– C’est une chose à laquelle nous réfléchissons et que nous prenons très à cœur, nous ne voulons laisser personne au bord de la route…, m’a assuré un cadre qui a insisté sur le préjudice moral qu’ont subi les conducteurs pendant des années.
Le constructeur allemand n’a pas annoncé de date pour un possible dédommagement des anciens propriétaires dans l’immédiat…
Un chantier qui va demander du temps et de l’argent…, le constructeur pourra ensuite s’attaquer à un autre sujet épineux, la justification de la création de la VW Cox….
J’ai ci-après passé huit jours à trier les milliers d’émails reçus, pour n’en publier qu’une centaine…, mais des avis éclairés, apportant un pneu de lumière sur cette sombre affaire…
Manuel – 23/05/2013
Je ne veux pas de compensation quelle soit-elle, je désire juste retrouver mes vingt ans…

André – 23/05/2013
Ou est le pb avec cette voiture ? J’ai une Cox 1302 que j’ai eu comme 2ème voiture, aucun souci, si ce n’est qu’aujourd’hui je suis en panne d’essence à cause de la crise. J’attends vos avis éclairés…

As des as -17/06/2013
Un texte pathétique où l’absence de culture automobile n’a d’égale que le conformisme consumériste. Ça n’évoque que la médiocrité se sentant soudainement supérieure par le seul fait de serrer dans ses mains le volant d’une allemande aussi rêche de suspensions que déprimante d’apparence.

Cédric – 17/06/2013
Mais c’est quoi le problème ? C’est un canular ? En ce qui me concerne j’ai 237.854 km au compteur avec la mienne ! Que les petits bobos parisiens de gauche aux cheveux longs essaient d’en faire autant avec leur Smart aux vitres fumées de tarlouzes…

Sam Irae – 17/06/2013
Quelle démarche éclairée pour faire de la pub à votre site cher monsieur ! Ne sentez-vous pas la moindre compassion envers tant de vies troublées par le dilettantisme d’une entreprise et leurs représentants machiavéliques ? Cela me choque encore plus venant de vous. Ah je pleure les défenseurs de la justice morts pour rien. Jean-Luc – 16/06/2013
Bonjour, j’ai eu une VW Cox pendant 13 ans. J’ai un peu de mal à comprendre qu’on cherche à indemniser une image alors que bien d’autres choses ont posé problème sur cette voiture ! Sinon, il reste que j’avais choisi cette voiture, personne ne me l’avait imposée ! Je ne comprends donc pas cette démarche.SHONE- 16/06/2013
Mon père avait une VW Cox Cabrio, il est mort, je n’en dirai pas plus…Ricardo Pastaga y Bourbon – 16/06/2013
Avec un macaron de la Sécurité Routière sur le pare-brise, je compatis à la souffrance générale.

JeanClaude VD – 16/06/2013
C’est bien de rire, mais plus sérieusement : A quand les excuses des constructeurs japonais pour avoir fabriqué des avions de chasse, comme Mitshubishi et son Zéro… et vendu des voitures si dures que leurs clients ont eu et ont encore des problèmes de dos ? A quand les excuses des constructeurs allemands pour avoir vendu et vendre encore des voitures beaucoup trop chères par rapport à une qualité très discutable ? (en français il y a un mot pour ça : escroquerie) !

Evil-Leon -16/06/2013
J’avais 24 ans. J’étais innocent. Tonton Fernand vendait sa Cox gris métallisé. Écoutant ce que je croyais être la voix de la raison, je l’ai achetée avec mon premier salaire. Et là tout s’est enchaîné. Railleries des copains, déboires amoureux, entrée dans la fonction publique… VW ne me rendra jamais ces années de jeunesse gâchée. Peut-être, avec l’argent, pourrai-je m’offrir une Porsche GT3 ?

Salyks – 16/06/2013
N’ayant plus eu de copines depuis plus de 20 ans, même après une rapide séparation avec le véhicule, une photo de moi à ses côté continue de ternir mon image.

Batman et robin – 16/06/2013
A cette époque les ingénieurs du bureau d’études étaient 5 dans un open space de 12m2, ils avaient des moyens et une dotation limitée à un double décimètre, 2 crayons HB, 2 crayons 2B, une équerre et un normographe par personne, ni compas ni trace-cercles, ni rapporteur… Quelle classe !

Denis – 16/06/2013
Excuses ridicules. VW s’excuse donc d’avoir entrainé ses clients à acheter une voiture au passé discutable. La suite logique, c’est quoi : des clients qui disent : « c’est pas grave, on n’a aucun goût, alors on n’avait rien remarqué » ?… Risible. Personne n’a forcé personne à acheter une VW !

Mike – 16/06/2013
La Cox que je devrais retenir dans ma tête sur mon lit de mort, fut sûrement celle qui a appartenu à mon père entre 1950 et 1998. Une poubelle, avec intérieur pourri et ringard et une motorisation anémique. Malgré une tenue de route relativement peu sportive à couper au couteau, j’ai d’excellents souvenirs d’insultes et de moqueries que pouvaient apporter mon arrivée à l’école avec mes frères et soeurs. Bref, une fois qu’elle fut enfin crachée dans un muret, du à une conduite plutôt mauvaise, (je venais juste d’avoir le permis, pardon), mon père décida de passer à une autre voiture, issue d’une bonne blague des cadres de chez Renault : la Twingo (la Fiat uno, de nous, les français).

Pour information, à la suite des excuses officielles de VW, Fiat a décidé de faire de même la semaine dernière au sujet de son tristement fameux Multipla. En outre, la direction générale de la firme italienne a décidé une enquête interne : selon les premières constatations, le Multipla serait une plaisanterie de mauvais goût entre designers, un 1er avril, qui aurait mal tourné !
Goeland – 15/06//2013

Fredo – 15/06/2013
Je suis extrêmement choqué et affecté par les personnes remettant en cause notre combat et glorifiant la Cox à qui veut l’entendre…On est en République nom de Dieu ! Je me permets donc de me livrer sur le Net pour mieux faire prendre conscience aux ingénus des malheurs causés par cette auto. En 1986, jeune homme fringuant, je me suis laissé avoir par l’achat d’une Cox cabrio, mon père m’avait pourtant prévenu, tête brûlée j’ai foncé…et j’ai ainsi subit, dix années durant, la perversité de cette auto, d’abord comme hypnotisé par les plastiques granulés, le volant et le compteur, peu à peu, je me suis isolé, rejeté par ma famille et mes proches, ce fut la dégringolade, dans l’impossibilité de revendre l’auto, j’ai du supporter les suspensions hyper rebondissantes lors d’un dramatique aller-retour Brest-Carcassone. Le temps à passé et les choses se sont empirées, accrocs aux laides voitures conformistes pour chasseur réactionnaire à la retraite, en 1996 j’ai abandonné ma Cox dans une forêt de l’Oise (le gérant de la casse refusant de la prendre en charge). Je suis, à la suite de cette expérience tombé dans la spirale infernale en enchaînant l’achat d’une Golf vert sapin en 1997, mais c’est lors de mon achat d’une Scirocco avec option cuir que ma femme à décidé de me faire suivre un traitement,que je poursuis encore à l’heure actuelle avec beaucoup de difficulté, en effet, aujourd’hui j’ai réussi à quitter le monde pervers des voitures ringardes pour jeunes conducteurs, pour celui des voitures que tout le monde achète mais qu’on sait pas pourquoi… Avec l’acquisition d’une Golf TDI blanche avec des jantes tuning, je me traite, en espérant un jour peut-être acheter une voiture convenable de mon plein gré. Courage donc à tous ceux qui connaissent le traumatisme de la VW Cox.

Véhache – 15/06/2013
Renault faire de même avec sa 4L, que VW avec sa Cox ! Ce sera dans quelques années , mais ce sera plus difficile. Dans ce cas là, ce ne sont pas seulement les propriétaires qui devront être indemnisés, mais aussi les enfants traumatisés par la vue de ce genre de choses !

Philippe – 15/06/2012
C’est surtout Porsche qui devrait s’excuser pour la 911 2L2, voiture qu’on surnommait « la Porscherie », qualificatif que les conducteurs de ce modèle prenaient aussi pour eux et dont ils ont souffert pendant des années…

Le Père Hoquet – 14/06/2012
Certains de mes confrères, le Père Fidel et l’abbé Tise, m’ont confié certains propos issus de la confession. Des pêcheurs, dont je tairai le nom, ont travaillé dans le milieu automobile. Il faut se rappeler que la COX, fut la première voiture intégralement mise au point par Adolf Hitler. Au niveau de la conception et de la vente, quelques décisions malheureuses (dont la guerre 39/45) ont étés prises. Pour des raisons de pudeur, je préfère ne pas vous retranscrire la suite !

Lucie Phaire – 14/06/2013
J’ai failli y croire. Bien essayé ! Satanas, démon.
Simon – 14/06/2013
Je lis avec étonnement les avis éclairés des internautes. Certains arguent que les acheteurs avaient le choix, mais depuis quand a-t-on le choix ? Entrer chez un concessionnaire, c’est devenir la proie facile de vendeurs surentraînés, capables de vous fourguer des options délirantes.

Poulette – 13/06/2013
Aujourd’hui, je suis traumatisée à vie et doit prendre des somnifères avant de dormir. Je suis soulagée d’apprendre que VW compte faire un geste pour tous les dommages collatéraux. Mais ont-ils pensé aux enfants ? Quel avenir attend cette génération bercée au bruit abominable du 4 cylindres à plat, plat, plat ?

Guillaume – 13/06/2013
Les acheteurs ont ils été obligés de l’acheter, ont-ils eu le couteau sous la gorge ? Alors de quoi se plaignent ils ?
Jeanbi – 13/06/2013
Bonjour, pas besoin de leur dédommagement, c’est un plaisir que de rouler avec ma Cox et à mon avis elle n’est pas plus moche que certaines productions outre atlantique et des pays de l’Est.

Henry Cornil – 12/06/2013
Tous ces commentaires et pas un seul qui prenne un peu de recul ? Vous imaginez-vous des associations d’anciens propriétaires cherchant à se faire indemniser pour avoir acheté une voiture aussi laide ? On n’a jamais vu d’association de propriétaires de Packard-Bell se plaignant d’avoir acheté un ordinateur aussi inutile…D’autant plus que la VW Cox était une excellente voiture, qui ne consommait que 20 litres aux 100 km en roulant à vive allure, dans le bruit et les vibrations.

Jean Rigol – 12/06/2013
Pas un seul qui prenne un peu de recul. Sans doute parce que cette voiture n’était pas très performante pour la marche arrière !

Yaq – 12/06/2012
Merci de me communiquer le numéro de l’association des propriétaires pour me faire rembourser cette daube. J’espère pour Noël récupérer un i-phone. Sam Amuz – 12/06/2013
Le summum de la beaufitude !

XUD power (of love) 12/06/2013
Et avec un bon avocat on peut espérer gratter combien ? J’dis çà parce que j’ai repéré depuis un moment une version Cox ambulance sur le koin koin et j’aimerai bien me l’offrir gratos histoire de remplacer celle que j’ai découpé à la makita dernièrement, comme un un âne (je l’avoue). Mais j’ai pas d’sous…

Lisant cet article j’ai appelé le concessionnaire VW de mon bled pour connaître les modalités de remboursement. (si je peux toucher des sous je ne dis pas non !)… Alors tenez vous bien : – d’une, la procédure de dédommagement n’est pas encore ouverte et pas de date de communiquée ! : – de deux, seuls les propriétaires ayant acheté ce modèle en concession et disposant toujours de la même VW Cox pourront prétendre un remboursement.
Mr Jacquet – 11/06/2013

Patrick PDA – 11/06/2013
Magnifique, très drôle, mais je l’apprécie cette voiture !

Leocadie- 11/06/2013
Et combien de traumatisés ? Ils sont pas tous morts par suicide ?

Romain – 11/06/2013
En tout cas je trouve que la façon dont tout ça est tourné est bien fait quand même ! Mais je tiens a dire que ceux qui n’ont jamais roulé en VW de 1950 ne peuvent savoir le plaisir de conduite de cette auto… Une suspension souple, un très bon confort, une tenue en courbe rapide, enviée par certaines voitures plus récentes. Les 4 freins à tambours commandés par câbles font qu’elle freine mieux qu’une Trabant ! Une rigidité châssis quasi impossible à prendre en défaut ! Une motricité sur la neige bien mieux que tout les plus récents 4X4 ! Vraiment cette voiture a tellement de qualité ! Juste que son style est démodé aujourd’hui, mais à l’époque c’était synonyme de style futuriste classe ! Le seul défaut que je peux reprocher ce sont la mauvaise qualité des plastiques et les suspensions qui grincent ! Donc ceux qui détestent cette voiture et qui la jugent, c’est bien parce que vous n’avez jamais conduit de VW 1950, tout simplement !

Eric D – 11/06/2013
Trop de gens ont souffert pour nier l’évidence ! Tous ces témoignages accablants des survivants de la guerre 40/45 en sont la preuve irréfutable !

Adémarre Pu – 11/06/2013
Je vais vous révéler quelque chose qui pourra définitivement vous convaincre. C’est suite à l’hospitalisation massive de milliers de personnes comme moi que VW a décidé de cesser la fabrication de la Cox. Nous avons été les victimes d’industriels peu scrupuleux. Comme pour l’amiante, les pouvoirs publics savaient mais n’ont rien fait car les enjeux étaient tels que la révélation du scandale aurait provoqué un séisme dans le monde de l’automobile. Je vais vous décrire mon cas, qui est parfaitement significatif : Je n’ai eu toute ma vie que des VW Cox ! Comme mon état de santé s’aggravait au fur et à mesure de mes changements de véhicules (et des nombreux accidents provoqués par leur tenue de route étrange ou par leur défaillances techniques diverses), j’ai été interné de force afin de me protéger contre moi-même quand j’annonçais que j’envisageais d’acheter une nouvelle Cox. On diagnostiqua des tendances suicidaires liées à un déficit d’estime de soi remontant à la petite enfance, quand mon père acheta une VW Käfer de 1948 comme première voiture. Le fléau était tel, et le nombre de personnes touchées allant en augmentant dangereusement, VW décida de cesser la production, contraint par les pouvoirs publics qui ne pouvaient plus faire face à l’épidémie et l’on refilée aux Mexicains ! Voilà, c’est donc un peu grâce à moi que les victimes seront sans doute bientôt indemnisées. Je n’aurais personnellement droit à rien, mais ma satisfaction est entière quand je vois que le scandale a cessé.

Greg – 11/06/2013
Alors là vous me faites marrer ! Certains ont l’air d’y croire dur comme fer à cette connerie. Si vous acheter une voiture c’est qu’elle vous plaît (je rappelle quand même qu’on à le droit à un délai de rétractation lors d’un achat) ! La VW Cox était innovante et à été dénigrée par les concurrents. Mes parents ont roulé en VW Cox et sont encore vivants… et mon frère et moi également. Et on se porte très bien et on continue à rouler en VW Cox… Avant de dénigrer cette voiture, regardez un peu ce qui roule encore sur la route. Étonnamment vous remarquerez que beaucoup de VW Cox roulent encore. Ça voudrait-il donc dire qu’il y’a plein de sadomasos sur la route ? En tous cas pour moi c’est un gros canular, et certains sont tombés dedans ! Cordialement à tous (et toutes).

Paki – 11/06/2013
Que je coups de pieds au visage reçus avec cette bouse ! La suite ne fut pas plus glorieuse ! Je n’épiloguerai pas sur cette période douloureuse rythmée par les séjours à l’hôpital pour diverses fractures émotionnelles et physiques (fractures dues aux coups reçus aux feux rouges par les autres usagers). La suite me fait très mal avec cette VW Cox d’une fiabilité terrifiante m’obligeant à la conserver des dizaines d’années. Moi qui rêvait de rouler en bavaroise et enfin me faire pourrir sur l’autoroute et goûter aux joies de la dépanneuse. Bah c’est mort ! Ma Cox fonctionne encore et je vais être obligé de la garder encore plusieurs décennies. Mes pauvres enfants sont déjà horrifiés de l’idée d’en hériter.

David – 11/06/2013
Je roule en VW depuis l’obtention de mon permis de conduire. Mes faibles revenus m’ont contraint à rouler en Cox lorsque j’étais étudiant. Le prix d’achat inférieur à celui d’un VTT made in china et la consommation n’ont pas suffi à passer outre les brimades de mes camarades. Ensuite lorsque je suis passé à la vie active, j’ai eu de quoi rembourser un crédit qui m’aurait permis de m’acheter une belle 2CV. Résigné, j’ai continué à rouler avec ma Cox. La encore, le fait d’être humilié par tout ce qui roule, du 6 cylindres bavarois au V8 américain, a amplifié les stigmates des regards noirs que me jetait la société de consommation bien pensante. Je compte beaucoup sur cette indemnisation, car roulant depuis mes 18 ans exclusivement en Cox, je devrai au moins pouvoir maintenant rouler dans un véhicule correct, tel une POLO TDI 3 cylindres avec des pneus 1er prix a 80% d’usure dégoulinant de brillant plastique chez mon revendeur auto local.

NIAN – 10/06/2013
Je dépose un témoignage. J’espère que mes dires ne seront pas repérés par la police… Enfant j’ai été transporté dans une Cox, je peux vous assurer que ce traumatisme n’a été que le début de longues années scolaires de pestiféré. Ma mère assumant son choix de véhicule, m’a forcé à monter et descendre de la Cox devant mes écoles, oui, oui, mes écoles…, devant le climat d’insécurité dans lequel j’évoluais, ma mère m’a changé de nombreuses fois d’établissements, nous avons même déménagé, changé de nom… Aujourd’hui encore je m’évanoui quand je passe devant un garage Volkswagen. Je garde espoir un jour,de passer à autre chose… Les médecins sont confiants, mon traitement et mon isolement depuis 16 ans s’avèrent payants, puisque j’arrive à vous en parler . J’ai demandé l’émancipation dès que possible, mais le mal est fait. Plus grave je suis devenu addict.
Romain – 09/06/2013
Non mais c’est sérieux ? Je rêve ! Ou va-t-on là ? Arrêtez vos conneries ! Comme si une gamine après avoir mangé trop de Nutella était malade et qu’elle portait plainte ! Faux arrêter sérieux !Allez-y ! Demandez du fric à VW ! Comme çà, ils licencieront leurs ouvriers car ils n’auront plus d’argent, et après le nombre des chômeurs en France va diminuer car on va vendre nos belles autos franchouilles aux Germains ! Pour ceux qui ont été malades durant des années dans une Cox, fallait changer de voiture, merde ! Personne n’a obligé quelqu’un à rouler en Cox. Moi, j’ai 19 ans, l’année dernière je cherchais une voiture pas chère confortable, sécurisante, qui consomme pas et qui marche pas mal ! 800 € pour une VW 1302 semi accidentée… et j’en suis trés content, j’en suis méme trés fier car elle est relativement propre, et mes amis qui avait des préjugés sur ma Cox, n’en ont plus et veulent en acheter une ! Alors arrêtez de vous plaindre, qui plus est je suis sur que tout ça n’aboutira jamais ! Cordialement !
Arobase – 09/06/2013
Toutes ces souffrances, ces traumatismes, ces histoires d’amour manquées, ces gens terrorisés par la vue de cette auto, que vous faut-il de plus ? On nous accuse de favoriser la crise économique, on nous reproche d’avoir vomi les voitures françaises, on nous culpabilise d’avoir cédé au mythe de la VW Cox, alors que NOUS sommes les victimes. C’est extrêmement juste d’être indemnisé.

GODE Michel – 09/06/2013
Des gens souffrent, des vies sont brisées ? Je trouve cela assez aberrant que des personnes attendent des excuses pour un modèle qui leur a sûrement énormément enthousiasmé lors de l’achat, mais encore plus aberrant de voir le constructeur renier son passé nazi ! Je suis un militant d’extrême droite et je suis fier de rouler dans la voiture de tonton Adolf ! Tant que les consommateurs, mais aussi les entreprises, se mettent à écouter les avis des médisants, nous ne sortirons jamais de la crise que nous continuons de faire croître par nos réaction disproportionnées sur des détails de l’histoire si insignifiants. On aura tout vu !

Karmo – 09/06/2013
Heureusement, à l’époque, certains ne sont pas tombés dans le panneau et ont acheté une 4CV Renault…

Machomann – 09/06/2013
La vérité devait être faite sur ce sujet. Volkswagen devait faire preuve d’humilité, même avec du retard… et s’excuser.

Nadine Médrano – 09/06/2013
J’ai eu moi même une Coccinnelle noire. Je vous dis pas les sarcasmes dont j’ai été l’objet !

Michael – 09/06/2013
Pincez-moi, je rêve ! Arrêtez de vouloir gratter de l’argent partout ! Vous avez fait le mauvais choix ? Il faut assumer ! Je n’ai pas demandé au frère de mon ex de s’exuser pour me l’avoir présentée il y a 10 ans ! C’est juste HALLUCINANT !

LeRenard – 09/06/2013
J’ai eu une Cox et j’en ai été content, c’est la seule voiture avec laquelle j’ai fait 600.000 km ! Qui dit mieux ?

Lalcyon – 09/06/2013
C’est devant le Notaire que j’ai eu le choc… Un grand oncle que je ne connaissais pas m’avait couché sur son testament : « Pour Monsieur Lalcyon, ma VW Beetle »… Depuis j’en ai eu pour une fortune en Psy’s à mesure d’une à deux séances par semaine… Je me réveille la nuit en sueur, je n’ose plus sortir de chez moi…. Elle est là, dans mon garage… Quasi-neuve… Cette nouvelle d’un dédomagement de VW me rend espoir, me laisse entrevoir la lumière au bout du tunnel… Mais moi, je n’ai pas acheté cette voiture…, j’ai peur à présent de ne pas pouvoir bénéficier de ce dédommagement… Et quid de l’argent dilapidé en mouchoirs Kleenex ?

Marie – 08/06/2013
Si on ne trouve pas une voiture à son goût, alors on ne l’achète pas. Dans la société actuelle de consommation, la diversité dans ce domaine est telle qu’on n’a que le choix ! Mais ou va le monde ? Dédommager les propriétaires ! Fallait pas rouler en Cox… et puis c’est tout !

Mouajdi Ke – 08/06/2013
À mes 18 ans mon père m’avait promis que si j’avais mon permis, il me laisserait sa VW Cox. Résultat : 35 ans, et je l’ai toujours pas ! J’ai bien trop peur…
Adrien Maght – 08/06/2013
On va finir comme les ricains, non mais sans blague ! Vous savez que j’ai mon siège qui se déchire, toutes les vieilles VW ont ce problème ! J’allais porter plainte pour avoir des sièges qui s’usent, quand j’ai lu votre info !
Beurk – 08/06/2013
Fallait vraiment être connard pour acheter une Cox, beurk, affreux !

Dommage que ce soit faux, elles sont tellement moches leurs voitures chez VW. Ils devraient arrêter de produire des voitures moches avec des noms pourris…
PB – 08/06/2013
José Palfer – 08/06/2013
Dommage que le modèle fourgon funéraire de la Cox n’ait pas eu le succès escompté. La marque en attendait beaucoup après la vague de suicides qui frappa les acheteurs de la Cox 1302 en entendant que VW délocalisait la fabrication de ce scarabée à roulettes, au Mexique. Le projet ne vit jamais le jour après les protestations véhémentes des amis des personnes de grande taille. Suite à ce fiasco, le bureau d’études fut dissous. Seuls quelques cadres trouvèrent à se recaser chez Opel, au prix d’un lourd sacrifice financier.

Raoul Rondeaux – 08/06/2013
VW devrait aussi cesser tous ces faux clubs d’enthousiastes auxquels de toute façon personne n’a jamais cru. En tant qu’ex employé de la marque chez un concessionnaire qui a fait faillite, j’en sais quelque chose, pour avoir été licencié parce que je ne faisais pas assez bien semblant… Moi j’ai eu de la chance, je suis retombé sur mes pattes en trouvant un emploi chez Saab, mais ça n’a pas été le cas pour tout le monde… Certains ont nettement moins bien supporté que moi les brimades constantes et la culture de l’amour forcé qui règne là bas…
Yaqua – 07/06/2013
C’est vrai que personne ne m’a forcé à acheter cette voiture, mais ce n’est pas pour autant qu’on doit tout accepter de la part des entreprises. Même si VW prend aujourd’hui ses responsabilités, je doute fort que les dédommagements soient à la mesure de ce que moi et de nombreux autres qui ont fait le mauvais choix, avons subi.

Gilbert – 07/06/2013
En tant qu’ancien possesseur d’une Cox Cabriolet et trésorier de l’association des victimes de VW, je me réjouis de cette décision et j’espère que le groupe songe à élargir ce mea culpa aux autres modèles.

Davyka – 06/06/2013
Apprenez que le négationnisme est passible de poursuites.

Zenith – 06/06/2013
Vieux motard que jamais ! Ainsi je vais pouvoir saisir la justice en demande de réparation pour les sévices moraux que j’ai subi. En effet mon ex beau-père m’avait offert une Cox en cadeau de noce. J’ai sombré dans une grave dépression dont je ne me suis jamais totalement remis. Mais pire mon premier enfant est né aveugle et sa cadette a préféré être placée en famille d’accueil plutôt que d’être transportée dans une Cox. Pour pouvoir me débarrasser de cette ignoble caisse, j’ai tenté de provoquer un accident en simulant une panne sur un passage à niveau. Malheureusement ce jour là il y avait une grève des cheminots (à qui je vais demander également réparation). Je suis parti en Afghanistan avec cette chignole. Les talibans m’ont supplié de passer en Russie sinon ils demandaient un cessez le feu et se convertissaient au catholicisme. J’ai n’ai pas eu le courage d’inverser le cours de l’histoire et je suis rentré en France où j’ai tenté de nombreuses fois de mettre fin à mes jours. Aujourd’hui la Cox rouille dans le fond du jardin cachée par les ronces. J’ai muré les fenêtres côté jardin et dès que j’en ai l’occasion je prend ma voiture (une Trabant) et je pars m’oxygéner à la campagne. Mon beau-père est mort, écrasé dans la pente de son garage suite à la rupture du frein à main de sa Cox, mon ex-épouse est rentrée dans les ordres et mes enfants ont changé de nom. Pensez-vous que mon dossier est défendable et puis-je espérer obtenir réparation ?

Stéphane – 06/06/2013
Mon fils a 17 ans et l’an prochain, comme première voiture, il veut une Cox d’occaze… Si, si… Puis-je déjà demander un dédommagement anticipé ?

Fred – 06/06/2013
De nombreux cas de divorces voire de suicides sont directement imputés suite à l’achat de ce véhicule… Sa destinée malheureuse est emblématique du sort funeste qu’ont connu les propriétaires de ce véhicule automobile de sinistre mémoire.

X-oR – 06/06/2013
Hum…, moi j’ai toujours aimé Renault qui, malgré les évidences, a toujours assumé les risques pris (pour ceux qui réclameraient la même chose pour la Fuego, ils peuvent toujours rêver, ça ne marchera jamais !). D’ailleurs, je vais de ce pas acquérir la magnifique Tweezy sortie récemment. Et toc !

Adolphe Bergmann – 05/06/2013
Cette démarche doit être saluée. Il a certainement fallu beaucoup de courage, aux chefs de VW…, mais aussi pas mal de stagiaires sous payés pour que ce projet de dédommagement voit le jour. La pire image qui me revient est que la gauche caviar a cautionné cette déchéance stylistique durant des années. L’imposant même au peuple, d’une manière horrible, lors de voyages subventionnés !

Robert Marchenoir – 05/06/2013
La moindre des choses serait d’ériger un monument pour exprimer la repentance de VW. On pourrait aussi baptiser une place de Berlin au nom des victimes de la Cox. Songez à tous ces gens qui se sont fait foutre de leur gueule des années durant au volant de leur véhicule grotesque. Le simple fait d’avoir commercialisé cette voiture est un crime. Quant à moi, je pense à fédérer une association d’enfants victimes des années de nausée automobile. Des dimanches gâchés, des vies de famille brisées, des psychothérapies, des addictions au Primpéran… Les dégâts sont énormes ! Nous avons assez souffert. La vérité doit désormais éclater. On vous a fait croire que les gens avaient le choix. Il n’en est rien. Les honnêtes citoyens, aux revenus modestes n’ont eu d’autre choix que d’adhérer à ce programme, sous les pressions répétées des agents du gouvernement, infiltrés dans les concessions.

Hadit Jacques – 04/06/2013
N’oublions pas ceux qui, drogués, ont acquis des Cox. Même Trabant avait fait mieux pour ces clients, c’est dire… Un signal fort devait être envoyé par VW. Et il faudra ensuite qu’on s’attaque au dossier des policiers ayant portés l’ancien uniforme avec les képis…, combien d’hommes ont été traumatisés par le port de cette tenue ? Le képi et le bâton blanc reconnaissables dans le monde entier.

Bobbylapointe – 04/06/2013
C’est certes drôle mais surtout stupide. Des excuses pour faute de goût, on aura tout vu. Mais les dédommagements c’est tout simplement incroyable. Quant à Fiat, ils songent à emboîter le pas en présentant leurs excuses pour la 500 ?

Térieur Alex – 03/06/2013
Qu’attendent les pastilles Vichy pour s’amender et que dire des bêtises de Cambrai ?

Une carrière longue (plus de trois-quart de siècle), un succès foudroyant aux quatre coins du monde qui a entrainé plus de 21 millions d’exemplaires… et pourtant, une carrière qui a débuté dans l’Allemagne nazie et un gros paquet de défauts…
C’est l’essai d’un véritable mythe que je vous propose !
Comment expliquer un tel succès ?
Réponse dans cet essai.
Est-ce de l’art qui s’est banalisé, qui ne veut plus rien dire et qui est laudifié par des propos vains, futiles, en l’air…, tout le temps.
On s’amuse, croit-on…, on pérore…, on vit.
Parmi les palais et les sculptures, les fontaines et les peintures d’antan (qui n’ont pas plus de grâce que les souvenirs émus, les visions sans cesse émerveillées, égarées dans une culture du vide), VW a-t-il cherché à redonner du sens à la vie, à aider le peuple à retrouver la beauté des jours ?
Ma charge est parfois ostensible, tapageuse, mais jamais indigeste parce que je ne condamne pas vraiment, mais accepte l’âcre fatalité d’une splendeur passée et d’un néant existentiel, sans limite…

Fantasque, foisonnante, épuisante, la VW Cox exhale la lente décrépitude des choses.
La VW Käfer/Cox/Beetle a 75 ans et une vie dévastée (comme nous tous), alors au lieu de faire la morale et de la regarder avec mépris, je vais en causer avec affection, car nous sommes tous au bord du gouffre.
Des jeunes et de vieux démons, des reliques et des ruines, des gens flapis, emblèmes d’une bourgeoisie intellectuelle qui s’ennuie, qui s’encanaille et qui fanfaronne, qui rêve, le nez dans la poudre de gloire, avec passion dans l’échec des illusions, avec la rumination amère du présent, la fin d’un règne à force de lendemains de javas solitaires et d’attitudes névrotiques !

Derrière le glacis des apparences, la pourriture des rapports humains, l’éclat du désespoir de vivre, laid et grotesque dans ce déferlement de bling bling, la VW Cox a traversé trois-quart de siècle avec panache, puisqu’il ne reste que cela.
Adolf Hitler croyait en l’automobile, il entendait mettre l’Allemagne sur roues et a demandé à son ami Ferdinand Porsche d’étudier une petite voiture économique, capable de transporter 4 personnes et d’atteindre les 100 km/h sur les futures autoroutes.
Pour l’image, la technologie et la puissance…, il a fait subventionner abondamment Mercedes et Auto Union qui se livraient une fausse guerre de connivence, avec un semblant d’acharnement sur les circuits… et dans les livres de records.

Il lorgnait également du côté des grandes firmes américaines (Ford, un autre grand ami du nazisme) pour en étudier les méthodes de fabrication à grande échelle.
Ferdinand Porsche a accepté ce défi ambitieux et s’est inspiré de ses divers projets réalisés pour Zündapp et NSU.
Avec pas mal de retard, Porsche finit par finaliser quelques prototypes à la fin de l’année 1936.
Début 1937, une série de 30 prototypes vont -etre soumis à de rudes épreuves, roulant jours et nuits aux mains de quelques 200 membres des SS mis à sa disposition par Adolf Hitler…
C’est le parti nazi qui va organiser la distribution de la Coccinelle, via un système de carnet et de timbres à collectionner.
Quelques 300.000 commandes vont-être enregistrées !
Mais, la guerre déclarée, l’usine Volkswagen (pour voiture du peuple) va être réorientée dans le secteur de l’armement.
Au lendemain de la guerre, l’avenir de la petite Coccinelle semblait bien compromis : l’usine était en grande partie détruite, tout comme le pays d’ailleurs (par contre les usines Opel propriété de General-Motors étaient intactes)…
Mais le major anglais Ivan Hirst veillait… et la petite VW fut sauvée.
Elle est l’héritage automobile d’Adolf Hitler…
En 1948, Heinrich Nordoff est nommé à la tête de l’entreprise.
Il croit dur comme Croix de fer en son modèle.
La production explose, les commandes affluent, la légende est en route !

Le petit 4 cylindres à plat était d’une robustesse à toute épreuve et son emplacement en porte-à-faux arrière favorisait autant la motricité que l’espace dans l’habitacle.
Visionnaire, Ferdinand Porsche avait étudié un système de refroidissement par air, pour empêcher tout risque de gel ou de surchauffe.
Tout cela, en 1938, était révolutionnaire.
Trente ans plus tard, la Coccinelle semblait bien désuète face à ses concurrentes : moteur mou du genou, consommation importante, tenue de route délicate, habitabilité médiocre…
Mais rien n’y fait : le succès se confirmait de jour en jour… et la Coccinelle fut produite et vendue partout dans le monde…, jusqu’en Amérique du Sud !
La dernière Coccinelle fût produite en 2003, au Mexique.

Rien de fulgurant donc, loin de là, même si on les compare à leurs concurrentes de l’époque.
Côté moteurs, les évolutions furent finalement peu nombreuses : de 1 litre, la cylindrée grimpa jusqu’à 1,6 litre sur les derniers modèles, avec des puissances allant de 23 à 50 chevaux.
En guise d’apéro, je débute cette prise en mains avec une version cabriolet de 1952.
Avec le regard d’aujourd’hui, la fiche technique fait sourire : 1,1 litre, 25 chevaux, 4 vitesses et une vitesse de pointe dépassant de justesse les 100 km/h…
Et pourtant, à l’arrêt déjà, le charme opère !
Pas de plastique, pas de console centrale parsemée d’innombrables boutons, pas de navigation et même… pas de ceinture !
Mais une ambiance toute en couleurs, avec des commandes fines et élégantes.
Une autre époque !

Le floup-floup-floup du moteur rassure, alors que chaque impulsion sur les clignotants se voit soldée par un « tchac ! » des flèches qui se rabattent dans la carrosserie.
Une fois la première engagée, je démarre prudemment.
Côté visibilité arrière, circulez, y a rien à voir : entre le rétroviseur minuscule et l’encombrante capote repliée, on n’y voit franchement pas grand-chose !
Et heureusement, cela me permet de ne pas remarquer le véritable embouteillage formé dans mon dos !
Le 4 cylindres ronfle gaiement, mais se voit mis à mal dès le moindre faux plat et cette boîte de vitesses dénuée de toute synchronisation demande une grande dextérité au Mikado pour rentrer les rapports sans craquer !
Direction floue, performances asthmatiques, freinage quasi absent, boîte cauchemardesque… 
Je n’en ferai pas mon ordinaire !
Côté ambiance, en revanche, je suis conquis !

Le moteur gagne une injection, se voit réalésé à 1,6 litre et développe la coquette puissance de 50 chevaux.
Deuxième séance, au volant d’un cabriolet nettement plus moderne, un 1303 à injection, de 1979.
La présentation est nettement plus actuelle, avec même des ceintures et… un autoradio, mais une planche de bord noire avec du faux bois et du plastique à tous les étages…
Adieu les couleurs pastel !
La mise en route révèle un moteur nettement plus feutré, moins sourd et au ronronnement plus régulier aussi.
La prise en main, elle, ne déstabilisera aucunement l’utilisateur de voitures modernes : les commandes sont faciles et assez précises, y compris la boîte qui se manipule désormais sans y penser, quoique le couple du moteur se satisfasse du dernier rapport dans la majorité des circonstances.
Et justement, côté moteur, cette fois, je ne me sent plus trop à la traîne : les relances sont suffisamment énergiques et s’accompagnent du lointain ronflement de l’ancêtre.
A haute vitesse, je ressens toutefois le train avant s’alléger…

A la pompe, il ne me faut pas espérer moins de 10 l/100 km, mais la Cox se rattrape avec un entretien simplissime et des pièces abondantes et bon marché.
Si le charme opère moins, je peux envisager une utilisation quotidienne, ce que l’ensemble technique, réputé increvable, supporterait tout à fait.
Voiture de collection pour débutant par excellence, car des plus faciles à vivre, un cabriolet Coccinelle se monnaie environ 13.000 € pour l’un des derniers exemplaires et plus de 40.000 € pour un exemplaire de 1952.
Si la conduite intérieure n’est pas un obstacle, comptez de 3.500 à plus de 40.000 € pour une berline.

Qu’on la déteste pour sa technique archaïque et pour son histoire sinistre, ou qu’on l’adore pour sa bouille irrésistible et sa fiabilité, la Cox n’en reste pas moins un phénomène qui regroupe les amateurs du Monde entier, quelles que soient leurs races et leurs cultures…, ce qui est une revanche d’Adolf Hitler face à l’histoire !
Voiture certes mythique, la Coccinelle cultive le paradoxe et entraine des réactions très polarisées.
La double nature de cette géniale nullité, fait que son paradoxe se trouve augmenté de manière paroxystique : le fait que des défauts intensément navrants distillent une euphorie comique rarement atteinte, au point de verser dans un délire psychédélique : je pense notamment à l’époque Hippie ou cette voiture de guerre est devenue calumet de la paix, fumé par des zouaves totalement défoncés par la fumette, s’élançant nus vers la route de Katmandou.
Le niveau de nawak général fut tel qu’on peut en penser n’importe quoi sans que ça choque vraiment.

Certes, on ne peut que louer les oeuvres caustiques, amères et grinçantes issues de la période nazie mais qu’on le veuille ou non c’est rempli d’humour suave et délicat comme un repas à base de saindoux et de pétafine.
Ferdinand Porsche, que son nom soit sanctifié, avait tellement raison : la voiture rêvée par Adolf Hitler, c’est évidemment sacré, mais c’est aussi profane, pour les petits, les faibles.
La VW Cox, c’est la réalité sociale nazie de l’après-guerre populaire, certes…, mais le populaire national socialiste, par définition, c’est quand même avant tout le peuple au sens large, dominé par ses élites.
Point de vue démagogique de ma part ?
Pas forcément car je précise que, parce qu’elle visait un large public, la VW Cox sacrifiait généralement toute notion d’intégrité artistique sur l’autel du mercantilisme, assurant sa rentabilité en offrant en pâture à la plèbe ce que la plèbe, au bord de l’émeute, réclamait l’écume aux lèvres : une voiture simple et peu chère ! 
Puisse l’Histoire n’en retenir que le meilleur… 
www.GatsbyOnline.com