Ferrari « Bardinon »  : 32,075.200 millions d’€uros

Adjugée 28 millions « nets » (en double-sens) soit 32.075.200 euros, vendredi 6 février 2015, par Hervé Poulain, commissaire-priseur chez Artcurial-Paris, la Ferrari 335 S Spider 1957 « Bardinon », n’a pas battu le stupide « record » de 28,9 millions « nets » (gag !) pour une Ferrari 250 GTO de 1962 adjugée 38 millions de dollars en 2014) à Pebble Beach en Californie.

Vendredi 18 heures, les lumières s’éteignent, un film présente la voiture pendant qu’elle entre en scène…En Anglais puis en Français Matthieu Lamoure présente « la bête » et Hervé Poulain termine cette mise en scène en déclamant tout le bien que cette auto a apporté, apporte et apportera encore pour l’éternité, au monde entier…

Comme c’est en Mondovision télé-pathétique (sic), des milliards de beaufs regardent cet évènement…, alors, partout on pleure…, dans les banlieues de Paris et Marseille, à Calais chez les migrants, en Ukraine, au Pérou, à l’Ile de Pâques, à Washington et Moscou, au Sahel, en Libye, Syrie, Madagascar, partout… et dans l’auditoire en salle, aussi…, un grand moment…

C’est magnifiquement théâtral, grandiose…Le public, surtout les médias, tétanisés, vont être les témoins d’un tour de magie, un moment unique : transformer une ferraillerie en or…, c’est magique…, le deal est de 32 millions…, l’art consiste en un transfert « net »…L’alchimiste lève les bras…

En voulez-vous ?

Par téléphone et pour l’étranger…

Il ne faut point être mesquin, même si tout est déjà joué (oupssss !)…
Les « enchères » débutent à 20 millions et progressent rapidement jusqu’à 25, puis ça se ralenti à 27 millions… et il ne reste plus que deux joueurs en lice (curieux, ça, non ?), l’un, plouquesque sur sa chaise pliable, fait des petits signes que tout le monde fige pour l’éternité, les flashs crépitent, les télés zooment…, on l’a déjà vu, il est connu, mais on feint de ne rien savoir…, il agit pour un ami, un client…, vague… profondeur abyssale…, ténèbres financières…, mais il faut qu’on le voie, sinon quoi qu’est-ce que le gag du téléphone ?

Gag, oui…, j’ai connu des estrades-podium ou l’alchimiste opérait avec un parterre de téléphonistes en affaire, il y avait du mouvement, Maitre Poulain ne savait plus ou donner du marteau magique tant ça bourdonnait…, ici point…, juste UN téléphone à l’ancienne à l’ère du numéricable…

En voulez-vous ?

On sent l’odeur des lingots, c’est silencieux comme le vide abyssal du puits sans fond de la bêtise humaine, chacun retient son souffle…

Il insiste le bougre…, il scrute la foule, captant le moindre mouvement, c’est qu’il sait faire la différence jusqu’à 100 mètres entre une pauvre cloche égarée qui gratte son nez… et un milliardaire qui grimace pour l’inconfort de ses fesses…

Ah ! Oui…, l’autre « enchérisseur » au téléphone…, j’imagine :

– Allo, oui, c’est pour la Bardinon. Elle est rouge ? Ben voilà, j’ai 32 millions et j’ai décidé de l’acheter pour me faire plaisir. Un cadeau….

A 28 millions c’est tout…, ce qui une fois les petits frais (sic !) et la TVA ajoutés, donne un montant de 32,075.200 millions d’€uros.

– J’adjuge…

Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours : Laissez-nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours ! Assez de malheureux ici-bas vous implorent, coulez, coulez pour eux ; prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ; oubliez les heureux. Mais je demande en vain quelques moments encore, Le temps m’échappe et fuit . Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore va dissiper la nuit.
Aimons donc, aimons donc ! De l’heure fugitive, hâtons-nous, jouissons ! L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ; il coule, et nous passons !

Bien entendu, c’est donc une vente téléphonée…, « par téléphone », le nom de l’acquéreur (Brian Ross Ohio, USA) n’a pas été dévoilé (sic !) et la voiture part loin (les Etats-Unis)…, ça passerait par l’ami Simon en facture UK que je ne serais pas surpris…, tout se savait d’avance…, non ?

Par téléphone…

Mister X, (Brian Ross)…, c’est lui…, chuuuut…

Salut Simon, ça va Max ?

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse, où l’amour à longs flots nous verse le bonheur, s’envolent loin de nous de la même vitesse, que les jours de malheur ?
Eh quoi ! N’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais !
Quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface, ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes, que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes que vous nous ravissez ?

Et paf, applaudissement général, triomphe, l’alchimie semble parfaite, les pauvres sont éberlués, les riches stigmatisés, les autres sont figuratifs…, la messe est dite !

Clins d’yeux sur l’estrade, style :

« Un joli tour, ça a marché, n’est-il Maître ? »…

« Merci Matthieu, du bon travail ! »…

Maître Alchimiste salue la foule en délire, dodeline du chef (ce qui est de circonstance), lève encore les bras, présente le marteau magique…, certains croient qu’il va le mettre en vente…, après un tel « bazar » atteindre 100.000 €uros serait possible…

Oui ? Non ?…

Il va sortir une vanne, un trait d’esprit génial, draguer une jolie « au marteau », ridiculiser son mari qui n’achète jamais rien…, prier peut être, une attitude Christique, les bras en croix, le marteau…, à force de marcher hors des clous, il doit bien y en avoir sous ses chaussures ?

Alelouiaaaa ! Avé ! Shalom et tutti quanti…, fee vendeur plus fee acquéreur (qu’importe qui) c’est 20% au moins des 28 millions « nets »…, ça se voit, il rayonne et ses ouailles aussi…, les pontes fiscaux au premier rang rayonnent également, le montant de la succession est quasi atteint…, les Bardinon sont béats, soulagés…, Max et Simon sont en érection…, le bonheur…

Le téléphone est par terre, tout le monde s’en f… , n’a… n’est même pas branché…

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !

Par téléphone… et bien sur, c’est pour l’étranger, pas le migrant qui échoue à Calais via la Grèce, mais le bon étranger,

Les enchères fictives, appelées aussi « bourrages », sont une atteinte au droit des acquéreurs, elles consistent pour un commissaire priseur à faire monter le prix d’un bien entre un acheteur réel et un ou plusieurs acheteurs fictifs, ou à faire monter le prix entre uniquement des personnes fictives.
Cette pratique ancienne trouve différentes justifications.
L’expression « j’ai une enchère (à gauche, à droite, au fond, au téléphone) de XXX €, en voulez-vous », signifiant que le commissaire priseur joue à la fois le rôle d’adjudicateur et de commissionnaire disposant d’une offre d’achat faite avant la vente par un acheteur…, et devant créer un ou plusieurs acheteurs fictifs afin d’atteindre ce prix (par exemple, un acquéreur se positionne AVANT la vente sur un prix de (par exemple) 28 millions (plus taxes, fee et frais), alors qu’il n’y a aucun autre enchérisseur au delà de (par exemple) 20 millions…
Le commissaire priseur crèe donc des enchérisseurs fictifs qu’il invente se battre (faire semblant d’observer des signes dans la salle) jusqu’à arriver à une seule enchère avant le montant de la convention d’achat !

Vendredi matin, à Cogolin, chez la comportementaliste canine de mon Blacky, on causait justement des stars qui se la pètent… et c’est venu sur Johnny et sa villa de rêve de St-Trop qu’il a fait construire par téléphone, comme quoi…, m’a été dit qu’il a ruiné tous les couillons qui ont travaillé comme des malades, car il n’a payé personne…, par téléphone…

Johnny quand même…, confondu entre Lambada et Lorada…, déjà même d’autres, qui sortent des cartes gold et des chèques, c’est vide, pas de ronds, nada…, alors par téléphone… et 32 millions…, croyez-le…

Notez qu’au plus gros c’est gros c’est gros…, au plus les beaufs y croient…, téléphonez chez Ferrari tout à l’heure et proposez leur d’acheter une California (la moins chère) par téléphone…, ou chez Renault, même une Twingo basique…, si, si, allo…

Qui peut acheter sans soucis par téléphone…, sans venir voir…, pour une bête occazz à 1.000 euros, les beaufs prennent un expert, puis madame, mademoiselle, les bébés, tout le monde donne son avis, donne des coups de pieds dans les pneus, discute, repart, reviens et discute d’une remise avant crédit gratuit sur 5 ans sans apports ni conditions…

Pour pas même une machine à laver, les familles se déplacent, père, mère, les enfants, les grands-parents, oncles, cousins, cousines, les voisins aussi, avec une amante qui fait semblant d’être l’amie d’une voisine…, tout le monde vient voir LA machine à laver à 499 euros avec crédit gratuit…, téléphonez chez Darty pour en acheter une par téléphone…

Donc, une Ferraillerie à 32 millions, c’est gag…, on l’achète 32 millions sans la voir…, pas même la possibilité de donner des coups de pieds dans les pneus…, mais tout le monde y croit, il n’y a que moi qui n’y croit pas…

Je suis un complotiste des enchères, si, si, je ne crois à rien, malgré LES PREUVES…, les évidences, un vil complotiste, je ne suis PAS CREDIBLE, tout est contre moi, point…Par téléphone…

J’insiste…

La Bardinon a été restaurée, elle est comme neuve…, ou est passée la patine des ans ?
Pourquoi les griffures et bosses qui font l’authenticité ont elles été effacées ?
A quoi sert-il de faire d’une authentique, même en ruine, une restaurée avec des pièces neuves ?
Car tout est neuf dans cette Ferraillerie :
Moteur refait à neuf avec nouvelles pièces…, nouvelle tôlerie…, nouvel intérieur…, nouveaux plexis…, nouvel accastillage…, nouveaux pneus…, nouvelle peinture…, elle est aussi belle qu’une réplique car s’en est une, mais avec le numéro de châssis de la vieille…

Le châssis ?
Refait à neuf lui aussi…, qu’est-ce qui fait qu’un tel bitza, car s’en est un, vaille, comme ça, pouf, pouf, 28 millions au marteau, 32 millions en euros ?

C’est comme si on restaurait un VanGogh en repeignant la toile, comme si on reconstruisait le phare d’Alexandrie…, les pyramides d’Egypte… ou Versailles au complet, comme les Chinois…, ou Venise à Las Végas…, c’est pareil…, c’est d’ailleurs les mêmes qui le font, qui achètent…

Tout devient tellement fou (et flou), que dernièrement en Allemagne, un marchand affiche une réplique de Ferrari GTO 1962 pour 63,000.000 millions d’euros…, il prétend qu’elle est vraie, faut-il que Marcel Massini (un expert en la matière) s’énerve et démontre qu’elle est fausse…, mais ça ne change rien…

La réalité est « ailleurs », c’est de la création de valeur au départ de rien, comme les dollars qui ne se basent que sur la confiance depuis que l’or ne garantit plus les dollars…, pareil que les œuvres-d’art : au départ un VanGogh valait un kilo de bidasse pour « bouffer », pourquoi que l’artiste a « crevé » dans la misère… et que ça vaut des centaines de millions au profit de gens qui n’ont rien à y voir ?

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
Jeter l’ancre un seul jour ?

Matthieu Lamoure, directeur général de la branche automobiles d’Artcurial ne cachait pas son bonheur à l’issue de la vente de ce lot, qui a duré plus de 20 minutes :

– C’est évidemment un jour dont on va se souvenir bien longtemps. Dans des montants comme ceux-là, les gens réfléchissent longtemps, on ne parle pas de centaines de milliers d’euros, on parle de dizaines de millions. C’est un marché qui ne compte qu’une petite dizaine d’acquéreurs potentiels qu’on connait tous. Cette Ferrari d’usine, châssis 0674 carrossé par Scaglietti, provenait de la collection de l’industriel français Pierre Bardinon, l’un des spécialistes Ferrari les plus renommés, décédé en 2012. Le légendaire coureur automobile britannique Mike Hawthorn a couru à son bord les 24 Heures du Mans en 1957. Engagé par la Scuderia Ferrari aux 12 Heures de Sebring, le bolide a également été piloté par Peter Collins et Maurice Trintignant. Sa motorisation actuelle est un 4,1L, avec près de 400 chevaux sous le capot, lui permettant de frôler les 300 km/h…

INTERVIEW de Mr Matthieu Lamoure, directeur de la section automobile d’Artcurial…
EXCLUSIF ! :

– Ahhhhhhhh ! 32 millions en 20 minutes, ça fait environ 27.000 euros par seconde… Ca fait tic-tac-tic-tac et c’est plus de 100.000 euros qui tombent…J’ai calculé, 20 minutes c’est 1.200 secondes : Tic-Tac-Tic-Tac…
– …..

– Matthieu, mon ami, comme il n’y a qu’une dizaine d’acquéreurs potentiels qu’on connait tous et qui connaissaient la Ferrari Bardinon, quelle est l’utilité de faire si grand battage médiatique internationalement dans une affaire qui fait grincer les dents ? Déjà que les beaufs lambda n’arrivent pas à acquérir un bien de 300.000 euros avec un emprunt (ruineux) à vie, mais le montant « adjugé » correspond à plus de 100 maisons ou appartements de ce prix…
– ……

– Oui, 100 fois 300.000 euros, c’est 30.000.000…, non ?
– …..

– Donc, à de tels montants, quelle est la véritable utilité d’un tel battage médiatique ? Mon interrogation est limpide de bon sens…
– …..

– Il n’y a que 10 acquéreurs potentiels, quoique je doute de tout… Vous donnez dix coups de fil et hop… Non ? Ou un émail envoyé aux 10 en un même click… Même pas besoin de catalogue couteux, ni de louer Rétromobile l’équivalent d’un château, même si c’est déduit des frais généreux… Euhhh ! Généraux… N’est-ce pas plutôt le besoin d’un énorme battage médiatique sur la création d’un « évènement » pour qu’il devienne authentique ? Je précise…, pour que cette affaire semble indiscutable, car médiatisée, on pourrait glosser qu’il n’y avait personne au téléphone, on a attiré l’attention « médiatiquement » sur ce « coup de fil », mais personne n’a rien entendu, rien vu… Et même si un loustic a téléphoné : « Allo, c’est Brian, oui, Brian Ross, un des 10 acquéreurs potentiels…, tout va bien à Paris ? Il pleut, ah ! Bon ! Voilà, je tél pour la Bardinon ! Oui, la rouge. 30 millions, ça va, oui, c’est bon, je transfère si c’est ok… J’attend… Ah il y a Mike sur une autre ligne, c’est fâcheux. Le salaud il a envie de m’humilier à Peeble-Beach 2016″…
– …..

– Il n’enchérit plus, i speake langliche very welle : « Quoi vous dites, à 28 c’est bon, plus les frais, super, merci, c’est ce qu’on avait convenu, non ? Allo ? Bon, à la prochaine »…
– …..

– C’est comme les armes de destruction massive de Saddam Hussein… et Kadhafi qui tue son peuple… Non ? On savait avant ce gag que les USA allaient tout décimer… Et le passeport intact de Mohamed Atta dans une pochette en plastique retrouvé au dessus de débris du WTC le 11/9, pourquoi tant de gags ?… Quoi vous dites ? Allo ? Ahhh ! Oui ! Je suis un complotiste… des enchères, en sus… Mon compte est bon…
– …..

– Ah ! Oui… le gouvernement Français vient de lancer une action pour prévenir les jeunes qu’ils se font manipuler sur le web par les complotistes… Oui, c’est cool… Sur Snapchat… ahahahahahahah ! C’est vicieux, un bon coup… Mais revenons aux 32,075.200 millions d’euros… Ils sont versés comme ça, paf, d’un coup ? Oui, je sais, par rapport à un Rafale ou un Airbus, c’est rien du tout, ça ne se voit pas ! C’est pas la banque du coin… Pas de crédit, bien sur… Non, je plaisante, si, si, c’est pour vous faire rire, d’ailleurs je ris moi-même… Vous entendez : Ahahahahah ! Que du plaisir…
– …..

– Mais quand même, comme dirait Valls, oui, Valls…, Manuel…, oui, le premier espagnol, migrant… Ahahahahahah ! Vous avez aussi le sens de l’humour… Mais donc c’est une vente téléphonée ? Non ? Par téléphone, nuance ! Oui… C’est gros quand même, non ? Et l’argent vient d’où ? On ne sait pas… il vient d’une banque… Oui, bien, c’est sans doute possible… C’est cela… Bien, bon, ben… tout est clair… Merci… Oui, je n’y manquerai pas…, bien le bonjour à Hervé (Poulain)…, à Simon (Kidston)…, à Max (Girardo)…, de sa part aussi, oui.., je note : Brian Ross…, ils sont près de vous, en attente de la voiture ?… Pas Brian ! Oui, bien sur… Et chacun son fee… C’est pour revendre « à l’aise », je n’y aurais pas pensé, c’est bête, ou ai-je la tête… et la vente, au fait…, ca fait-y pas 8 ou 9 mois qu’un tribunal a ordonné de vendre la Bardinon pour payer la succession ?
– …..

– Vous ne l’aviez pas dit… Plait-il ? Ah ! Cela aurait empêché… De quoi ? Le rachat de la Ferrari ? Pour vendre à Brian ? De toute façon il n’y avait personne d’autre… Et pourquoi par Simon et ses amis ou par un Bardinon ? Il y a le direct… Compliqué tout ça… Vous ne pouvez rien dire ? C’est un bon plan, ça ne leur coûte que les fee puisqu’ils en héritent, ils peuvent vendre plus cher sans que le fisc n’en sache rien, à l’aise ? Comment ça : bonne soirée, oui, vous écourtez… Vous ne répondez pas ! OK, bon, vous aussi…

A relire : http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=1549&cat=auto

Vous venez de lire un pamphlet complotiste humoristique et satyrique…, satirique aussi (sic !)… qui est a prendre à la petite cuillère. Toute allusion est bien sur fausse et personne n’est visé, sauf erreur, sous toutes réserves et sans reconnaissance préjudiciable…
www.GatsbyOnline.com