George Barris et la Batmobile Futura…
Mark Racop et la Batmobile Réplica…

George Barris, surnommé le « roi de la Kustomisation », est décédé le jeudi matin 5 novembre 2015  dans son lit (durant son sommeil), chez lui (certains meurent dans d’autres lits)…
« Désolé de devoir annoncer que mon père, le légendaire roi de la customisation de voitures George Barris, a déménagé dans un garage plus grand dans le ciel », rapportait le message posté par son fils sur le réseau social Facebook (un jour, ma fille fera de même pour moi, l’échéance approche)…
La presse a commenté cela en liant Georges Barris à la Batmobile la plus connue, affirmant qu’il était l’inventeur de cette chose, et blablabla…, peu fut dit ou écrit sur ses réalisations « autres »…
Ce que radotait la presse (et force fut d’apprécier malgré tout qu’on causait de lui) n’était pas totalement vrai, ni vraiment faux, de plus Barris ce ne fut pas que « la Batmobile Futura » qu’on date de 1966…

La famille Barris dont leurs deux enfants George et son frère SAM, habitaient Chicago dans les années ’20…, en raison du décès de leurs parents, ils se sont déplacés à Roseville en Californie comme enfants placés en famille d’accueil…, tous deux devinrent de « bons » étudiants, intéressés dans le théâtre, la musique, et la conception graphique.
George Barris est le concepteur le plus connu des voitures faites sur commande dans le monde, avec une certaine justification, il se dénommait « Roi du Kustomizing ».
George était fasciné par la création de modèles réduits d’avions qu’il inventait rien que pour « le fun »…
Les deux frères ont ensuite travaillé dans un restaurant et avec les dollars gagnés ils ont acheté une Buick 1925 d’occasion et l’ont esthétiquement modifiée…, ils l’ont vendue avec un important bénéfice et ont acheté un autre véhicule pour le modifier et le revendre avec profit…, c’est ce que les américains appellent « l’American Way Of Life »…

Les frères Barris ont créé un club destiné à réunir les véhicules transformés… et les membres étaient quasi exclusivement leurs clients, heureux propriétaires de leurs véhicules faits sur commande.
Georges a appelé le club « KustomsCars »…, c’était la première utilisation du mot « Kustom » qui deviendra une marque déposée des frères Barris.
SAM a été « réquisitionné » par l’armée pendant La deuxième guerre mondiale, tandis que George, exempté pour raisons médicales, s’installait à Los Angeles…
SAM l’a rejoint après la fin du conflit, ils ont alors ouvert un garage et débuté la « kustomisation » des voitures, ce qui leur a attiré peu à peu une nouvelle clientèle de stars du cinéma, ainsi que des producteurs cherchant des « types ingénieux capables de créer des voitures inédites pour le cinéma »…, leur première étant utilisée dans un navet-nanar de 1948 « Lycée Confidentiel ».
Ils ont, grâce à cela (et malgré tout, le ciel souri aux fous inconscients) capté l’intérêt de Robert Petersen, qui était occupé à créer Hot-Rod Magazine (qui sera publié en 1949).

La publication des « œuvres » des frères Barris dans Hot-Rod Magazine va promouvoir la « Kustomisation » et leur offrir de la publicité d’autant que George lui-même va écrire des articles.
En 1951 les frères Barris vont modifier une Mercury coupe pour un client, cette voiture sera rapidement connue en tant que Hirohata Merc et exposée au premier Motorama 1952, une exposition de Hot-Rods et Kustom-Cars qui est devenue mythique, attirant les foules et éclipsant les expositions « classiques » ou étaient exposées les meilleures réalisations conceptuelles de Detroit !
SAM a, peu après, décidé de vendre sa part du garage à George qui s’était marié (il a attribué à son épouse Shirley la part de Sam, spécifiant que son rôle était de promouvoir la compagnie qui devenait « Barris Kustom industries ».
Cela a enrichi rapidement le couple et fait connaître le nom de Barris aux USA (et également dans la tête des millions de constructeurs de maquettes).

Shirley a commencé sa carrière en autorisant (moyennant des royalties) l’usage des conceptions de George à des fabricants de jouets, de modèles réduits et de maquettes plastiques à monter (tels que Revell et AMT).
Ces « choses » grandeur réelles faisaient l’objet d’articles dithyrambiques (écrits par George) dans Hot-Rod Magazine et quantités d’autres…, en finale de cette boucle, les « choses » étaient exposées dans les Motorama dans l’enceinte desquels un stand vendait les modèles réduits…
Le business était simple, Barris Kustom industries créait et fabriquait une nouvelle « chose » chaque mois (voire plus) et les fabricants de jouets et modèles réduits recopiaient les « choses » à échelle réduite…
Cerise sur le gâteau, les années ’60 ont été l’année d’or ou la société est devenue fortement impliquée dans la conception de véhicules pour la production de télévision, en sus du cinéma.

C’est venu en suite d’une sorte de coup de poker, George Barris, qui aimait  toutes les conceptions exagérées avait réussi à acheter en 1959 (pour une croute de pain) la Lincoln Futura auprès de General-Motors qui s’apprétait à l’envoyer à la casse…, c’était pourtant un fabuleux concept-car du milieu des années ’50 qui avait été construit par Ghia en Italie.
Il est resté dans sa collection pendant quelques années, jusqu’à ce que le boss de ABC Télévision lui demande inopinément de créer un véhicule exclusif pour leur nouveau feuilleton : Batman…
Le temps imparti pour réaliser une telle automobile était très court car le « pelliculage » commençait quelques semaines plus tard… et la création d’une nouvelle conception à partir de zéro n’était pas possible…

Barris a donc décidé que c’était une base parfaite sur laquelle créer une Batmobile…, en trois semaines la voiture était prête et son exposition fut immédiatement un choc, la voiture devenant illico une icônes et probablement la réalisation la plus célèbre de George Barris.
Barris s’est alors rappelé la Futura qui était sous une bâche au fond de son entrepôt, et s’est dit que ce qui avait été conçu par les stylistes de Lincoln et Ghia pour ressembler à un requin, avec un avant menaçant et des lignes agressives, pouvait faire l’affaire au prix de quelques petites modifications…
A cette suite, il reçu quantités de commandes pour des voitures vedettes d’autres séries TV telles que, Les Montagnards De Beverly-Hills (The Beverly Hillbillies) , Les Munsters, Mannix, The Monkees, K2000, La Mort aux trousses, et Cavaliers et Chevaliers modernes (sic !).
Notez que George Barris est souvent crédité pour des véhicules utilisés dans divers films, alors qu’il n’y était pour rien car conçues et construites par Dan Jeffries.
Barris vieillissant, tenait toujours son magasin, aidé par son fils et sa fille…, sa société restant occupée avec la création de « kustoms », et même d’une ligne d’habillement « Barris-Fashion ».

La Lincoln Futura de 1955, achetée un dollar symbolique, a été vendue aux enchères en 2013 pour plus de 4,5 millions de dollars…
J’ai rencontré plusieurs fois George Barris à l’époque ou j’allais souvent aux USA réaliser moi-même des reportages pour mes magazines Chromes&Flammes, c’étaient toujours autant de « diverses occasions » ou, en plus de me parler de ses réalisations invendues stockées dans son entrepôt-magasin d’Hollywwod (j’ai édité un magazine hors série Super-Flammes-Hollywwod reprenant toutes ses créations) Georges m’emmenait essayer ses « dernières » créations en « petites séries », telle la Barrister…
Elle n’était pas vraiment de lui, vous venez de le lire…, dès-lors, pour parfaire votre éducation, je vais compléter…, cet article n’étant qu’une simple pierre à un travail auquel je ne vais pas tenter de consacrer une bonne partie du reste de ma vie…
Ce qui est triste dans cette histoire (façon d’écrire), c’est que la seule voiture qu’il n’a pas pensé à dupliquer est celle qui fit sa renommée : la Batmobile Futura…

ll n’y aura donc pas de suite…si ce ne sont les deux « volets » qui suivent (sic !) :
– un résumé historique n’ayant d’autre prétention que de constituer une ébauche…
– la présentation de la Batmobile Réplica de Fiberglass Freaks (un gag de 200.000 dollars !) qui fit la fortune de Mark Racop…

Le premier véhicule de Batman, en 1939 était une Sedan rouge.
En janvier 1940, celle-ci fut remplacée par un Roadster bleu nuit.
En février 1941, un symbole de chauve-souris, placé à l’avant du Roadster (à nouveau rouge) apparaît… et elle est (enfin) baptisée Batmobile.
Les modèles suivants sont basés sur des automobiles de marques américaines des années 1930 ou 1940, leurs caractéristiques les plus courantes sont leur couleur sombre, le plus souvent noire, le masque symbolisant le personnage de Batman apposé sur la calandre et un empennage vertical dont le style évoque une aile de chauve-souris…, c’est ainsi qu’est présentée la Batmobile sur la couverture du magazine Batman n°20 paru en 1944 dessiné par Dick Sprang.
Dès les années 1940, les auteurs agrémentent le véhicule de différents gadgets : des pneus radioactifs (avril 1940), des fusées auxiliaires (avril-mai 1946), un projecteur (muni ou non du Bat signal) additionnel monté sur le toit, un radar, et un ordinateur embarqué permettant de communiquer avec ceux de la Batcave (1950)…
Un Batman new-look fait ses débuts en 1964 sous l’impulsion de Julius Schwartz, les lignes de la Batmobile s’inspirent alors des roadsters de l’époque.
À la fin des années 1960 le véhicule de la bande dessinée dispose de pare-brise individuels en forme de bulle et de deux dérives sur les ailes, des formes proches de celles rendues célèbres par le feuilleton et les jouets qui en sont dérivés.
Les gadgets deviennent plus élaborés, la Batmobile disposant même, en 1965, d’un « encephitector » qui permet de prévoir les crimes à l’avance …
Durant les années 1970 et 1980 les auteurs comme Steve Englehart essaient de transformer l’image de Batman en réaction au style de la série télévisée, la Batmobile adopte alors un aspect plus sobre et prend même parfois les traits d’une voiture de série, comme la Chevrolet Corvette, puis la Ford Mustang.
À partir de 1988 le dessinateur Norm Breyfogle imagine plusieurs modèles aux lignes minimalistes et plus futuristes, qui se succèdent jusqu’à l’arc Nightfall mettant en scène Azrael dans les années 1990.
Par la suite l’apparence et les caractéristiques des véhicules utilisés par Batman continuent d’évoluer régulièrement.

Les séries et divers elseworlds se déroulant en dehors de la continuité de l’univers de DC Comics présentent souvent des modèles inédits.
L’un des plus surprenants est la Batmobile imaginée en 1985 pour la mini-série Dark Knight Returns de l’auteur Frank Miller.
Ce modèle inspiré par les véhicules militaires blindés connaît peu d’équivalents, hormis le véhicule tout terrain de l’arc The Cult en 1988 et celui du film Batman Begins en 2005.
Surnommé « the Tumbler », le véhicule utilisé en 2005 dans Batman Begins a toutefois une silhouette totalement différente et combine la durabilité d’un engin blindé et les performances d’une voiture sportive.

La Batmobile de la série télévisée diffusée à partir de 1966 est basée sur le concept car Lincoln Futura ; de nombreux jouets en seront dérivés et le design servira par la suite d’inspiration aux auteurs de la bande dessinée et des séries animées.
Dans les films et les dessins animés mettant en scène Batman à partir des années 1990 la Batmobile conserve certaines spécificités, comme la couleur noire, les dérives sur les ailes et la présence de nombreux gadgets.
S’offrir une Batmobile de 1966, est-ce possible ?
Oui, c’est possible pour 200.000 US$ plus frais divers et taxes additionnelles !
C’est Fiberglass Freaks qui propose aux hommes-chauve-souris d’acquérir ce modèle Batmobile 1966 officiel, copiée de la fameuse série TV de l’époque…, elle embarque toutes les options dont un Batman en herbe a besoin pour rouler ailleurs que dans son jardin…, avouez qu’elle a la classe, non ?

Mark Racop a été un grand fan de Batman depuis qu’il avait deux ans !
Quand il a vu son premier épisode de Batman en 1967, il est tombé en amour avec l’action, la musique, la couleur, en rapport avec cette voiture…, même à cet âge tendre, il pensait qu’un jour, il serait Batman…
Avance rapide jusqu’en 1983…, année charnière pour Mark Racop, qui a acheté une Chevrolet Monte-Carlo…
Avec cinq copains, ils ont déchiré la voiture en tous sens, coupé la plupart des panneaux de carrosserie et ajouté du bois, de la mousse et de l’acier… pour créer leur Batmobile…, trois étés plus tard, Bat 1, version 1, était achevée.
Sur la base de seulement quatre photos de la voiture originale créée par Georges Barris sur une base d’une Lincoln Futura et d’un jouet Corgi, malgré que leurs souvenirs s’étaient estompés avec le temps, ils ont réussi a re-fabriquer une Batmobile presque à l’identique…
La voiture a attiré beaucoup d’attention, mais elle n’était pas la voiture que voulait Mark Racop.
Avance rapide jusqu’en 1986…., année ou Mark Racop qui a acheté une quantité phénoménale de magazines, livres et jouets mettant la Batmobile en scène…, veut recommencer son projet…
Mark Racop a étudié tous les angles, toutes les facettes, il s’est déplacé 4 fois chez Georges Barris et examiné la « vraie » Batmobile en tous sens, aussi, est-il près à affronter son pathétique destin…
Avance rapide jusqu’en 1997, année ou une poignée de photos supplémentaires montrant des détails inédits, apparaissent sur le web, Mark Racop de métamorphose alors lentement en chauve-souris et ne s’habille désormais plus qu’en Batman…
Avance rapide jusqu’en 1999, année ou Mark Racop arrache accidentellement la moitié arrière de sa Batmobile qui était enfin quasi-terminée… ce qui l’oblige à la reconstruire… et il l’a reconstruit !
Avance rapide jusqu’à l’été 2000, année ou Bat 1, version 2 est enfin prête à affronter tous les escrocs, gredins et assassins qui peuplent les sous-sols des villes…, c’est bien connu !
Avec le projet de loi « Bodyman Mollencupp » instaurant une véritable chasse aux chauve-souris, puis plus tard avec un nouveau projet de loi supprimant la loi précédente, Mark Racop, déstabilisé, va faire appel à deux assistants, Mark Shidler et Jeff Sandberg pour l’aider à finaliser la reconstruction.
Avance rapide jusqu’en 2004, année ou est présentée aux enchères sur Ebay, une mystérieuse voiture, réplique de la Lincoln Futura.
C’est une sculpture pas roulable, pas vraiment belle, immortalisant à l’échelle 1/1 la seule et unique 1955 Lincoln Futura qui a ensuite été modifiée en Batmobile par Georges Barris…
Il a consulté Ford-Lincoln, qui lui a donné des dizaines de photographies, des dessins uniques, et a soutenu son effort à fond en lui fournissant des fonds financiers.
Cette sculpture est l’œuvre d’un artiste en devenir, se disant spécialiste de « l’auto-corps » : Marty Martino qui a été le plus grand fan de la Lincoln Futura et a été horrifié de voir que cette extraordinaire et originale voiture d’avant-garde, a été convertie irrémédiablement en Batmobile par George Barris, en 1965.
Parfaite dans ses proportions, mais non terminée, Marty Martino avait réalisé une sculpture fantastique.
Mark Racop a placé une enchère de 2.125 $…, il a gagné…, Marty Marino avait oublié de préciser un prix de réserve minimum de 100.000 $… et confondu les points et virgules…, l’annonce ayant été envoyée, il n’a plus su que faire pour la modifier, s’en est ensuite f… en buvant quelques bouteilles de bière… et en finale, il a du légalement céder sa huitième merveille du monde à Mark Racop a qui il a toutefois fait promettre qu’il ne modifierait rien de rien, cette sculpture étant destinée à immortaliser la Lincoln Futura…(cette sculpture avait couté un pont d’or à Marty Marino et à Ford)…

Mark Racop est allé chercher son achat et, de retour chez lui, il a commencé à la découper pour en faire une réplique de la Batmobile, exactement comme avait fait Georges Barris en 1965…(Pause pour vous permettre de rire)…
Trois mois plus tard, l’irréparable était commis…, Bat 2 était née !
Cette même voiture, plus tard, a été revendue pour la somme de 216.000 $ !
Mark Racop en a fait des moules et s’est mis à fabriquer des Batmobile-répliques…, rebaptisées Bat Racop, il a vendu une Bat 2 aux enchères pour 83.500 $.

Le comble, il a récemment tourné et monté un documentaire sur George Barris, vantant les mérites de Barris Kustom Industries de North Hollywood Californie.
Six ans et douze voitures plus tard, la société Racop est considérée par beaucoup dans l’industrie des répliques inutiles, désuètes et pathétiques…, comme le leader en Batmobile…
Avec ses plus de 30 ans d’études de Batmobile, il est maintenant considéré comme l’un des plus grands experts sur concernant cette voiture, arrivant à détrôner le vrai créateur de la seule et unique véritable Batmobile : Georges Barris…
Audiart le disait : « Il n’y a que les cons qui osent tout faire »

Maintenant, Racop Industries emploie une équipe de dix personnes travaillant six jours par semaine en deux équipes pour fabriquer les Batmobile’s…, la qualité est la priorité numéro un.
Comme les commandes affluaient, Mark Racop a eu besoin de plus d’espace…, il a acheté le bâtiment voisin pour stocker plusieurs voitures donneuses Lincoln.
Lorsque vous appelez, vous parlez directement avec Mark Racop qui est heureux de recevoir des appels ou des e -mails, ou encore mieux, pour lui parler en personne.
Il est toujours disponible pour recevoir.
Mark Racop a payé dernièrement près d’un quart de million de dollars en recherches et développements pour la conception et la construction de nouveaux moules de carrosserie et pour des pièces d’accastillage.
Tout cela a payé…, car en 2010, il a reçu l’autorisation de l’éditeur DC Comics, pour devenir officiellement autorisé à construire la BATMOBILE ® 1966 réplique (marque déposée par Mark Racop…
Il a été interviewé par divers journaux et magazines, sur ses blogs en ligne, ainsi que par des stations de radio et de télévision.
Des vidéos et des photos de ses voitures sont partout sur l’internet !
Voici votre chance de posséder une réplique magnifique et authentique de la voiture la plus célèbre dans le monde, qui a toutes les caractéristiques dont vous vous souvenez, pare-brise bulle double, ailes de chauve-souris, un lance-flammes arrière, un tableau de bord en aluminium poli roll-top, un phare rouge clignotant et beaucoup plus.
Chaque Batmobile est livrée munie d’un certificat d’authenticité qui précise que la voiture dispose d’une licence officielle et numérotée « 1966 BATMOBILE ® Replica » .

Une Bat 4 full équipée est vendue pour 200.000 $…, mais il existe un modèle comportant moins de quincaillerie pour « seulement » 150,000 $.
Seulement huit voitures sont construites chaque année…, la date de livraison prévue est déterminée au moment d’effectuer le dépôt initial, basé sur le nombre de voitures qui ont été pré-commandées.
Si ces montants dépassent votre budget, il vous est loisible de réaliser (ou de tenter de réaliser) une Batmobile à moindres coûts au moyen de pièces éparses récupérées dans des casses, telle la « chose » ci-après…
Mark Rocop demande un dépôt de 50.000 dollars à la commande , 50.000 dollars lorsque la carrosserie est montée sur le châssis, $ 30,000 lorsque la voiture est en voie de finition, 15.000 $ lorsque la voiture est peinte… et le solde à l’enlèvement.
C’est une Oldsmobile Toronado qui sert de voiture « donneuse »…

C’est un certain (rien n’est toutefois certain) Chris qui est le malheureux créateur de la Batmobile bas de gamme destinée aux plus démunis (il pose fièrement devant son œuvre/épave sur la photo ci-après)…

Si vous êtes vraiment un fan de cette voiture, vous y serez comme un gamin dans un magasin de bonbons… et dès que vous verrez la « 1966 BATMOBILE ® Réplique », vous en deviendrez fou (ce qui est un subtil double sens)…
Oui, optez plutôt pour une Batmobile digne de son nom…, vous pouvez visiter l’usine Batmobile au 602, avenue Erie, Logansport, Indiana, 46947.
Téléphone : 1/ 574-722-3237
E-mail : fiberglassfreaks@yahoo.com
Voilà, c’était long et ça aurait pu l’être plus encore si j’avais détaillé les milliers d’automobiles que Georges Barris à « Kustomisé »…


https://www.youtube.com/watch?v=6m3jcBMI9WU